Mercredi 26 septembre 2018
Santiago
Santiago
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

M. Roland Dubertrand : “Tous les Français sont des ambassadeurs.”

Par Lepetitjournal Santiago | Publié le 13/07/2018 à 20:22 | Mis à jour le 25/09/2018 à 00:52
ambassadeur-france-chili

Alors que se finalisent les derniers préparatifs du 14 juillet, nous avons pu échanger avec M. Roland Dubertrand, nouvel ambassadeur de France au Chili, qui nous confie ses premières impressions sur le pays, ses échanges avec le Président Piñera ou encore les principaux enjeux de sa mission diplomatique.

 

 

 

LePetitJournal.com : Cela fait un peu plus de 100 jours que vous êtes arrivé à la tête de l'Ambassade de France au Chili. Quel premier bilan tirez-vous de votre mission ?

 

M. Roland Dubertrand : Je suis arrivé le 8 mars, juste avant la prise de fonction du Président Sebastian Piñera. Ce qui m’a le plus frappé en 4 mois, c’est à la fois le fait que nous avons un dispositif français important et une relation bilatérale très vivante et très dynamique. Je pensais que la distance serait un obstacle. En réalité, ce n’est pas vraiment le cas. L’Ambassade reçoit des délégations politiques, économiques, culturelles, mais aussi des personnalités très diverses qui connaissent déjà le Chili ou qui le découvre à cette occasion.

 

 

 

Vous avez rencontré le Président Sebastian Piñera. Quels ont été les sujets évoqués ?

 

J’ai présenté mes lettres de créance au président de la République chilienne le 4 juin dernier. D’abord, il faut dire qu’il parle très bien le français. Il a passé son enfance en Belgique, son père ayant été ambassadeur à Bruxelles, et il est très attaché à la relation avec la France. J’ai été reçu de manière très chaleureuse et cordiale.

 

Par ailleurs, notre président de la République, Emmanuel Macron, l’a invité à faire une visite officielle en France avant la fin de l’année. Les dates seront annoncées prochainement. Cette visite s’inscrira dans le prolongement de celle de François Hollande, venu au Chili en janvier 2017. Cela permettra aux deux présidents, qui se sont déjà parlés au téléphone, de mieux se connaître. C’est également l’occasion de tracer le cadre de la relation bilatérale, l’idée étant que les deux pays adoptent une feuille de route commune pour les deux, trois années à venir.

 

Le président Sebastian Piñera est très attaché à l’apport de la France dans le domaine économique, celui de nos entreprises, et en particulier dans le domaine de l’innovation (start-ups), de l’énergie renouvelable, des infrastructures… Il y a aussi des questions politiques à aborder, sur la défense des Nations Unies et du multilatéralisme, mais aussi sur le changement climatique. Sur ces grands enjeux, la France et le Chili peuvent travailler ensemble.

 

 

Dans un entretien avec El Mercurio, vous avez évoqué une collaboration du Chili dans la lutte contre le terrorisme. Quelle forme prendra cette collaboration ?

 

Le Chili a déjà contribué aux opérations de maintien de la paix des Nations Unies, avec notamment une forte présence en Haïti. Dans notre dialogue, nous plaidons pour une présence plus accentuée de l’Amérique Latine, et en particulier du Chili, dans les opérations extérieures, car c’est contribuer à la défense du rôle des Nations Unies. Ces missions de stabilisation permettent de lutter contre la violence de manière générale et de contribuer à la paix mondiale. Cela ne veut pas dire effectivement que le Chili va rentrer dans des opérations anti-terroristes stricto-sensu. Il y a quelques années, on aurait pu considérer que l’Amérique Latine était protégée de certains phénomènes par la distance. Or aujourd’hui, nous vivons dans un monde connecté, globalisé. Pour Emmanuel Macron, c’est aussi important parce que l’Europe et l’Amérique Latine partagent les mêmes valeurs, notamment celles de la coopération multilatérale.

 

 

Vous avez également abordé le thème de la lutte contre le réchauffement climatique.

 

Oui, c’est un sujet important. Laurence Tubiana, la véritable cheville ouvrière de la COP 21, est venue récemment au Chili. Elle a eu un dialogue avec le Président Sebastian Piñera. L’accord ayant été signé à Paris, il est vrai qu’en tant que Français, nous sentons une responsabilité particulière à suivre sa mise en œuvre. Nous allons dialoguer avec le Chili sur la lutte contre le réchauffement climatique, sur nos actions dans le cadre de l'Union européenne mais aussi sur la contribution nationale du pays. En effet, au moment de la signature de l’accord, chaque pays s’est engagé à offrir une contribution nationale. Or, dès 2019, les signataires devront la renforcer, afin que nous puissions atteindre les objectifs de limitation des hausses des températures définis par le traité. Sinon, nous n’y arriverons pas. Par ailleurs, en plus de la COP 21, nous avons une autre initiative française, le Pacte Mondial pour l’Environnement, pour laquelle le Chili nous a beaucoup soutenus.

 

 

Les changements annoncés concernant la politique migratoire du Chili suscitent beaucoup d'interrogations. Comment cette nouvelle loi va affecter la communauté française ?

 

A priori, la communauté française va être peu touchée. Les changements seront mineurs. Les mesures concernent en particulier les ressortissants du Venezuela et d’Haïti. Cependant, il y a de nouvelles règles qu’il faut connaître concernant les différents types de visa. L’Ambassade et le Consulat français sont bien sûr à la disposition des Français pour toute demande d’information.

 

 

Quel serait votre message aux Français du Chili ?

 

La communauté française est une communauté importante. Nous avons 12 000 inscrits à l’Ambassade, ce qui veut dire près de 15 000 Français présents au Chili. C’est très important pour la relation bilatérale. Tous les Français sont des ambassadeurs car ils participent à la relation bilatérale. Le lien entre deux pays, c’est effectivement la relation d'Etat à Etat, mais pas uniquement. Dans le cas du Chili, nous avons à la fois une relation économique qui devient très dense, avec 240 entreprises françaises installées ici et une relation de coopération scientifique, culturelle de haut niveau. Ce sont les Français au Chili, les partenaires chiliens, et notamment les double nationaux franco-chiliens qui font vivre cette relation entre les deux pays.

 

J’invite également les Français du Chili et nos amis chiliens à suivre l’actualité de l’Ambassade sur nos réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram).

 

 

 

Auteur : Alexandra Pizzuto

logofbsantiago

Lepetitjournal Santiago

L'édition de Santiago de Lepetitjournal.com, le média des Français, des francophones et des francophiles à l'étranger
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

jean-pierre GRESSIER mar 17/07/2018 - 13:09

Très intéressant nous allons créer un village français agro-touristique artisanal commercial et culturel à Pucon qui s inscrira dans le développement durable. Contact : pucon3chili@gmail.com À bientôt j'espère pour un changement de vie.

Répondre
Sur le même sujet