Dimanche 18 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

LE PLACARD – La pièce de Francis Veber jouée par le Théâtre Français de Toronto

Par Lepetitjournal Toronto | Publié le 14/05/2016 à 10:54 | Mis à jour le 15/05/2016 à 08:35

 

Pendant deux semaines Pierre Simpson enfile à nouveau le costume de François Pignon, héros du Dîner de cons de Francis Veber. Mis en scène par Guy Mignault, Le Placard a beau avoir une quinzaine d'années, les sujets qu'il traite sont, eux, toujours d'actualité.

François Pignon, un gars "chiant" apprend qu'il va être licencié. Pour garder son travail, son voisin lui conseille de se faire passer pour un homosexuel. Un stratagème qui change le regard de ses collègues et de sa famille?

Pour la troisième fois, Pierre Simpson réenfile le costume de Pignon dont il aime le côté naïf, petit garçon qui veut croire que les gens sont de bonne foi et veut aider les autres. Mais ce qu'il trouve particulièrement intéressant dans Le Placard, c'est qu'il est mis au défi plus longuement que dans les autres pièces. "On lui offre une palette de couleurs un peu plus grande."

Rire de l'homophobie pour la dénoncer

Le Placard a 15 ans, pourtant, les débats que la pièce soulève n'ont presque pas pris une ride. "Il y a beaucoup de choses qui ont changé et se sont améliorées, il y a eu beaucoup de libertés acquises? mais il y a encore des Donald Trump, des George W. Bush, des gens qui n'acceptent pas l'homosexualité pour des raisons obscures et par étroitesse d'esprit", explique le metteur en scène Guy Mignault.

Francis Veber comme Molière sont pour lui deux auteurs qui "dénoncent les travers de leurs contemporains". Dans Le Placard, "une pièce non-politiquement correcte", Guy Mignault voit de la profondeur : elle traite d'homophobie, de séparation de couple mais aussi d'amalgame avec un "humour intelligent".

Troisième adaptation de Veber

Au bout de quatre semaines de répétition le metteur en scène et l'acteur avouent moins rigoler en jouant la comédie : "Au début, quand on commence et travaille le texte, on rit ! Mais on rit ! Et puis, à force, on arrête de rire, y'a plus rien qui nous surprend !", confie Guy Mignault. Mais c'était sans compter la première, mercredi soir. "Là, tout d'un coup l'acteur qui nous manquait arrive : le public. Il était là et il était bon." Les rires à l'unisson ont été une belle "vague d'énergie" pour la troupe.

Le Placard

Jusqu'au dimanche 29 mai 2016.

Berkeley Street Theatre, 26 Berkeley St, Toronto.

Durée : 1h30.

Kim Chaze (www.lepetitjournal.com/toronto) vendredi 13 mai 2016

0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

Jean-Christophe Lamy, pilote de sa vie

Malgré sa myopie, Jean-Christophe Lamy n’a jamais renoncé à son rêve d’enfant : devenir pilote de ligne. Épris de liberté, il a de son propre aveu eu un parcours atypique, franchissant un à un tous...

Sur le même sujet