Mardi 20 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

BON A SAVOIR - Comment travaille t-on au Chili?

Par Lepetitjournal Santiago | Publié le 21/05/2013 à 23:00 | Mis à jour le 05/08/2015 à 15:00

Faire des affaires, passer un entretien ou intégrer une entreprise, au Chili comme ailleurs, ne va pas sans quelques  précautions, ni ajustements,  lorsque l'on est étranger. Avec Andrea Berrios, consultante ressources humaines pour la Chambre de commerce franco-chilienne, lepetitjournal.com passe en revue, au risque de la caricature, les aspects du travail au Chili, qui peuvent surprendre les Français*

(photo M.G)

Au Chili, un Européen est évidemment peu dépaysé par rapport à l'Asie ou à l'Afrique. Les faux-pas et les bourdes sont limitées dans ce pays où les relations sociales sont plutôt chaleureuses, décontractées et moins formelles qu'en France. Le pire qui puisse arriver lorsque l'on vient faire des affaires au Chili, en dehors de se faire piquer ses idées -ce qui arrive, nous dit-on- étant de perdre son temps. En effet, la planification du temps est différente au Chili. On prend rarement des rendez-vous avec plus d'une semaine d'avance, et ils ne sont pas définitifs s'ils ne sont pas confirmés un ou deux jours avant. La ponctualité est aléatoire.

Autre aspect important: se montrer sympathique fait partie de la politesse. Ainsi, une conversation débute souvent par une sorte de badinage avant d'en arriver au fait. Plus déroutant, on ne vous dira jamais "non" d'emblée. Ainsi vous pouvez sortir d'un rendez-vous satisfait, mais  ne plus jamais avoir par la suite, de réponse à vos mails empressés. Loin des yeux, loin du coeur !

Si vous cherchez un emploi et devez passer des entretiens d'embauche, attendez vous à un processus long (souvent un mois). Vous verrez souvent deux fois un cabinet de recrutement qui vous soumettra à une batterie de tests psychologiques, tombés en désuétude en France, et à des questions dont l'aspect personnel peut vous surprendre. Ensuite vous verrez souvent deux fois les cadres de l'entreprise. Là encore, au bout d'une semaine sans réponse il ne faut pas hésiter à venir aux nouvelles; on peut vous avoir simplement oublié.

45h relax
Vous avez décroché un emploi ? Une fois que vous aurez intégré le fait d'avoir 3 semaines de vacances par an et de travailler 45 h par semaine, la règle au Chili, vous devrez admettre de savoir perdre votre temps avec le sourire. En effet, si vous ne levez jamais le nez de votre ordinateur, vous serez vite catalogué comme "pas sympa" (un gros défaut !)  mais là le fait d'être Français peut vous donner l'excuse d'une "autre culture". Et même vous dispenser, si vous n'en n'avez pas envie, de sortir avec vos collègues, ce qui se fait souvent dans les entreprises où vie privée et la vie professionnelle sont facilement mélangées. A vous de mettre les distances que vous jugez nécessaires, avec de bonnes excuses si possible : des enfants qui vous attendent à la maison ou une passion qui vous absorbe.
Vous aussi vous apprendrez peu à peu à botter en touche pour éviter d'avoir à dire "non" !
S. R (www.lepetitjournal.com Santiago)  mercredi 22 mai 2013

*La Chambre de commerce franco-chilienne: votre relais pro
En plus de réaliser vos  études de marché, la Chambre de commerce franco-chilienne peut  programmer une série de  rendez-vous avec vos prospects. Elle dispose d'un listing d'avocats d'affaires francophones affiliés et  d'une plate-forme emploi qui diffuse des offres  et propose aux entreprises un service de sélection du personnel.

logofbsantiago

Lepetitjournal Santiago

L'édition de Santiago de Lepetitjournal.com, le média des Français, des francophones et des francophiles à l'étranger
0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet