Lundi 21 septembre 2020

SANTE – Symptômes de la maladie de Minamata découverts sur 853 personnes

Par Lepetitjournal Tokyo | Publié le 28/06/2012 à 20:59 | Mis à jour le 20/11/2012 à 11:16

Le gouvernement a démarré dimanche les examens médicaux pour les victimes potentielles de la maladie de Minamata, et 853 personnes ont déjà été recensées comme souffrantes. Cette affection neurologique due au rejet d'une eau contaminée au mercure dans la mer Yatsushiro a été officiellement reconnue en 1956, mais il aura fallu plus de 50 ans pour que les premiers examens médicaux intensifs soient menés

 

Les contrôles médicaux effectués au cours du week-end pour identifier les personnes souffrant de la maladie de Minamata, ou empoisonnement au mercure, ont révélé des symptômes sur 850 personnes alors que la date limite ? le 31 juillet - pour réclamer dommages et intérêts au gouvernement approche. "C'est parce que le gouvernement a fait si peu que les dégâts [de la maladie] ont progressé à ce point, je pense qu'il y a encore beaucoup d'autres victimes potentielles", a déclaré Shigeru Takaoka, un des médecins participant au dépistage de la maladie due au rejet d'une eau contaminée au mercure dans la mer de Yatsushiro par une usine chimique de la compagnie Chisso, cité par Yomiuri Shimbun.

Des examens médicaux afin d'identifier au plus vite les victimes
Sur les 1.413 personnes ayant été examinées, 853 ont été estimées malades alors que la date limite jusqu'à laquelle elles peuvent encore se manifester est fixée par le gouvernement au 31 juillet. L'organisateur de l'examen médical conseille donc aux autres potentielles victimes de se faire dépister au plus vite, mais il prévoit également d'exhorter le gouvernement à renoncer à sa date limite. Ces examens médicaux menés par 140 médecins de la Fédération japonaise des institutions médicales démocratiques ont été menés en six lieux, dans les villes bordant la mer de Shiranui à Minamata, à Amakusa dans la préfecture de Kumamoto, et à Izumi dans la préfecture de Kagoshima. Le corps médical était à la recherche de symptômes tels que la déficience sensorielle des bras ou des jambes, ou un rétrécissement du champ visuel.

Un gouvernement frileux de prendre plus de responsabilités
Bien que la maladie neurologique a été officiellement reconnue en mai 1956, les premiers examens médicaux intensifs n'ont eu lieu que le 24 juin dernier sur la côte affectée. Selon la loi, l'État a jusqu'au mois de mai 2013 pour déterminer qui a le droit ou non à un dédommagement. Le gouvernement propose 2,1 millions de yens (environ 21.000 euros) accompagnés d'une mensualité de 17.700 yens pour les soins médicaux aux personnes reconnues comme malades. Jusqu'ici, sur 50.000 personnes, seuls 3.000 patients, dont les trois quarts sont déjà décédés, avaient été reconnus victimes de Minamata. Le nombre total de ces victimes reste indéterminé malgré les 56 années écoulées depuis la reconnaissance officielle de la catastrophe sanitaire.
Kessi Weishaupt (http://www.lepetitjournal.com/tokyo.html) vendredi 29 juin 2012

logofbtokyo

Lepetitjournal Tokyo

Le media des Français, francophones et francophiles à l'étranger. Pour recevoir des informations quotidiennes, abonnez-vous gratuitement à la newsletter!
0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

Enlèvements au Japon : une résolution européenne adoptée

Le Parlement européen, inquiété par les enlèvements d’enfants de couples binationaux, a appelé le 8 juillet le Japon à respecter le droit international et à changer son système juridique

Vivre à Tokyo

Infos pratiques

Être fumeur au Japon

Même si, chaque année, le nombre de fumeurs diminue (8% de moins au premier trimestre 2019, selon la Japan Tobacco), le Japon a pour objectif de le diminuer toujours plus à l’approche des Jeux...

Expat Mag

Bucarest Appercu
INTERVIEW

Tilla Rudel, nouvelle directrice de l'Institut français de Timișoara

Cette semaine notre rédaction est allée du côté de Timișoara, une ville que nous affectionnons tout particulièrement, pour vous présenter la nouvelle directrice de l'Institut français de Timișoara, Ma