Déconfinement à Shanghai : victoire sur le mammouth

Par Le Petit Journal Shanghai | Publié le 02/06/2022 à 21:00 | Mis à jour le 02/06/2022 à 21:00
Photo : Une illustration de Kate Chou
kate-chou-shanghai

Alors que l’incidence à Shanghai est devenue résiduelle, la réouverture enfin effective, c’est l’heure du bilan pour le méga-foyer ou le Mammouth de Shanghai. Nouvel éclairage de l’équipe bénévole de Solidarité Covid – Français de Chine.

 

On ne fera pas ici un bilan socio-économique qui va laisser un goût très amer à beaucoup, mais on va tenter d’expliquer les choses, car ça devient compliqué avec l’évolution des variants, les choix ou pas de vaccins, les taux de vaccination par tranche d’âge et on peut vite se tromper dans les conclusions.

On a beaucoup entendu que le confinement c’était parce que la Chine avait refusé de recourir aux vaccins ARN Occidentaux. On ne va pas commenter cette décision perçue comme purement politique, mais vous expliquer pourquoi cela n’aurait pas changé grand-chose au confinement de Shanghai si tous les seniors avaient été vaccinés BioNTech plutôt qu’aux vaccins au virus inactivé, si tant est qu’ils aient été vaccinés.

 

 

Mammouth d’une autre ère

 

Les chiffres d’efficacité des vaccins sont très subjectifs, on le sait, car biaisés par la situation épidémique dans les pays.

 Il y a un an on examinait les taux d’efficacité contre les formes symptomatiques de la souche d’origine / Alpha et on constatait déjà des écarts d’un pays à l’autre de 50% à 84% de réduction du risque de forme symptomatique pour Sinovac. 

 

A l’époque on savait déjà que le vaccin ne protégeait que contre les formes graves et les formes purement asymptomatiques étaient rarement détectées, et plus rares qu’avec Omicron, dans les pays des études cliniques. Le biais de l’incidence au moment de l’étude était donc élevé.

analyse covid

Ce biais disparaît théoriquement pour le calcul de l’efficacité contre les formes graves et les décès, car une fois les sujets infectés, ce sont les facteurs de risque et la protection vaccinale qui vont jouer dans la dégradation de l’état des patients. Théoriquement oui, mais dans les faits, l’effet de saturation joue un rôle capital, car la forte incidence va générer la saturation dans les hôpitaux et des conditions de soins dégradées.

Mammouth écrase les Codes

A Shanghai on a très vite renoncé à hospitaliser tous les cas positifs, à passer au scanner tous les cas positifs locaux ou importés. C’est la mise en route chaotique des centres de quarantaine qui a posé problème : fabrication à la hâte à grands renforts d’ouvriers venus des provinces et repartis en bus jusqu’à mi-avril, générant plusieurs dizaines de contaminations parmi eux, effroi des patients devant les conditions spartiates dans les centres, tergiversations sur les familles… Pendant ce temps-là, l’état de certains patients se dégradait, et c’était parfois trop tard pour certains d’entre eux qui ne sont pas passés par la catégorie cas sévères, directement dans les décès. 

analyse covid

Une fois le pic de contamination atteint, il s’est passé un phénomène étrange (on y voit même la forme du mammouth !), on a commencé à examiner les patients ou plutôt s’occuper de ceux qui souffraient dans les confins des allées des centres de quarantaine, un grand nombre de cas dits «asymptomatiques » ont été convertis en confirmés et c’est pendant cette semaine qu’on a atteint aussi le pic des décès.

Un Mammouth, ça trompe énormément

On peut quasiment être certain que ces décès sont imputables à ce retard de prise en charge, car avant les méga clusters, il n’y avait eu post Wuhan que 2 (voire 3 avec un cas discutable début 2021) décès pour un total de 13766 (du 1/1/2021 au 28/2/2022) cas locaux et 36 200 cas importés. 

 

Ces derniers sont soit plus jeunes (un maximum de 1.4% de cas sévères sur les cas actifs, plus bas que les pics de foyers locaux jusqu’à 6.4% avec Delta) mais on a eu quand même eu plusieurs sous-clusters de personnes âgées (à Nanjing, Yangzhou, Tonghua) et un total (non exhaustif) de 1515 patients de 60 ans et + sur 10112 cas locaux avec âge renseigné.

analyse covid

 

Si on applique les taux sans prendre en compte la pression hospitalière, Le taux de létalité de Shanghai (0.094% en 7ème position mondiale avec une moyenne monde à 0.34% sur le 1er semestre 2022) aurait dû livrer 36 décès sur les importés et 13 sur les cas locaux. 2 sur 49 décès attendus avec un taux de létalité très bas, c’est bien la preuve que rien n’est comparable à toutes choses égales par ailleurs avec cette pandémie…

On va retrouver l’effet du confinement dans les données hospitalières sur cette vague de Shanghai en comparaison avec les pays Européens pour lesquels on peut trouver en open source les données. 

analyse covid

Sur tous les indicateurs, le foyer de Shanghai est hors normes, et surtout le nombre de décès rapporté au pic des hospitalisations, mesuré au moment où la pression est plus forte ; Avec 57 995 admissions à l’hôpital (soit 9.3% des cas positifs), une hospitalisation plus longue (jusqu’à ce que le PCR soit négatif, à comparer avec la France : pic des lits occupés à 33 447 pour 1.6 millions d’admissions…)

 

La Pression hospitalière est le principal facteur aggravant des décès, et va impacter les taux de létalité mesurés dans les études. Dans l’ancienne colonie britannique, la capacité hospitalière a été étendue jusqu’à 12 000 lits pour 1.2 millions de contaminations. 

 

A Shanghai, on a hospitalisé (hors des Fangcang) au total  57995 personnes, jusqu’à 24 600 lits occupés le 23 avril : ça fait à Shanghai 2 fois plus de lits pour moitié moins de contamination… C’est ce qui fait que les taux de létalité mesurés à dans le SAR donnent un résultat bien au-delà du bilan final de Shanghai, qu’on ait vacciné 62% (annonce de la municipalité, incohérent avec les autres données, on l’a déjà expliqué) ou 87% des 60 ans + (hypothèse plus probable). 

 

On a repris donc le modèle d’un article précédent, mis à jour les données, et ajouté le scénario que les seniors aient été vaccinés BioNTech puisque les données de létalité de la SAR donnent des résultats significativement meilleurs à 2 doses sur les personnes âgées, équivalents sur tous les autres groupes. L’écart de décès entre le modèle BioNtech et le modèle vaccin chinois (1530-1174 = 350) est très inférieur à l’écart entre le bilan final et le modèle vaccin chinois (1530-588=942 à 87% de taux de vaccination). 

analyse covid

Ce modèle, Mis en place dans l’article RV en Terre Inconnue à partir de plusieurs sources officielles de Chine et de la SAR, est ici mis à jour et avec l’ajout du scenario BioNTech. Tous les scénarios sont très au-dessus des décès en « réel » (588 décès) car basés sur des taux de létalité mesurés dans un contexte de saturation hospitalière.

Autre conséquence de la saturation des hôpitaux en février / mars dans la SAR, des décès plus nombreux parmi les vaccinés : ce sont 28% des décès qui avaient reçu au moins une dose de vaccin à plus de 14 jours, contre 5.9% à Shanghai. Pour le méga foyer de Shanghai, c’est une donnée que nous avons collectée tous les jours sur les publications de la municipalité et sommes les seuls à présenter en cumulé.

Micro-foyer ou mammouth, c’est le même virus dans le corps

Avec les décès, on est maintenant fixés sur les gardes-fous en termes d’efficacité des vaccins. Voyons les cas graves, car là la probabilité de développer une forme grave va être d’abord influencée en première position par les facteurs de risque et la vaccination, et en dernière position par la prise en charge médicale précoce, habituellement immédiate en Chine zéro Covid dès le dépistage, retardée à Shanghai. 

On a aussi appliqué la préférence nationale sur les traitements et celui de Pfizer (Paxlovid) qui doit être pris dans les premiers jours de l’infection par les personnes fragiles a été approuvé en Chine (à l’inverse du vaccin BioNTech / Fosun, toujours en attente), livré, mais prescrit de façon très contrôlée. On a moins de données mais observons les données publiées par 2 études de l’ancienne colonie britannique et la municipalité de Shanghai.

analyse covid

 

Sur le groupe des personnes âgées, l’écart en réduction du risque de développer une forme grave qu’on a recalculé à partir de 2 études afin de les aligner sur les mêmes segments que les données communiquées pour Shanghai est beaucoup plus faible que l’écart sur les décès, mais significatif quand même sur les personnes âgées à 2 et 3 doses. Sur les plus jeunes, pas d’écart probant en faveur de la prise en charge de Shanghai : celle-ci n’était pas ce qu’elle était sur les petits foyers, et les sujets jeunes étaient vaccinés depuis plus longtemps que dans la SAR.

Moins de cas, légèrement moins de formes sévères sur les personnes âgées, beaucoup moins de décès avec une moyenne d’âge de 81.1 années, bien au-dessus de la moyenne des décès de Wuhan (70.1 années), c’est le bénéfice très cher payé du confinement de 40 à 80 jours selon les résidences / districts.

Enfermé le mammouth à Jurassic World

La stratégie Zéro Covid appliquée à Shanghai aura-t-elle permis de chasser le virus de la Chine? Le monde vacciné et immunisé enchaîne les rebonds et les variants avec une mortalité maintenant maîtrisée (0.34%), une sorte de Jurassic World à l’envers où les mammouths vont se reproduire en dehors de Chine, espèce éteinte en Chine… C’est un pari sur l’avenir que beaucoup d’étrangers en Chine n’ont pas voulu prendre, avec un triste exode des étrangers qui s’accentue encore plus à l’idée de devoir se retrouver en confinement au moindre rebond. 

analyse covid

Depuis le variant Delta, c’est une longue succession de bosses avec des pics allant croissant, présentés ici sur une échelle logarithmique. Pic des cas actifs le 21/4 avec 296 000 patients en isolement ; pic du nombre de foyers actifs sur toute la Chine le 31 mars avec 27 foyers présumés indépendants livrant des cas sur la journée

Il y aura d’autres foyers en Chine c’est sûr, il y en a eu 139, près de 21000 cas en Chine entre Wuhan et le Mammouth de Shanghai, et on ne peut pas s’attendre que ceux-ci se heurtent à l’immunité infectieuse comme ça a été le cas jusqu’à présent hors de Chine avec des pics de variants beaucoup plus bas qu’en janvier. 

Donc on va immédiatement sortir l’arsenal de prévention, les mises en quarantaine, le dépistage comme on l’a fait, mais trop tardivement pour Shanghai (fermeture des écoles à 155 cas par jour, six jours plus tôt rétrospectivement à Pékin) et éviter que les 108 foyers indépendants (sans trace de transmission humaine d’une ville à l’autre) éclos depuis début mars 2022, (3580 cas) ne deviennent des mammouths. C’est plutôt réussi mais là encore au prix de confinements et ralentissements d’activités multiples. 

analyse covid

 

Les 57 nouveaux foyers de Mars, 23 foyers d’avril et 30 foyers de mai ne sont pas sortis de nulle part, dont une partie sont liés à la circulation du virus en provenance des Mammouths via les objets, les animaux… et donc si le mammouth est éteint il y aura moins de foyers par le mécanisme des vases communicants… 

Quant à un nouveau foyer de cette ampleur à Shanghai qui mène à un confinement généralisé, il n’y en a pas eu pendant 2 ans, il a fallu se retrouver dans une situation de saturation des cas importés, et la trajectoire de la pandémie dans le monde n’en prend heureusement pas le chemin, la muraille sanitaire contre la Covid marchera contre la variole du singe ou autre pandémie.

 

--------------------------------

Carole Gabay est en expatriation familiale à Shanghai depuis 2013. Diplômée de l’ESSEC, avec une longue carrière dans les études de marché et data management, elle se retrouve impliquée dès le début de l’épidémie en Chine dans le tracking des données Covid avec le projet de l’équipe bénévole Solidarité Covid – Français de Chine. 

 

Retrouvez gratuitement le point complet grande Chine de Solidarité Covid sur ce lien: https://solidaritecovid.com/analyses-quotidiennes/

Articles, pages interactives CovidFlow, post quotidiens archivés sur www.solidaritecovid.com

Ou en rejoignant l’un des groupes wechat : contact UFE Shanghai, Doozyben

Soutenez l’équipe bénévole qui travaille de très longues heures pour maintenir les bases de données et l’analyse https://yoopay.cn/cf/10212 

 

qr

 

 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Shanghai !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Guillaume Asmanoff et Thomas Aunave

Rédacteurs en chef de l'éditon Shanghai.

À lire sur votre édition locale