Vendredi 3 décembre 2021
TEST: 2299

DROGUE - Il y a 25 ans, le "Needle Park" fermait à Zurich

Par Lepetitjournal Zurich | Publié le 06/02/2017 à 14:30 | Mis à jour le 07/02/2017 à 16:39

Il y a 25 ans, le Platzspitz, haut lieu européen de la toxicomanie, était évacué. Retour sur cet épisode de l'histoire de Zurich.


Le Platzspitz (Jean-Baptiste Chatain)

Avec son aire de jeu, son pavillon, ses arbres centenaires et ses chemins qui font le bonheur des joggeurs et des promeneurs, le Platzsplitz ne dépareille pas des autres parcs zurichois. Cette tranquille banalité n'a pourtant pas toujours été la norme pour ce jardin situé derrière le Landesmuseum, entre Sihl et Limmat. En effet, pendant près d'une décennie, le Platzspitz était connu sous un autres nom, celui de "Needle Park" ou "Parc aux seringues". Et pour cause, il était alors considéré comme la plus grande scène ouverte d'Europe pour les drogues.

L'histoire commence au début des années 1980, quand un nombre croissant de toxicomanes choisissent de se rassembler dans le Platzspitz pour consommer des produits psychotropes, et plus particulièrement de l'héroïne. La répression policière de ces rassemblements ne faisant que déplacer le problème dans d'autres parties de la ville, les autorités décident en 1987 de faire du parc un sanctuaire pour les toxicomanes, dans le cadre d'un projet pilote d'accompagnement. Vente et consommation y sont autorisées, et des seringues sont même distribuées, alors que la police est tenue à l'écart du parc où elle n'a plus le droit de procéder à des arrestations.

Au tournant des années 1990, la renommée du parc dépasse les frontières de la Suisse et des toxicomanes affluent de toute l'Europe vers Zurich. Chaque jour, jusqu'à 3.000 d'entre eux se rassemblent au Platzspitz pour acheter et consommer de la drogue. Et la situation devient rapidement ingérable. Violence, racket, vol, overdose : les services d'urgences, qui doivent intervenir quotidiennement, sont dépassés. Qui plus est, le Needle Park donne une image désastreuse de Zurich et de la Suisse.

Rien qu'en 1991, 5 millions de seringues sont distribuées, 3.600 personnes doivent être ranimées par les secours et 21 meurent sur place. En octobre 1991, les autorités cantonales décident d'intervenir. Le préfet du district de Zurich, Bruno Graf, membre du Parti démocrate-chrétien (PDC), annonce la fermeture du parc, qui sera évacué le 5 février 1992. Un choix contesté par les autorités municipales et les travailleurs sociaux qui dénoncent l'absence de mesures d'accompagnements. Et en effet, la scène de la drogue ne fera que se déplacer de quelques kilomètres, jusque dans la gare désaffectée du Letten qui elle ne sera fermée qu'en 1995.

Cette étape éphémère dans la vie du Platzspitz a cependant permis de jeter une lumière crue sur le problème de la toxicomanie en Suisse. Et la réflexion engagée à cette époque a rapidement débouché sur la mise en place de nouvelles approches d'accompagnement et de prise en charge des toxicomanes que ce soit au niveau des cantons ou de la Confédération.



Jean-Baptiste CHATAIN (www.lepetitjournal.com/zurich) lundi 6 février 2017.
Recevez nos articles du lundi au vendredi en vous inscrivant à notre newsletter. Suivez-nous sur Facebook et Twitter.

logofbzurich

Lepetitjournal Zurich

L'édition de Zurich de Lepetitjournal.com, le média des Français, des francophones et des francophiles à l'étranger.
0 Commentaire (s) Réagir
Sur le même sujet