Mercredi 20 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

ELODIE SABLIER - Une musicienne inspirée par l'Australie

Par Lepetitjournal Sydney | Publié le 20/11/2013 à 21:00 | Mis à jour le 19/11/2013 à 04:44

Elodie Sablier a commencé à jouer du piano à 6 ans avec son grand père. Elle est arrivée en Australie pour apprendre l'anglais et trouver d'autres sources d'inspiration. Quatre ans plus tard, Elodie est installée Sydney, entourée d'une nouvelle famille artistique et sort "Vertigo", son premier album de ses compositions au piano. Rencontre avec une artiste épanouie 

Lepetitjournal.com - Pourquoi venir en Australie lorsqu'on est pianiste ?

Elodie Sablier - Je dirais plutôt lorsqu' on est artiste et musicienne. J'avais entendu beaucoup entendu parlé de cette nouvelle terre qui accueillerait des artistes de manière très ouverte. Ce qui m'a intéressait tout de suite c'était de voir comment se passait la culture ici, rencontrer les musiciens australiens et ce mélange entre les racines Européennes et l'Australie elle-même, entre le classique et le jazz et l'improvisation. 

Un mélange qu'on ne retrouve pas en France ?

En fait, quitter la France c'était aussi quitter une étiquette "pianiste classique" que j'avais. Même si c'est ma base, j'ai fait le conservatoire de Villeurbanne et d'Aulnay sous Bois ensuite, je me sentais moins libre en tant qu'artiste en France. A Paris, j'ai connu la compétition, le challenge, c'est intéressant et formateur mais j'ai voulu en partir rapidement. J'ai poursuivi une formation de jazz à l'école de Valence et après cela, je me suis dit que j'avais pas mal d'outils et que j'allais essayé d'en faire quelque chose ailleurs?et l'ailleurs c'était la terre inconnue, l'Australie.

Et vous êtes toujours là?

Oui car déjà une semaine après mon arrivée, j'ai pu commencer à travailler en tant que pianiste dans des hôtels, les gens m'ont ouvert leurs portes, j'ai rencontré des musiciens et j'ai réalisé qu'il y avait beaucoup de choses à faire ici. J'aime beaucoup ce mélange de culture européenne et de culture proprement anglo-saxonne australienne. C'est très intéressant dans la musique. Et puis j'ai l'impression d'apporter quelque chose avec ma formation purement française?surtout sur le jeu pianistique qui est très différent chez les français, il y a cette précision, cette clarté dans l'harmonie et cette touche française, on la retrouve déjà chez Debussy ou Ravel. Je suis beaucoup inspirée par cela et c'est ce que j'ai apporté ici.

Vertigo est ton premier disque ?

En tant que compositeur oui. J'ai produit d'autres disques auparavant où je jouais les compositions des autres mais Vertigo ce sont mes musiques. Je voulais vraiment le faire, me prouver que j'étais capable de faire quelque chose avec toute cette inspiration française et australienne. Je suis une fille de challenge, j'aime quand cela parait impossible. Et puis quand je suis arrivée en Australie, j'ai composé ma première musique et je l'ai appelée Vertigo?c'est aussi la première composition de l'album. J'ai eu cette délicieuse sensation de vertige, d'espace?cela peut être une perte d'équilibre, de repères mais cela peut aussi être? comme des étincelles, quelque chose de positif?la musique est toujours positive pour moi de toute façon. 

Aujourd'hui tu te sens Australienne, Française ?

Je suis musicienne avant tout avec une influence européenne marquée mais j'aime prendre des inspirations partout?ma musique pourrait être créée ailleurs. Pourtant quand je joue ici, je me sens libre. L'Australie a libéré mes inspirations, cet espace m'a aidée, il y a un positivisme ambiant, c'est inconscient.

Tes projets en Australie 

Je me suis reconstituée une famille artistique en Australie et j'ai beaucoup de projets ici. Je voudrais continuer à créer mes propres compositions bien sur mais j'aime toujours jouer les autres compositeurs, pas forcément classiques d'ailleurs. J'ai de multiples influences ( en ce moment j'écoute Daft Punk et j'adore), je ne veux pas me limiter au classique. Et puis j'aime jouer avec d'autres musiciens australiens. Lors du lancement de mon disque, je jouerai avec une harpiste, une violoncelliste, un flûtiste, je suis si contente de présenter ces compositions et partager cela avec des gens que j'aime, il y aura des extraits de films français en fond d'écran, ce sera un vrai spectacle avec de la belle musique.

Propos recueillis par Flore Gregorini (www.lepetitjournal.com/sydney), jeudi 21 novembre 2013

Concert d'Elodie et lancement de l'album VERTIGO

Mardi 3 décembre 2013 à 20h30 au "Foundry 616"

616, Harris Street, Ultimo, Sydney

http://www.stickytickets.com.au/13945/elodie_sablier.aspx

 

 

lepetitjournal.com sydney

Lepetitjournal Sydney

Le rendez-vous quotidien des Francophones à Sydney: Abonnez-vous gratuitement à la newsletter quotidienne
0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

Investir en France depuis l’étranger avec Réside Études

Placement préféré des Français, l’immobilier est aujourd’hui l’investissement privilégié par de nombreux non-résidents. En effet, beaucoup de facteurs sont très favorables à l’acquisition d’un bien...

Expat Mag

TÉLÉTHON

Jonas : "La maladie m'emprisonne, mais je crois au traitement"

Jonas, jeune étudiant de 22 ans, a été diagnostiqué d’une calpaïnopathie à l’âge de 6 ans. Une maladie qui s’est installée progressivement et qui depuis l’adolescence grignote peu à peu ses muscles

Sur le même sujet