Mardi 4 août 2020

Un mois de juillet sans plastique : êtes-vous prêt à relever le défi ?

Par Madeleine Goujon | Publié le 02/07/2020 à 16:41 | Mis à jour le 03/07/2020 à 14:34
Photo : La campagne 2020 pour un mois de juillet sans plastique est lancée (Photo site web de l’organisation Plastic Free July)
Plastic Free July

Le mouvement global Plastic Free July revient cette année pour vous proposer conseils et astuces pour réduire votre consommation de plastique à usage unique et lutter contre la pollution plastique.

 

 

Le problème mondial du plastique

La pollution plastique est aujourd’hui un fait qui ne peut être ignoré : selon des estimations, plus de 9 milliards de tonnes de plastique auraient été produites dans le monde depuis l’introduction du matériau dans les années 1950. Or près de 91 % des déchets plastiques n’ont pas été recyclés. Le problème prend une envergure qui dépasse l’entendement, les photos de plages jonchées de détritus se multiplient, la concentration de micro-plastiques du vortex de déchets du Pacifique ne cesse d’augmenter et l’usage unique de plastique ne diminue pas, notamment avec la pandémie du COVID-19. Si vous voulez réduire vos déchets plastiques mais que vous ne savez pas forcément par où commencer, rejoignez le mouvement mondial Plastic Free July : vous y trouverez des conseils et astuces pour un mois de juillet sans plastique.

 

Le mouvement Plastic Free July

Plastic Free July est un mouvement global lancé en 2011 qui promeut la réduction des déchets plastiques, et notamment des plastiques à usage unique. Selon National Géographic, « plus de 40 % du plastique n’est utilisé qu’une fois, avant d’être jeté ». Pratique certes, mais très peu écologique : un court laps de temps d'utilisation pour des centaines voire des milliers d'années dans l'environnement. L’initiative Plastic Free July de la Plastic Free Foundation basée en Australie, propose chaque année au mois de juillet des conseils pour adopter de nouvelles habitudes qui, à terme, pourraient devenir un véritable mode de vie.

 

Le défi est à la portée de tous : totalement gratuit, vous pouvez vous engager pour un jour, une semaine, tout le mois de juillet ou bien même pour le reste de votre vie ! La campagne fournit des ressources et idées pour réduire vos déchets, et ce, que vous soyez à la maison, au travail, à l’école, dans votre café, à la boulangerie ou lors d’un événement à l’extérieur. Des astuces pour employés et employeurs, élèves, parents et professeurs ou encore commerçants sont mises à votre disposition. Prendre sa tasse à café à l'extérieur, utiliser une gourde et des sacs réutilisables pour faire ses courses en vrac, se servir d'alternatives durables et écologiques dans sa salle de bain telles que des brosses à dents, dentifrices, protections hygiéniques ou encore du savon sans emballage plastique, sont des petits gestes au quotidien qui peuvent, accumulés, changer la donne.

Nous ne pouvons pas tout faire, mais nous pouvons tous faire quelque chose ! Faire un petit changement individuel fera collectivement une énorme différence pour nos communautés.

Dans un souci écologique cependant, veillez à utiliser ce que vous avez déjà plutôt que d’acheter de nouveaux articles. Des pots et bocaux en verre nettoyés feront parfaitement l’affaire pour transporter votre nourriture, sans que vous n’ayez à acheter la dernière Lunch Box à la mode. Vous pouvez sinon privilégier les achats d’occasion en second main ou chez des petites entreprises locales.

Le défi se veut être un mouvement global qui permettrait de créer de nouvelles habitudes. Aussi, à côté des conseils et ressources, le mouvement cherche à connecter les gens, les aider à rester motivés et inspirer la communauté en partageant les histoires de chacun. Plastic Free July a déjà conquis plus de 250 millions de participants dans 177 pays à travers le monde. Si vous souhaitez relever le défi, vous pouvez suivre ce lien.

Leur page Facebook 

Leur page Instagram 

 

Madeleine Goujon

Madeleine Goujon

Éprise de problématiques environnementales et culturelles, j’ai une double formation en droit et en journalisme. Pour le moment en télétravail depuis la France, j’espère rejoindre la Nouvelle-Zélande au plus vite.
0 Commentaire (s)Réagir

Australie

Melbourne Appercu
ART

Un 'clown' australien et écolo à Montargis

Dans le cadre d'un festival d'art de rue dans la région parisienne, l'artiste australien installé en France René Brink "Shrink" a réalise un mural. Un thème environnement pour une oeuvre très urbaine.

Expat Mag

GASTRONOMIE

Julien Sebbag, un chef engagé qui inspire

Chef autodidacte et confirmé, à 28 ans Julien Sebbag est déjà à la tête de deux restaurants à Paris et prévoit deux nouvelles ouvertures à la rentrée.

Sur le même sujet