Vendredi 23 juillet 2021

'NDRANGHETA - Milan nouvelle capitale de la mafia calabraise

Par Lepetitjournal Turin | Publié le 01/12/2011 à 00:01 | Mis à jour le 05/01/2018 à 08:30

La vaste opération menée hier entre Milan et Reggio de Calabre contre la mafia calabraise confirme encore une fois l'importance de la ?Ndrangheta dans l'économie de la Lombardie. Ce coup de filet arrive une dizaine de jours à peine après la conclusion samedi 18 novembre dernier du maxi procès qui s'est tenu à Milan et qui a vu 110 personnes condamnées

1.494.000 appels interceptés, 25.000 heures d'écoutes téléphoniques et 83.000 heures cumulées d'enregistrements audio et vidéo, c'est ce qu'il a fallu à la police et à la justice italiennes pour arrêter puis condamner une centaine de membres de la ?Ndrangheta. Ce procès fait suite à une opération de grande envergure, qui a conduit à l'époque à l'arrestation de plus de 250 membres de cette organisation criminelle. Samedi 18 novembre dernier, c'est à l'encontre des « dirigeants » de la branche lombarde de la mafia calabraise que les peines prononcées ont été les plus lourdes. Alessandro Manno, Cosimo Barranca et Pasquale Zappia ont ainsi été respectivement condamnés à 16, 14 et 12 ans de réclusion. image.source.www.notitiacriminis.blogosfere.it

Hier, mardi 30 novembre, lors d'une vaste opération dans le cadre d'une enquête menée par le parquet de Milan, dix personnes ont été arrêtées, parmi lesquelles figurent un juge du Tribunal de Reggio de Calabre, Vincenzo Giglio, et un conseiller régional du Popolo della Libertà, Francesco Morelli.

La ?Ndrangheta : première organisation criminelle en Italie

Née dans la région de Calabre au début du XIXe siècle, la 'Ndrangheta est à la fois la plus archaïque et la plus moderne des mafias italiennes. Archaïque, puisque les «parrains» qui se situent au sommet de l'organisation restent campés dans les villages perchés de la chaîne montagneuse de l'Aspromonte. Moderne, car elle tisse des liens avec les autres mafias de la planète, des Albanais aux Russes en passant par les cartels de la drogue colombiens. Avec un chiffre d'affaire annuel estimé à 45 milliards d'euros (3% du PIB italien) selon la commission parlementaire italienne Anti-mafia, elle est devenue depuis quelques années la plus puissante association illicite en Italie. Les Etats-Unis l'ont même ajouté en mai 2008 sur leur liste noire des organisations criminelles les plus dangereuses agissant sur le sol américain.

L'implantation de la ?Ndrangheta dans le nord de l'Italie et particulièrement au sein de la région Lombarde débute quant à elle au début des années 1960. A l'époque, l'Etat italien avait décidé d'y envoyer les mafieux qui avaient fini de purger leur peine afin de les éloigner de leurs familles et  pour qu'ils puissent s'insérer dans la société italienne. Mais le résultat fut tout autre. La prospérité économique dans cette partie de la péninsule leur permit d'établir un lien avec leurs parents du sud, notamment en procédant à un blanchiment massif d'argent sale. En 2010, la commission parlementaire Anti-mafia a dénombré 160 entreprises de construction, déplacement de terre, restauration ou traitement de déchets détenues par la 'Ndrangheta en Lombardie.  « C'est la troisième région après la Sicile et la Campanie dans laquelle le nombre d'entreprises appartenant à la mafia est le plus élevé », a déclaré la maire de Milan, Giuliano Pisapia, le mois dernier dans une interview accordée à l'Espresso. image.source.mafiaquintiliano.skyrock.com/

Pourquoi Milan ?

Selon le rapport annuel de la Commission Parlementaire Anti-mafia, « Milan et la Lombardie représentent la métaphore de la ramification moléculaire de la 'Ndrangheta dans toute l'Italie du Nord ». Vincenzo Macrì, substitut procureur national anti-mafia, qualifie même la ville de Milan comme « la vraie capitale italienne de la 'Ndrangheta ».
Celle-ci représente tout d'abord un considérable marché pour l'écoulement de la drogue, notamment la cocaïne. Plusieurs milliers de doses sont en effet consommées chaque week-end dans les nuits festives des discothèques milanaises.
Mais surtout, la capitale lombarde accueille l'exposition universelle en 2015. Avec ses 4 milliards d'euros de financements publics et les 14 milliards de retombées économiques prévues, elle représente une véritable aubaine pour les « ?Ndranghetistes ». Don Luigi Ciotti, un prêtre très actif dans la lutte contre la mafia, soupçonne une forte infiltration politique et économique des clans calabrais dans les travaux de l'Exposition. Ses craintes sont confirmées par les données de la Direction de District Antimafia milanaise. Dans son rapport, elle explique que les « mafiosi » procèdent à des rachats de sociétés anonymes locales pour pouvoir se hisser au premier plan sans attirer l'attention sur eux.

Alors que faire pour enrayer l'expansion de la ?Ndrangheta dans le nord de l'Italie ? La lutte contre la corruption politique est particulièrement importante. Encore faut-il la reconnaître. Dans les années 90, le maire de la ville, Gian Paolo Pillitteri, avait  déclaré : «La mafia à Milan, ça n'existe pas». Aujourd'hui, Giuliano Pisapia affirme que la commune est victime de « véritables intimidations » et il se dit personnellement « inquiet » de cette situation. On connaît bien en effet le sort que réservent les mafieux à ceux qui tentent de leur barrer la route?

Laurent Maurel (www.lepetitjournal.com/milan) jeudi 1er décembre 2011

Lire aussi notre article : Mafia - qui se cache derriere la ndrangheta ?

Vidéo France24 :
Mafia italie - la ndrangheta decapitee
Livre : « La ?Ndrangheta : enquête au c?ur de la plus puissante mafia italienne » de Stéphane Quéré

0 Commentaire (s) Réagir
Sur le même sujet