Marc Albert Cormier : « Le conseiller est un aiguilleur du ciel »

Par Damien Bouhours | Publié le 20/05/2021 à 15:35 | Mis à jour le 20/05/2021 à 15:38
Marc Albert Cormier tête de liste de "UN MONDE DE PROJETS POUR L’ONTARIO ET LE MANITOBA", pour les élections consulaires 2021 pour la 2e circonscription du Canada

Marc Albert Cormier est tête de liste de "UN MONDE DE PROJETS POUR L’ONTARIO ET LE MANITOBA", pour les élections consulaires 2021 pour la 2e circonscription du Canada. Il revient avec nous sur son programme. 

 

Pouvez-vous vous présenter en quelques phrases ? 

Conseiller sortant, élu en 2014, je suis présent dans la circonscription depuis près de 30 ans. Originaire des îles Saint-Pierre et Miquelon, après des études en biologie cellulaire à l’Université de Bordeaux, j’ai décidé d’aller vivre une expérience dans mon autre pays de citoyenneté. Après une formation au sein de la version ontarienne de l’école normale, je me suis consacré à l’enseignement des sciences et des mathématiques dans les écoles francophones de Toronto et la région avoisinante. Proviseur depuis la rentrée de septembre, je consacre une bonne partie de mes heures perdues à soutenir la communauté française de la circonscription en répondant à leurs nombreuses questions et en les représentant auprès des instances consulaires locales.

 

Comment avez-vous constitué votre liste ?

J’ai constitué ma liste avec une attention particulière à une représentation régionale équilibrée en sus d’une variété d’expériences et d’origines. Avec trois colistiers de la région d’Ottawa, trois de la région du Grand Toronto, notre liste inclut en seconde place, une candidate de la région de Thunder Bay, qui, élue, représentera avec une légitimité évidente, les quelque 20 % des Françaises et Français qui ne vivent pas dans les trois grandes métropoles de la circonscription (Ottawa, Toronto et Winnipeg). Connus pour leur implication dans leurs communautés respectives, les colistiers sont profondément enracinés dans leur pays d’accueil et ont la fibre associative à cœur, tant à Ottawa qu’à Toronto.

 

Quel est selon vous le plus grand défi auquel font face les Français de Toronto ?

Il va de soi qu’en l’état actuel des choses, la pandémie est au cœur des préoccupations des Français de Toronto, d’Ottawa, de la province de l’Ontario et du Manitoba. La liberté de circuler, la lenteur des campagnes vaccinales locales, les mesures frontalières sont à l’avant plan depuis mars 2020. Bien entendu, une foule  d’autres préoccupations nous concernent collectivement : les procédures administratives lourdes et confuses pour nos retraités avec les sempiternels certificats de vie, la fiscalité pénalisante que constitue les taxations comme la CSG et la CRDS, la nécessité de constituer des dossiers intrusifs avec d’importants facteurs limitatifs pour les bourses scolaires, et pour celles et ceux qui ne vivent pas dans la région immédiate du Grand Toronto, l’accès limité aux services consulaires pour l’obtention d’un passeport ou d’une pièce d’identité.

 

Que représente pour vous la mission principale de conseiller des Français de l'étranger ? 

Le conseiller est un aiguilleur du ciel. Il oriente les démarches, il répond à celles qui sont de sa compétence, il conseille, il écoute et parfois il doit faire preuve de pédagogie quand il expliquer, oriente et accompagne les compatriotes. Régulièrement consulté par le poste sur les questions de sa compétence, il doit aussi faire remonter les préoccupations principales de compatriotes auprès des législateurs que constituent les douze sénateurs des Français de l’étranger. Un conseiller peut aussi jouer le rôle d’animateur politique, au sens noble du terme, au sein de sa communauté.   

 

Pouvez-vous nous détailler les grands axes de votre programme ?

Des engagements clairs :

  1. Être présent à tous les conseils consulaires, participer à toutes les activités organisées par le poste.
  2. Se faire le porte parole des préoccupations des compatriotes auprès du poste, en matière de services consulaires.
  3. Se déplacer au sein de la circonscription pour aller à la rencontre des compatriotes, pour les écouter chez eux.
  4. Maintenir un dialogue permanent avec nos parlementaires.
  5. Lutter contre les mesures fiscales discriminatoires.
  6. Proposer la création d’une chaîne TV5-2 pour diversifier l’offre télévisuelle française.
  7. Obtenir la diffusion de France 24 et France Info par la radio par satellite et les services de câblodistribution.
  8. La création d’une association de défense des intérêts des Françaises et Français auprès des instances politiques canadiennes indépendante de la représentation consulaire.
  9. La création d’une association de bienfaisance (OLES) pour proposer une aide sociale adaptée.  

 

UN MONDE DE PROJETS POUR L’ONTARIO ET LE MANITOBA

 

Marc Albert Cormier

Audrey Debruyne

Jérôme Mizon

Adra Berezintsev

Jean-Luc Malherbe

Françoise Daviaux

Julien Redelsperger

 

Pour en savoir plus sur les élections consulaires et les autres listes : Elections consulaires : modalités de vote et candidats à Toronto

Nous vous recommandons
Damien Bouhours

Damien Bouhours

Diplômé de sociologie à l'Université de Nantes et Tromsø (Norvège), il a vécu plus d'une décennie en Asie du Sud-Est (Laos et Thaïlande). Il a rejoint lepetitjournal.com en 2008 dont il est directeur éditorial et partenariats.
0 Commentaire (s) Réagir