Mercredi 20 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

SANTE – Rencontre avec Myrtille Bufalini, ostéopathe à Turin (Publi-Info)

Par Lepetitjournal Turin | Publié le 11/12/2012 à 00:01 | Mis à jour le 08/02/2018 à 14:02

Le confort médical dans son propre pays, c'est de pouvoir s'adresser au pratricien de son choix et de s'orienter vers la médecine traditionnelle ou vers les médecines douces, en fonction de ses besoins. A l'étranger, les choses se compliquent ; il n'est pas toujours facile de savoir à qui s'adresser. Rencontre avec Myrtille Bufalini, une jeune ostéopathe française qui vient d'ouvrir un cabinet à Turin.

Une sciatique, un lumbago, des maux de tête, des troubles du sommeil ? Des douleurs liées à un traumatisme plus ou moins récent ? Bien des Français se tournent alors vers l'ostéopathie, une profession qui se range parmi les médecines douces et bénéficie en France d'un cadre légal. Cette méthode thérapeutique exclusivement manuelle fait appel à des techniques palpatoires et de mobilisations articulaires afin de traiter et prévenir des troubles de santé, ou d'orienter le cas échéant le patient vers d'autres professionnels. Mais à l'étranger, à qui s'adresser ? Comment être sûr d'avoir affaire à un praticien de formation équivalente à ceux qui exercent en France ? De même, bien souvent, l'obstacle de la langue peut être infranchissable pour des praticiens pour qui l'interrogatoire préalable est une étape fondamentale dans la démarche thérapeutique. D'ailleurs, dans le domaine de la santé, on est souvent plus à l'aise dans sa propre langue… Voilà pourquoi la nouvelle de l'arrivée à Turin d'une ostéopathe française ayant suivi la formation à l'Institut Supérieur d'Ostéopathie de Lyon ne pourra qu'intéresser la communauté française de la ville…

Lepetitjournal.com : Quand êtes-vous arrivée en Italie ?
Myrtille Bufalini
: Après mes six années d'études en ostéopathie à Lyon et une bonne expérience de la pratique ostéopathique, je suis partie en Italie pour collaborer avec une collègue et amie française, installée dans le Piémont. Je suis donc restée plusieurs mois à Casale Monferrato avant de décider de m'installer à Turin et d'ouvrir un cabinet d'ostéopathie situé Corso Belgio numéro 124 où je reçois sur rendez-vous. Actuellement, je partage mon temps entre Lyon et Turin, où je collabore dans un cabinet de temps à autre et me tiens à jour sur les nouvelles techniques.

L'ostéopathie existe en Italie, mais elle ne bénéficie pas du même statut qu'en France. Du point de vue de la formation, quelles sont les différences entre les deux pays ?
L'ostéopathie existe et est pratiquée par de nombreux confrères en Italie. La profession étant en cours de reconnaissance, les critères minimaux d'enseignements n'ont pas encore été fixés par l'Etat, ce qui crée un manque de clarté quant au contenu des formations. Pour information, une formation de qualité, c'est-à-dire 5 ans minimum, garantit et la professionnalité du thérapeute et la sécurité du patient.  

Consulte-t-on un ostéopathe pour les mêmes raisons en France qu'en Italie ?
Oui, je confirme. Les motifs de consultation sont sensiblement les mêmes en France et en Italie. Ils sont liés majoritairement au rythme de vie sédentaire, à la posture sur le lieu de travail, à une activité physique, aux traumatismes émotionnels, physiques...

La démarche thérapeutique est-elle la même dans les deux pays ?
A peu de choses près, et mise à part la langue… Les Italiens donnent une grande importance à la prévention et au maintien de leur santé.

La rédaction (www.lepetitjournal.com/Turin) mardi 11 décembre 2012

0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Turin ?

Milan Appercu
ÉVÉNEMENT

MiTo 2019 : le grand festival de musique qui unit Milan et Turin

Au programme du 3 au 19 septembre : 128 concerts répartis entre Milan et Turin, la plupart avec des musiciens de renommée internationale. Première date incontournable à Milan, ce mardi à La Scala.

Vivre à Turin

Commuter : expat à temps partiel !

On l'aura compris, les expatriés au sens classique du terme sont bel et bien en voie d'extinction ! De nouvelles formes de mobilité internationale, dont le commuting, sont fortement appréciées

Expat Mag

TÉLÉTHON

Jonas : "La maladie m'emprisonne, mais je crois au traitement"

Jonas, jeune étudiant de 22 ans, a été diagnostiqué d’une calpaïnopathie à l’âge de 6 ans. Une maladie qui s’est installée progressivement et qui depuis l’adolescence grignote peu à peu ses muscles

Sur le même sujet