Lundi 25 mars 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

INTERVIEW CLAUDIE PION - Génération bilingue et alternance scuole lavoro un pacte pour le futur

Par Lepetitjournal Turin | Publié le 28/11/2016 à 23:03 | Mis à jour le 29/11/2016 à 16:54

 

Suite à la conférence "Génération bilingue économie franco-italienne: Un pacte pour l'avenir", entre les représentants de lycées italiens EsaBac, les parents et élèves italiens, et les dirigeants de PME, et directeurs des Ressources Humaines de grandes entreprises, qui a eu lieu le 16 novembre dernier, lepetitjournal.com/turin est allé à la rencontre de Mme Claudie Pion, présente à la conférence, et attachée de coopération pour le français auprès de l'Ambassade de France en Italie.

lepetitjournal.com/Turin - Vous êtes attachée de coopération pour le français auprès de l'Ambassade de France en Italie/ Institut français Italia, pouvez-vous nous dire en quoi consiste votre travail exactement ?

Claudie Pion - Ma mission est de promouvoir la langue française dans le Nord de l'Italie (Ligurie, Lombardie, Piémont et Val d'Aoste) et de coopérer avec le système éducatif italien. Cela revient à apporter un soutien aux établissements, de l'école primaire à l'université, pour autant qu'ils enseignent le français et à promouvoir également l'offre de cours et de certifications (DELF-DALF) proposée par l'Alliance française de Turin. Dans le domaine de la coopération éducative, c'est l'enseignement bilingue, essentiellement l'EsaBac, sur lequel sont concentrés nos efforts pour dynamiser son développement, former les enseignants, motiver les élèves à s'engager dans ce parcours, et valoriser les compétences qu'il permet d'acquérir. 

L'EsaBac est en effet un parcours "intégré" bilingue et biculturel d'enseignement sur les trois années du Triennio, qui sont les trois dernières années de lycée en Italie. Ce parcours conduit à une certification à double délivrance, Esame di  Stato italien et Baccalauréat français

Lors de la signature de l'Accord intergouvernemental pour l'EsaBac le 24 février 2009, l'Italie comptait seulement dix-neuf sections bilingues franco-italiennes. En décembre 2010, l'ambassadeur de France remettait déjà mille diplômes de Baccalauréat français à des élèves italiens et  c'est plus de 6000 diplômes qui ont été remis en Juin 2016 ! L'EsaBac compte aujourd'hui 360 sections en Italie dont 38 en Piémont. En outre  45 sections d'EsaBac technologique sont implantées sur l'ensemble du territoire depuis l'accord signé en 2016 à Florence

On vous a interviewé il y a 3 ans de cela, pouvez-vous me dire comment votre mission a évolué ces dernières années ?

Face à la généralisation de l'anglais en Italie, nous avons concentré notre action sur l'idée de défendre le plurilinguisme, depuis l'école jusqu'au monde du travail, pour tenter de contenir un discours sur le « tout anglais », qui en réalité ne correspond ni au contexte ni aux besoins de notre économie franco-italienne, surtout transfrontalière comme elle l'est à Turin. Ma mission fut donc de développer une sensibilisation au français en primaire et de soutenir les écoles qui maintiennent ou développent son apprentissage en plus de l'anglais (3500 enfants sensibilisés dans les trois régions) notamment autour des lycées EsaBac. J'ai soutenu les enseignants de collège pour qu'ils mutualisent les  pratiques réussies qui motivent leurs élèves à apprendre notre langue, organisé la formation des professeurs Esabac, et cherché à créer un nouvel argumentaire sur le français comme langue de l'emploi. Pour cela, j'ai développé des partenariats avec le monde de l'économie et pris connaissance du résultat d'un certain nombre de recherches sur le français en entreprise. J'ai rassemblé toutes les données recueillies dans un diaporama qui est à la disposition des établissements et des familles, puis j'ai cherché à rendre cette idée concrète en rapprochant les entreprises françaises implantées en Italie et les élèves bilingues EsaBac. Ce projet a fait l'objet d'un protocole d'accord avec le Directeur du  bureau scolaire régional du Piémont (équivalent d'un recteur d'académie en France)

Que pouvez-vous me dire sur cet évènement qui a eu lieu à Turin « Génération bilingue et économie franco-italienne : un pacte pour l'avenir « ?

Il se situe au cœur de cette stratégie pour rendre concrète l'idée de français langue pour l'emploi. Dès la parution de la loi dite  de la «  Buona scuola » rendant obligatoire pour tout lycéen l'alternance école travail, les contacts déjà pris avec les entreprises françaises ont permis d'offrir concrètement à quelques élèves ESABAC la possibilité d'être accueillis dans un environnement professionnel international sur leur propre territoire (les premières entreprises en Piémont qui ont accueilli un élève EsaBac en alternance sont Cartier, Hutchinson, Norauto, Ramark, Nutrisens, Altios…) Les administrateurs délégués de grands groupes comme Michelin, Alstom, Synergie, sont prêts à s'ouvrir aussi à cet accueil et à en étudier les modalités.

L'évènement du 16 Novembre au Centre des Congrès de la Chambre de commerce de Turin,  a permis de valoriser cette première expérience, et d'encourager plus d'entreprises françaises à accueillir ces élèves des lycées italiens EsaBac , pour une visite d'abord, afin de faire découvrir progressivement le monde du travail, puis pour des périodes de 4 semaines au cours desquelles on leur permet de développer certaines compétences en contexte professionnel. L'idée est de ne développer que  des expériences de qualité, guidées par notre partenariat avec la Fondation Sodalitas qui place la relation économie-éducation au cœur de la Responsabilité sociale des entreprises.

Au cours de cette journée, 5 élèves de terminale du Lycée français Jean Giono de Turin se sont aussi distingués, et leurs compétences ont été saluées. A la fin de chaque table ronde, ils devaient  traduire et restituer soit en français soit en italien l'essentiel du propos de chaque intervenant. Ils ont réalisé cet exercice difficile avec autant de modestie que de talent, s'appuyant sur leur parfaite maitrise des deux langues et leur esprit de synthèse. La scolarité au lycée français, présent sur le territoire turinois depuis 45 ans, est également en effet un excellent moyen de développer  un véritable plurilinguisme. 

Les entreprises présentes ont-elles réellement souligné l'atout que représentent ces compétences plurilingues et interculturelles ?

 Oui, chaque table ronde a  permis de valoriser les compétences transversales acquises en EsaBac et  leur développement  en contexte professionnel, ainsi que  l'utilité du bilinguisme dans le monde des affaires franco-italien, puisque nous sommes l'un pour l'autre le second partenaire économique.

Les intervenants ont souligné  que les compétences interculturelles sont un atout économique et humain dans les grandes entreprises mondialisées, et même un facteur de créativité, et d'innovation. Le vice-Président de la CCI France Italie, Nicolas Diers, l'administrateur délégué de Norauto, Jean Michel Gambini, comme le Président d'Alstom Ferroviaria, Pierre Louis Bertina  et  le président de Michelin, Lorenzo Rosso,  ont encouragé vivement les entreprises françaises à s'engager dans cet accueil et soutiennent  autant le principe de l'EsaBac  constitutif de cette nouvelle « génération bilingue » que celui d'une alternance de qualité pour accroitre les compétences d'adaptation  et de compréhension interculturelles  des élèves mais aussi comme facteur de développement et outil de compétitivité.

Les entreprises françaises présentes en Piémont sont-elles prêtes à s'engager dans l'alternance école travail avec les élèves ESABAC ?

Je l'espère. L'Alternance école-travail est un dispositif d'apprentissage rendu obligatoire par la Loi 107/2015 ”, pour tous les lycées italiens depuis la rentrée scolaire 2015. Il prévoit un stage gratuit de 200 heures pour tous les élèves de 3ème et 4ème année des lycées (et 400 heures pour les Instituts technologiques). Ces parcours en Alternance, définis et programmés par le Plan d'Offre Formative de l'établissement scolaire, se déroulent sur la base de conventions signées entre les entreprises et les lycées. La formation à la sécurité s'effectue à l'école et l'élève est assuré par l'école. S'il est  bien conduit, ce parcours progessif donne en effet une véritable dimension d'orientation personnelle et professionnelle vers  l'international à l'alternance école-travail, tout en étant pleinement intégré à la loi. L'engagement des entreprises françaises et franco-italiennes contribuera à valoriser l'excellence de notre coopération et de nos rapports économiques.

Vous pouvez contacter Mme Claudie Pion: claudie.pion@institutfrancais.it

(www.lepetitjournal.com/turin) Mardi 29 novembre 2016

 

0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Turin ?

Milan Appercu
TOP 10

9 séries incontournables sur l’Italie

A l’occasion de la sortie de l’Amie prodigieuse, notre sélection de 9 séries racontant l’Italie. Entre politique, histoire, scandales célèbres et mafia: découvrez l’Italie au plus proche de la réalité

Vivre à Turin

EMPLOI

SOFT SKILLS – Des compétences plus ou moins valorisées selon les pays

Rigueur, motivation, créativité… Les recruteurs s'intéressent de plus en plus aux qualités humaines, personnelles et relationnelles des futures recrues mais tous les pays ne s'intéressent pas de la...

Sur le même sujet