Lundi 19 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

VIE : Bien plus qu'un stage

Par Lepetitjournal Santiago | Publié le 02/07/2013 à 22:00 | Mis à jour le 19/05/2018 à 01:44
VIE

Le programme Volontariat International en Entreprises (VIE), créé en 2000 par l'Etat français a un double objectif : aider les  entreprises à développer leurs activités à l'international et offrir aux jeunes l'opportunité de vivre une expérience professionnelle à l'étranger. Explications mardi dernier à la Chambre de commerce franco-chilienne

Le dispositif V.I.E (Volontariat International en Entreprises), permet aux entreprises françaises de confier à un jeune, ressortissant de l'UE et âgé de 18 à 28 ans, une mission professionnelle à l'étranger, sur une période de 6 à 24 mois, sans beaucoup dépenser. Depuis sa création par l'Etat en 2000, 41.000 jeunes et 4.800 entreprises françaises de tous les secteurs (banques, automobile, agroalimentaire, services, travaux publics...) ont pu profiter du programme. Les entreprises peuvent elles-mêmes sélectionner leurs volontaires ou, choisir de recourir aux services d'UBIFRANCE, qui référence généralement des bac + 4/+5, ayant un profil orienté vers l'international. Les volontaires sont alors placés sous la responsabilité de l'Ambassade de France du pays d'accueil et gagnent entre 1.300 et 3.700 euros par mois selon le pays de destination (au Chili : de 1.784 euros). Un salaire largement subventionné par l'Etat, c'est tout l'intérêt de la formule

Prospection
Spécificité du dispositif, les entreprises qui n'ont pas encore d'associé ou de filiale dans le pays d'accueil, peuvent être soutenues par UBIFRANCE pour par exemple, démarcher des clients ou trouver des locaux.
Au Chili, l'équipe d'UBIFRANCE, dirigée par Xavier Fraval de Coatparquet, accompagne même personnellement le volontaire dans ses démarches administratives et dans sa recherche de logement, puis professionnellement, le conseille sur l'approche à adopter face au marché chilien. De plus, cette équipe collabore avec la Chambre de commerce franco-chilienne  qui peut héberger les entreprises en prospection. Loin d'être un stage sans perspective, le VIE permet à 70% des jeunes V.I.E de se voir proposer un emploi à la fin du programme par l'entreprise d'accueil.
Ainsi, le V.I.E Peio Lalanne, 26 ans, chargé d'exporter les produits gourmets du Sud de la France de Maison Rivière au Chili, a su très rapidement tisser un réseau professionnel et personnel après avoir été mis en contact avec des clients chiliens et d'autres V.I.E partageant la même expérience.
Un peu déboussolé les premiers mois, en tant que  seul représentant de son entreprise au Chili, Peio Lalanne explique que : "la responsabilité, qui lui a été confiée, devient vite, très appréciable". Inciter les jeunes à faire preuve de responsabilité est également une des clés du programme qui séduit les entreprises. Vincent Curutchet, "Program Manager" du groupe industriel spécialisé dans l'aéronautique et la défense, Safran, indique "qu'avec le système du V.I.E, les jeunes n'ont pas d'excuses : ils sont, dès leur arrivée, entourés de professionnels compétents". De plus, il nous explique que "pénétrer le marché du travail chilien, basé sur des relations professionnelles/amicales/familiales inscrites sur le long terme, n'est pas évident pour une entreprise étrangère. Le V.I.E est donc un réel atout pour l'entreprise".
Carole Sauvage (www.lepetitjournal.com Santiago) Mercredi 3 juillet 2013

Info VIE

logofbsantiago

Lepetitjournal Santiago

L'édition de Santiago de Lepetitjournal.com, le média des Français, des francophones et des francophiles à l'étranger
0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet