TEST: 2290

Une application smartphone permettrait-elle de vaincre le COVID-19 ?

Par Madeleine Goujon | Publié le 23/04/2020 à 10:45 | Mis à jour le 23/04/2020 à 10:45
Photo : L'application devrait être téléchargée par au moins 40 % de la population pour être efficace (Photo de Luke Ow, Unsplash)
Application de traçage COVID-19 Australie

Depuis mars, de nombreux États réfléchissent au déploiement d’applications sur téléphone mobile pour lutter contre la propagation du coronavirus, et l’Australie n’échappe pas à la règle. Fonctionnement, objectifs, critiques et peurs suscitées par une application de suivi, le Petit Journal Sydney revient sur l’annonce controversée du Premier ministre Scott Morrison.

Le Gouvernement australien a annoncé développer une application smartphone de suivi des interactions entre les utilisateurs pour retracer les cas de coronavirus. Similaire à l’application singapourienne TraceTogether, l’outil utiliserait le Bluetooth des téléphones mobiles et détecterait si une personne a passé plus de 15 minutes à proximité d’une autre personne qui serait infectée – et ce, même si ces deux personnes ne se connaissent pas. Les autorités sanitaires utiliseraient alors les données recueillies pour contacter la personne potentiellement contaminée.

 

 

Selon le Premier ministre australien, Scott Morrison, la récolte de ces informations grâce à l’application serait nécessaire pour « sauver des vies ». Le chef du Gouvernement tente de rassurer la population en affirmant que l’application, basée sur le consentement, ne serait pas obligatoire, mais qu’elle aurait néanmoins un rôle important pour l’assouplissement progressif des restrictions liées au confinement.

 

 

Pour être efficace, ce type de technologie nécessiterait l’adhésion d’au moins 40 % de la population. Contre les détracteurs potentiels, les développeurs affirment œuvrer pour assurer la confidentialité des données par le biais de cryptage, d’effacement des données au bout de 21 jours ou encore d’un système d’anonymisation par génération d’identifiants temporaires.

Le déploiement de l’application pose malgré tout de nombreuses questions en termes d’accessibilité ou de respect de la vie privée. Quid des personnes qui ne possèdent pas de smartphone ? Comment s’assurer que les données ne soient bel et bien qu’utilisées par les autorités sanitaires, et non par le Gouvernement pour réaliser une surveillance de masse ? D’autant plus que les géants Google et Apple ont annoncé également travailler sur la question.

L’idée d’un traçage numérique des malades se répand à travers le monde. Le Président français Emmanuel Macron a d’ailleurs lui aussi confirmé le développement d’une application de suivi appelée « StopCovid » qui fera l'objet d'un débat le 28 avril à l’Assemblée nationale et le 29 au Sénat.

 

Sur le même sujet
Madeleine Goujon

Madeleine Goujon

Éprise de problématiques environnementales et culturelles, j’ai une double formation en droit et en journalisme. Pour le moment en télétravail depuis la France, j’espère rejoindre la Nouvelle-Zélande au plus vite.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Sydney !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Nicolas Roger

Rédacteur en chef de l'éditon Sydney.

À lire sur votre édition locale