TEST: 2287

COVID - Pour augmenter l'efficacité de ses vaccins, la Chine accepte les mélanges

Par Le Petit Journal Shanghai | Publié le 01/03/2022 à 21:30 | Mis à jour le 01/03/2022 à 21:30
Un centre de vaccination contre le covid 19 en Chine

Serait-ce un signe d’ouverture du pays ? Bien qu’il ait été rapporté plus tôt que la Chine pourrait envisager de s’ouvrir aux étudiants internationaux conformément aux accords entre certains pays, le pays assiste maintenant à une nouvelle vague de COVID à l’échelle nationale et parvient tout de même à s’en tenir à sa politique de tolérance zéro.

Dans de nouvelles circonstances, l’épidémiologiste chinois Zhong Nanshan a déclaré que « nous ne tolérerons pas qu’un grand nombre de personnes âgées meurent de la COVID-19, donc notre politique s’efforce d’éliminer toutes les infections ».

Les données montrent que plus de 1,23 milliard de personnes, soit environ 87% de la population totale du pays, sont entièrement vaccinées. Cependant, du point de vue du gouvernement chinois, il y a encore un long chemin avant d’atteindre l’objectif pour éradiquer le virus.

Des injections de rappel contre le Covid, avec une technologie venant hors de Chine

Dans ses efforts éventuels d’ouverture, la Chine a commencé à fournir des injections de rappel COVID-19 au cours du week-end dernier sur la base de technologies différentes de celles utilisées dans les vaccinations initiales dans le pays.

Au lieu de recevoir une injection supplémentaire développée avec la même technologie, les personnes éligibles à un booster ont maintenant un choix plus large. Ils peuvent obtenir un vaccin contre la COVID-19 sous-unitaire protéique fabriqué par Anhui Zhifei Longcom Biopharmaceutical ou un vaccin à vecteur viral de CanSino Biologics.

Un medecin chinois avec des vaccins contre le covid 19

Selon la Commission nationale de la santé, la méthode, connue sous le nom de vaccination séquentielle, cible les personnes de plus de 18 ans qui sont entièrement vaccinées avec l’un des trois vaccins inactivés produits par Sinopharm et Sinovac Biotech. Deux injections sont nécessaires pour une vaccination complète.

Les vaccins sous-unitaires protéiques utilisent une sous-unité d’antigène viral pour déclencher une réponse immunitaire, et les vaccins à vecteur viral utilisent une version modifiée d’un virus différent pour demander à nos cellules de combattre le virus.

Une démarche approuvée et soutenue par l’OMS

« La recherche a montré que les amplificateurs de la même technologie et de technologies différentes sont efficaces pour améliorer encore la protection contre la maladie », a déclaré Wu Liangyou, directeur adjoint du Bureau de prévention et de contrôle des maladies de la commission, lors d’un point de presse. « Le public n’a besoin que de choisir l’un d’entre eux. »

En réponse aux soupçons de certaines personnes, les médias rapportent qu’une telle approche flexible des différents vaccins pour les programmes de rappel est approuvée et soutenue par l’OMS. En fait, la méthode a déjà été adoptée dans un certain nombre de pays en Amérique du sud, en Europe et en Asie du Sud-Est.

Un passeport vaccinal à Hong Kong

Hong Kong a également imposé des restrictions plus strictes, avec la cinquième vague de COVID-19 continuant de s’aggraver.

Face à l’augmentation des nouveaux cas et du nombre de morts, le gouvernement de Hong Kong a lancé récemment un « passeport vaccinal » controversé qui permet uniquement aux personnes inoculées d’entrer dans des endroits tels que les supermarchés et autres lieux publics. Le plan exige que toute personne âgée de 12 ans et plus ait pris au moins une dose d’un vaccin pour entrer dans des locaux spécifiés, à l’exception de ceux qui bénéficient d’exemptions médicales.

Au-delà du passeport vaccinal, Hong Kong lancera des tests de masse obligatoires d’acides nucléiques en mars pour ses 7,3 millions d’habitants, qui devraient recevoir des tests COVID-19 trois fois au cours de la période.

Faire l’objet de nouvelles recherches sur les variantes du Covid

L’effort ne s’est pas arrêté là. En plus des stratégies de vaccination, la Chine a intensifié la recherche sur des vaccins adaptés pour s’attaquer à la souche dominante qui anime le monde - la variante Omicron.

Le principal organisme de réglementation des médicaments du pays a reçu ou examine des demandes d’essais cliniques pour plusieurs nouveaux vaccins, y compris des vaccins inactivés ciblant la nouvelle souche et des vaccins à large spectre conçus pour prévenir de multiples variantes.

 

 

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Shanghai !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Guillaume Asmanoff et Thomas Aunave

Rédacteurs en chef de l'éditon Shanghai.

À lire sur votre édition locale