Méga-foyers de Covid à Shanghai : Rendez-vous en terre inconnue

Par Le Petit Journal Shanghai | Publié le 27/04/2022 à 17:35 | Mis à jour le 28/04/2022 à 10:37
Une personne en combinaison de protection covid en chine

Un étrange sentiment bouleverse les Shanghaïens, confinés chez eux tout en étant si loin des lieux de leur quotidien (école, bureau, magasins sans parler des activités sociales…) et surtout sans savoir où l’on va et quand on y arrive. Une série de Phénomènes et mystères inédits décryptés par l’équipe bénévole de Solidarité Covid – Français de Chine.

 

Le foyer de Shanghai est le plus gros foyer Covid qu’ait connu la Chine puisqu’il a dépassé cette semaine l’incidence estimée de celui de Wuhan puisqu’avant avril 2020, on ne procédait pas en Chine aux dépistages de masse (482 000 cas d’après l’étude sérologique de mai 2020 sur la population). La stratégie zéro covid est le choix de la Chine, on en a expliqué les raisons dans l’article précédent qui sont inchangées pour ce qui est de la diffusion des foyers hors de Shanghai (y compris Pékin) qui restent de tailles contrôlables en quelques semaines.

 

carte chine covid

Remise à jour de la carte des provinces sur les foyers Omicron BA.2 (depuis le 1er mars). Pas de nouveau méga-foyer depuis la dernière mise à jour. Les cas liés aux déplacements interprovinciaux, les exilés en mars, en avril principalement les ouvriers engagés dans la construction des centres de quarantaine et chauffeurs de camion pour l’approvisionnement sont répartis sur toutes les provinces, mais en général limités en nb de cas du fait des quarantaines imposées. D’autres foyers endogènes apparaissent entraînant des confinements localisés et qui seront plus courts qu’à Shanghai. La part des asymptomatiques reste très liée à la pression épidémique.

 

Face aux situations pénibles d’approvisionnement, en constatant les contaminations jour après jour dans les mêmes résidences, aéroportées, via les livreurs / testeurs, les colis, via les installations communes, autant de cas résiduels qui retardent l’échéance de la sortie, On a beaucoup entendu que la « zéro-covid, ça ne marche pas ».  La stratégie Zéro covid ça ne s’évalue pas en quelques jours d’un confinement toujours chaotique, ce qui se met en marche en quelques jours et non sans faille dans le cas de Shanghai, c’est la logistique qui consiste à approvisionner sans contact les résidents chez eux pour leur éviter de se contaminer dans les commerces essentiels, ainsi que parer aux situations d’urgence. Aucun pays n’a mis en place une logistique pareille, il y avait eu des velléités à Ho Chi Minh City en mai 2021, rapidement abandonné. Et donc aucun pays n’a réussi à maintenir durablement le zéro-covid à l’apparition des nouveaux variants.

 

cluster avec frontiere coree du nord

Le foyer Omicron BA.2 de Jilin est l’autre méga foyer de ces premiers mois de 2022, des dizaines d’autres foyers livrant un nombre de cas gérable par la logistique zéro covid. Il est néanmoins difficilement comparable à celui de Shanghai car il est passé d’une ville à l’autre, touchant d’abord la ville de Jilin puis celle de Changchun, située à 120 km.

 

La situation en Chine : un effet boule de neige

 

N’ayant pas de point de comparaison équivalent dans un contexte de confinement à la chinoise, on se trouve dans une situation inédite pour évaluer la durée du foyer et donc des confinements, la reprise des activités, le retour des exilés hors province et des expatriés dans le pays, il faut évaluer le coût socio-économique de la zéro-Covid par rapport à une posture « vivre avec », avec un point de non-retour qu’on n’a probablement pas atteint, avec une amélioration qui se profile pour Shanghai.

On observe sur le foyer de Shanghai plusieurs phénomènes qu’on n’avait pas vus avant :

  1. Le retard dans le diagnostic clinique : afflux de cas dans les centres de quarantaine, pas le temps de les examiner, du coup ils sont catégorisés « asymptomatiques », car la catégorie « cas positif » non classé n’existe pas à Shanghai, alors qu’elle existe dans les bulletins de la ville de Tianjin par exemple sur les foyers récents : d’abord on annonce les cas positifs avec la localisation et l’itinéraire, le lendemain, classification et éléments démographiques. Dans le cas de Shanghai on a vu la proportion de cas asymptomatiques baisser au moment où les cas actifs ont démarré leur décrue, dégageant enfin un peu de temps pour examiner les patients.
shanghai asymptomatique

Jusqu’à 98% de cas asymptomatiques, c’est une proportion très élevée par rapport à ce qu’on a pu observer sur les cas importés (examinés parfois avec scanner dans un contexte de non saturation des départements Covid). Avec la stabilisation des cas actifs et l’aggravation des symptômes de certains, le taux baisse pour se stabiliser en dessous de 90%, ce qui reste élevé (entre 75 et 80% pour les importés)

 

  1. Retard dans les reports des cas : tous les confinés sont rivés chaque jour sur la liste des adresses reportant des cas qui est publiée chaque jour par la municipalité, et on constate, pour ceux qui se retrouvent en zone 1 (interdiction de sortir de l’appartement), que les premiers cas dans une résidence peuvent être officialisés avec jusqu’à 5 jours de retard.

 

  1. Prolongation des confinements : Avant ce foyer, tous les résidents de l’immeuble où résidait le patient 0 auraient été conduits en hôtel de quarantaine et le reste du compound n’avait qu’à attendre 14 jours que la medium risk soit levée. Maintenant que les voisins restent sur place, faute de place dans les hôtels de quarantaine, les risques de contamination par les conduits d’aération, les parties communes partagées (notamment sanitaires pour les immeubles vétustes), ou dans la queue du test PCR, les risques de contamination sont accrus sur l’immeuble, reportant d’autant la sortie…

 

covid en chine

La publication quotidienne des adresses où chacun va suivre sa résidence et les résidences voisines livrant des cas jour après jour, faute de déplacer les voisins directs dans des hôtels de quarantaine.

 

  1. Contamination des seniors : c’est un effet pervers de l’effet volume. Les foyers habituels en Chine touchent d’abord des gens jeunes, qui travaillent dans des professions exposées, sauf incidents en salle de mah-jong, séminaire de bien-être, club de danse. Quand la chaîne de contamination n’est pas maîtrisée vite, le foyer va toucher les personnes âgées, 20% des cas positifs de Shanghai ont plus de 60 ans, c’est 5 points de plus que le poids des seniors dans la population (source recensement 2020)
     
  2. Tous ces phénomènes mènent à l’inexorable spectre des cas sévères et des décès. Dans le cas de Shanghai, on a eu un décalage important, car les premiers cas sévères ne sont apparus qu’une fois le pic des cas actifs atteint. Les cas sévères et 2 morts à Jilin sont survenus avant l’accélération des cas et avant la forte poussée des contaminations à Changchun.
cluster shanghai

Du jamais vu sur tous les foyers Covid ni dans le monde : aucun cas sévère au pic des cas actifs à Shanghai, révélant un triste constat : patients parqués dans des centre de quarantaine érigés en toute hâte à grands renforts d’ouvriers des provinces qui bravent les risques de contamination. Une fois tout le monde installé, l’approvisionnement mis en place, les règles établies (notamment la non séparation des familles), on s’occupe des patients dont certains ont vu leur état se dégrader.

 

5 phénomènes et un mystère : la vaccination des seniors en Chine

On n’en finirait plus de lister les effets pervers des méga foyers ni de faire des prévisions de sortie de crise, car oui, le confinement à la chinoise, c’est efficace au bout d’un (long) moment… Quel sera donc le bilan humain direct, lié à l’état de la vaccination des seniors à Shanghai ? Là, on reste très perplexe devant les données avancées à 62% de vaccination des 60 ans + à Shanghai, 38% avec booster shot.

 En octobre on se félicite que Shanghai en soit à 79.1% de double vaccination, Jilin étant loin derrière, ce qui explique 8 mois après, l’écart de 1 à 7 dans le taux de cas sévères entre les 2 provinces.

 

vaccination senior en chine

Des données publiées par des universitaires chinois à fin août sur la vaccination par province, des données de recensement, des données d’une conférence de presse avec un nombre absolu, et des hypothèses, on n’y arrive pas, impossible qu’on ne soit qu’à 62% de double vaccinés chez les 60 ans +. C’est pourtant repris partout dans la presse…

 

Sauver des vies

Est-ce pour que la population accepte mieux le rude confinement qu’on nous fait peur avec le péril des séniors non vaccinés ? On le verra sur le nombre de décès…

Un modèle basé sur plusieurs sources officielles dont les données de léthalité à Hong Kong selon le schéma vaccinal et plusieurs hypothèses montre que les décès seraient multipliés par 2 entre l’hypothèse de taux de vaccination plausible (87% 2 doses pour les 60 ans +, 91% au total Shanghai) et celle annoncée par la municipalité (62% des seniors 60+ double vaccinés, 38% triple vaccinés).

 

vague covid shanghai

Dans ce modèle, on a les données d’incidence sur les séniors à Shanghai communiquées ponctuellement par la municipalité, les données de Population, les données de léthalité publiées à Hong Kong, et une simulation sur les taux de vaccination par tranche d’âge et schéma vaccinal à partir de la publication de la National Health Commission début avril qu’on a commentée dans le précédent article.

 

Il faut garder le multiple en tête et pas le nombre absolu de décès simulé, car les taux de léthalité selon le schéma vaccinal Sinovac que Hong Kong a publiés ont été mesurés dans un contexte de forte saturation des hôpitaux et des réanimations. On sait à quel point la tension sur la réanimation est désastreuse pour les malades graves, avec des décès qu’on a eus à Hong Kong (notamment 26% des décès étaient vaccinés 1 ou 2 doses, 1% 3 doses) et qui pèsent sur ces données de léthalité et qu’on n’aura pas à Shanghai du fait du confinement strict et de la vaccination.

 

covid en chine

Comparatif des incidences vs Population de Shanghai avec Hong Kong et Nouvelle Zélande, 2 territoires à faible immunité pré-Omicron – ainsi que Israël qui avait atteint quasi zéro Covid avec fermeture des frontières avant l’arrivée d’Omicron : là, la vague Omicron BA.2 se heurte à une forte immunité récente.

 

On peut donc être rassurés sur 2 points :

 1) les données de Hong Kong sur la protection des vaccins à virus inactivé contre les formes graves et décès. A 3 doses, la différence n’est pas significative avec BioNtech, elle l’est néanmoins sur les personnes très âgées à 1 ou 2 doses.

2) on n’arrivera probablement pas à 1000 décès, car grâce au confinement strict, on n’a pas besoin d’atteindre l’immunité de masse pour entamer la décrue, éviter la saturation hospitalière et sauver des vies.

 

-----------------------------------------------------------

 

Carole Gabay est en expatriation familiale à Shanghai depuis 2013. Diplômée de l’ESSEC, avec une longue carrière dans les études de marché et data management, elle se retrouve impliquée dès le début de l’épidémie en Chine dans le tracking des données Covid avec le projet de l’équipe bénévole Solidarité Covid – Français de Chine.

Pour les analyses régulières, les articles, interviews, présentation du projet de recherche, le Site Internet : https://deeperin19coviddata.wordpress.com/

Manifestez votre soutien à Solidarité Covid – Français de Chine sur l’opération de crowdfunding sur Yoopay : https://yoopay.cn/cf/10212

Hors de Chine : https://deeperin19coviddata.wordpress.com/donate/

Si vous souhaitez donner de votre temps à ce projet de recherche, les tâches ne manquent pas, contactez-nous !

Si vous souhaitez rejoindre l’un des groupes wechat pour suivre le point quotidien, contactez UFE Shanghai wechat ID : doozyben

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Shanghai !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Guillaume Asmanoff et Thomas Aunave

Rédacteurs en chef de l'édition Shanghai.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale