Mercredi 19 septembre 2018
Athènes
Athènes
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

POUR UNE AUTRE VIE DE CHIEN - Le refuge St François d'Assise de Koropi

Par Lepetitjournal Athènes | Publié le 10/09/2015 à 01:08 | Mis à jour le 10/09/2015 à 22:11

     La solidarité en Grèce est culturelle. Avec la crise, elle s'est davantage renforcée, dans les familles, dans la rue, les quartiers, au sein de nombreuses associations, avec des initiatives populaires, individuelles ou collectives.

     Deux femmes extraordinaires y contribuent, envers les animaux, au refuge Saint François d'Assise, à Koropi,  à 20 km d'Athènes.

     Sissy, est grecque, a travaillé plus de 18 ans au service des relations extérieures du Parlement, la Vouli,  puis fut institutrice. Elle a du fermer son école à cause de la crise.

     Ce refuge, elle y vient depuis qu'elle a 14 ans ...

 

 

     Dominique est d'origine Belge, arrivée sur Athènes il y a un an,  suivant son conjoint, en poste à l'Ambassade de France, passionnée et engagée, aussi.

     Elles y consacrent tout leur temps, avec l'aide parfois aussi de quelques amis, et il leur en faut, du temps...

     Le refuge de Koropi a été crée il y a plus de 30 ans, dans une ancienne ferme volaillère bénéficiant des infrastructures existantes. Boxs, hangars servant de salles d'isolement pour les chiens blessés ou malades, une petite maison en guise de salle de soins, un peu du terrain et des hautes herbes accueillent tout ce grand monde.

     Avec les difficultés économiques et financières que vivent les grecs, beaucoup se séparent de leurs animaux.

     " On nous les amène, on les trouve,  on nous les jette par dessus la grille du refuge... Une personne, qui elle même faisait les poubelles nous a amené un chiot jeté dans une poubelle !"

     Le refuge compte aujourd'hui plus de 110 chiens de tout âge (le plus jeune a 6 mois) et une vingtaine de chats, n'attendant que l'adoption.

     « L'adoption est gratuite, tous les chiens sont stérilisés, vaccinés avant d'être remis aux adoptants, sans coût bien sûr. Et nous établissons un contrat avec les familles adoptantes, s'engageant à nous donner des nouvelles des animaux tous les 3 mois, par mail, téléphone ou sur les réseaux sociaux, d'envoyer aussi des photos ».

     Tous ces chiens sont suivis également par 2 personnes grecques qui dorment sur place, assurent le quotidien, en préparant entre 60 et 80 kilos de nourriture par jour !

     Les soins, « Fort heureusement deux vétérinaires, en alternance, viennent une fois par semaine et se rendent disponibles en cas d'urgence sanitaire, avec des consultations bien en deça des prix pratiqués".

     « Entretenir un tel refuge n'est pas chose facile et chaque mois, nous avons besoin de 3000 euros pour la nourriture, l'électricité, l'eau, les assurances, les soins et les vaccins? Certains chiens nécessitent aussi des soins particuliers, beaucoup plus onéreux , avec des boites à 3 euros  par jour ».

     Mais Sissy et Dominique sont confrontées également à une autre difficulté : le kaalasar, transmise par les tiques, véritable fléau en Grèce, mortelle si les soins ne sont pas apportés à temps.

     « Nous avons besoin de médicaments comme le Bravecto, dont le coût est de 30 euros. Ce médicament empêche les tiques et les moustiques de piquer nos chiens ; des chiens parfois meurent car financièrement le refuge n'a pas les moyens de donner tous les 3 mois ce médicament à tous ».

    

    Leurs souhaits : des bénévoles pour les promener de temps en temps, obtenir plus de vaccins bien sûr,  mais surtout juste voir ces chiens quitter le refuge, adoptés ...

 

 Le médicament peut être également déposé à l'Ambassade de France à Athènes.
Monsieur Menard 6 Akademias 10671 Athènes.

Si vous désirez visiter ce refuge vous pouvez contacter:


Dominique:

0030 698 45273 / 0030 213 0336344 (Dominique parle Français)

Sissy:

693 2322390

(Sissy parle Grec et Français)

 

 

Hugues Pacorel - (www.lepetitjournal.com/athènes) - Jeudi 10 septembre 2015

lepetitjournal.com Athènes

Lepetitjournal Athènes

Le Petit Journal d'Athènes est un magazine d'information gratuit, en ligne et en français sur la Grèce.
0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Athènes

Apprendre la langue du pays d’accueil : au boulot les expats !

Faut-il apprendre la langue de son pays d’accueil ? La question, qui semble rhétorique, cache en réalité de nombreuses subtilités. Des habitués de l’expatriation nous racontent leurs difficultés...

Sur le même sujet