Mercredi 2 décembre 2020

L’expérience unique du Splore festival revient en février 2021

Par Madeleine Goujon | Publié le 11/06/2020 à 16:20 | Mis à jour le 12/06/2020 à 01:04
Photo : Splore Festival sur les rives du parc régional de Tāpapakanga (Photo Facebook Splore Festival)
Splore Festival février 2021

La « plus grande fête costumée de Nouvelle-Zélande » se tiendra du 26 au 28 février prochains. Les organisateurs de Splore, festival de musique et d’art sur les rives du parc régional de Tāpapakanga, à une heure seulement d'Auckland, viennent d’annoncer les dates de l’édition 2021. Les préventes sont disponibles en ligne dès ce vendredi 12 juin.

 

 

Le fameux Splore festival revient en 2021 pour trois jours de musique, d’art, d’ateliers et forums sur les rives du parc régional de Tāpapakanga, à une soixante-dizaine de kilomètres d’Auckland. L’efficace gestion de la pandémie du COVID-19 par la Nouvelle-Zélande « est le facteur déterminant pour que notre festival aille de l’avant, et cela s’est produit beaucoup plus rapidement que prévu », a affirmé John Minty, directeur du festival. Le festival devrait donc se tenir du 26 au 28 février 2021. Cette édition optera néanmoins pour une approche « rester local » face à l’incertitude de l’évolution de la crise sanitaire dans le monde rendant impossible de réserver des artistes et performeurs internationaux.

Le festival Splore se veut différent des autres festivals, « pionnier dans le monde des événements durables » et « à la pointe des préoccupations populaires », il vise à accueillir « une tribu de fêtards consciente - des gens qui savent passer un bon moment tout en respectant l’environnement et notre famille Splore ».

 

 

Le festival défend en effet des valeurs de durabilité, une philosophie zéro-déchet et anti-gaspillage pour « ne laisser aucune trace », mais aussi de respect et de lutte contre la discrimination. Si le festival encourage la créativité de ses festivaliers pour le choix de leurs costumes, il promeut cependant de ne pas les acheter, de préférer utiliser sa propre garde-robe, d’emprunter, ou de fabriquer, et surtout de respecter les autres, sans appropriation culturelle ou stéréotypes ethniques ou raciaux.

 

 

Des ateliers de bien-être et santé, du yoga, des forums de discussions et des activités pour les familles sont également au programme qui sera mis à jour dans les prochains mois.

 

 

Pour des billets anticipés disponibles dès le 12 juin, vous pouvez suivre ce lien.

Lien Facebook.

Lien Instagram.

 

Nous vous recommandons

Madeleine Goujon

Madeleine Goujon

Éprise de problématiques environnementales et culturelles, j’ai une double formation en droit et en journalisme. Pour le moment en télétravail depuis la France, j’espère rejoindre la Nouvelle-Zélande au plus vite.
0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet