Lundi 18 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Un Sud-coréen se fait tatouer la cathédrale de Beauvais sur son bras

Par Jennifer Guerrieri | Publié le 31/07/2018 à 19:30 | Mis à jour le 31/07/2018 à 19:30
Photo : Compte instagram de guiche_tattoo
Capture

Il faut croire que les édifices français passionnent les Coréens. Certains l'ont même dans la peau. C'est le cas de le dire pour un homme qui s'est fait tatouer la cathédrale de Beauvais sur son bras.

A la suite d'un voyage en France, un Coréen a eu un véritable coup de cœur pour cette bâtisse religieuse datant du 13ème siècle. Située dans le département de l'Oise, la cathédrale gothique est réputée pour détenir la plus haute voûte au monde. Souhaitant rendre hommage à ce monument français, l'homme n'a pas hésité une seconde à se le faire tatouer sur son bras. 

Après trois séances de huit heures de travail chacune, le tatoueur sud-coréen se faisant appeler « Giche » a posté son œuvre sur son compte Instagram. Le dessin d'une précision et d'un réalisme incroyable a très vite attiré l'attention du journal local L'observatoire de Beauvais ainsi que d'autres médias français.

Pour ce projet, le client n'a pas eu peur de sortir son portefeuille. En effet, le tatouage lui a coûté un million de wons, ce qui équivaut à 775,50 euros.

35403859_2459844197375214_4718113435416526848_n

Jennifer Guerrieri

Etudiante en journalisme à Aix-en-Provence en quête d'évasion. Culture, voyages, lecture et autres petites passions...
0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

Bucarest Appercu

La Roumanie surprend des documentaristes coréens

Les reporters d'une chaîne de télévision sud-coréenne, avec plus de 40 millions de téléspectateurs, étaient en Roumanie cet été pour filmer un documentaire de voyage.

Vivre à Séoul

SANTÉ

Vapoter à l’étranger, est-ce légal ?

Alors que la e-cigarette ou vapoteuse est de plus en plus utilisée au détriment des cigarettes classiques, il n’est pas toujours légal de s’en servir à l’étranger, voire même passible de peines

Expat Mag

TÉLÉTHON

Jonas : "La maladie m'emprisonne, mais je crois au traitement"

Jonas, jeune étudiant de 22 ans, a été diagnostiqué d’une calpaïnopathie à l’âge de 6 ans. Une maladie qui s’est installée progressivement et qui depuis l’adolescence grignote peu à peu ses muscles