Samedi 5 décembre 2020
Wellington
Wellington

Leoannis Pupo Guilen, danseur du ballet de l'Opéra de Lyon

Par Valérie Thomas | Publié le 18/06/2020 à 01:41 | Mis à jour le 18/06/2020 à 02:24
ballet lyon 1

Le ballet de l’opéra de Lyon a été convié du 21 février au 15 mars 2020 à interpréter 3 performances sur la « Grande fugue » de Beethoven lors du NZ International Festival of the Arts de Wellington.

Le jour de la première, la troupe au complet a suivi un cours sous la supervision d’un Dance Master du Royal NZ ballet à Wellington. Les artistes d’horizons divers (France, États Unis, Canada, Cuba,..) de base classique et contemporaine se sont ainsi exercés à la barre puis se sont élancés par groupe de 4 à 5 sur une petite chorégraphie sur le parquet du Dance Center.

 

ballet opéra lyon wellington


Plus tard dans l’après midi, la troupe s’est rendue à l’Opera House pour une répétition générale sans costumes de scène pour bien appréhender l’espace dans lequel ils allaient évoluer quelques heures plus tard et cela sous la direction des 2 Dance Masters Jocelyne et Pierre

Jocelyne, la dance master, nous a confié qu’elle avait dansé au sein du ballet de l’Opéra de Lyon il y a 30 ans pendant le NZ Festival of the Arts à Wellington.

3 groupes de danseurs se sont succédés pour danser sur la Grande Fugue, et nous ont fait passer progressivement d’une interprétation classique et élégante vers un ballet d’une grande modernité.

Nous avons ensuite pu voler une entrevue, entre deux séances, avec l'un des danseurs principaux : Leoannis Pupo Guilen.

 

ballet opéra lyon
Leoannis Pupo Guilen a 36 ans. Il est danseur professionnel d’origine cubaine et a rejoint le ballet de l’Opéra de Lyon depuis bientôt 5 ans.

 

Lepetitjournal.com : Leoannis, comment as-tu intégré le monde de la danse ?

Je n’ai pas fait le choix de faire de la danse classique, c est elle qui est venue à moi à l’âge de 11 ans. 

À Cuba, ce sont les filles qui pratiquent la danse classique et les garçons le baseball. Je ne viens pas  d’une famille d’artistes mais j’ai toujours aimé être sur une scène. J’ai été recruté par une école de danse qui se rendait dans les établissements scolaires à la recherche de futurs danseurs.

Mon père ne m’a pas adressé la parole pendant une semaine quand j’ai intégré l’école de danse mais par la suite il était plutôt fier de me voir sur scène.

Quel a été ton parcours ?

J’ai dansé à Cuba dans ma ville natale que j’ai quittée à l’âge de 21 ans pour les États-Unis où j’ai dansé pour différentes compagnies pendant 9 ans. 

Je suis parti en Autriche pour danser dans un ballet à Innsbruck.

Et depuis 5 ans, je fais partie du ballet de l’Opera de Lyon où j’ai découvert et pratiqué la danse contemporaine .J’aime beaucoup le répertoire et les chorégraphes de ce ballet où j’ai trouvé une certaine liberté et fluidité sur scène.

Quels sont tes ballets, chorégraphes et danseurs préférés ?

Don Quichotte est mon ballet favori et mes chorégraphes préférés sont Jiri Kylian et Mats Eks avec lesquels j’ai travaillé à Lyon. Et le meilleur danseur de tous les temps est pour moi Mikhaïl Baryshnikov.

En combien de temps avez vous appris et maîtrisé la chorégraphie du ballet Les Trois Fugues ?

Cela nous a pris 5 à 6 semaines, la première pièce à été créée par Lucinda Childs et les deux suivantes faisaient déjà partie de notre répertoire.

 

Valérie Thomas Le Petit journal Wellington

Valérie Thomas

Après avoir passé 14 ans à Hong Kong à diriger des bureaux d’achats dans le textile, je viens d’emménager à Wellington. Je m’intéresse à l’actualité, la mode, les arts et la rando et j’ai pratiqué la boxe thaï.
0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet