Mardi 19 octobre 2021
TEST: 2285

SOCIAL –  Valparaiso, côté (Point) Coeur

Par Lepetitjournal Santiago | Publié le 12/01/2011 à 00:00 | Mis à jour le 14/11/2012 à 10:46

Nous avions déjà évoqué Points C?ur, mouvement catholique français présent dans 19 pays,  à l'occasion d'un concert de soutien en sa faveur, à Santiago, Nous nous étions alors promis de rendre visite, à la maison Points c?ur de Valparaiso. C'est chose faite, avec en prime la rencontre avec Nathan, jeune expatrié français en mission à Valparaíso

La vue sur la mer est splendide, un trait curieux que partagent nombre de quartiers déshérités de la planète. La maison Point C?ur est située dans "Porvenir Bajo", dans le cerro Playa Ancha, de Valparaiso, le plus à l'ouest de la ville, ouvert sur le Pacifique. En voyant passer un « gringo », les habitants se demandent s'il est égaré. On ne se risquerait d'ailleurs pas à sortir son appareil-photo. Au bout de la rue numéro 7, se trouve la maison, d'où  parviennent des voix et des rires, qui contrastent avec l'atmosphère un peu tendue des alentours. Une des volontaires nous fait entrer dans la petite cour où des enfants de six ou sept ans jouent au foot. A l'intérieur, d'autres sont en train de dessiner dans le salon, où vont et viennent des « amis » passés pour discuter, prendre un café, ou jouer un morceau de guitare.

Un « Point C?ur » est une maison, un lieu à la fois de vie et d'accueil organisé sous forme de communauté, ouvert sur son voisinage. A Valparaíso, cinq volontaires y vivent en communauté : deux Français, deux Argentines, et une Allemande. Nathan, Français de 22 ans, s'est engagé pour une durée de deux ans, et est sur place depuis sept mois. Après avoir commencé une carrière d'éducateur spécialisé, ce fervent catholique découvre fin 2009 l'association, qui propose d'envoyer de jeunes volontaires du monde entier vivre dans un quartier défavorisé d'un pays étranger, et de venir en aide aux plus nécessiteux. Tout de suite ce projet le motive : « ça a été le flash, le coup de foudre », affirme-t-il. Après une sélection et une formation de six semaines, on lui propose de partir. « J'ai quitté mon travail. J'étais ouvert à toutes les destinations ». Finalement, il atterrit au Chili. Selon Nathan, l'objectif du volontariat est triple : vivre en communauté dans un pays étranger, et donc s'adapter à sa langue et à sa culture ; vivre en respect des principes catholiques ; et surtout, faire preuve d'une présence constante dans le quartier, majeure partie de la fonction des volontaires. C'est-à-dire proposer des activités aux plus jeunes, des coups de mains et une écoute aux adultes, en « donnant de son temps et de sa personne ».


Nathan , 22 ans l'un des 5 volontaires de Valparaiso (photo T.B)


«Je me sens à l'aise»
Nathan est enthousiaste. Il vit pourtant dans une zone réputée « sensible » de la ville, en proie à des trafics de drogues, à un chômage relativement important, et à des actes de délinquance multiples. Face à ces difficultés, il reste serein : « dans le quartier, tout le monde nous connaît. Ici, je me sens à l'aise, chez moi ». Son but est précisément d'établir des relations de proximité avec la population locale, pour lui proposer un soutien à la fois social et spirituel. Après ? Il continuera peut-être ses études, mais avant tout, il désire « voyager, découvrir l'Amérique Latine. S'ouvrir ».
Tudy Bernier (www.lepetitjournal.com Santiago)  mercredi 12 janvier 2011

Plus d'informations sur : chile.puntoscorazon.org

logofbsantiago

Lepetitjournal Santiago

L'édition de Santiago de Lepetitjournal.com, le média des Français, des francophones et des francophiles à l'étranger
0 Commentaire (s) Réagir
Sur le même sujet