Samedi 29 janvier 2022
TEST: 2285

CONSULAT – Dans les coulisses de nos anges gardiens

Par Lepetitjournal Santiago | Publié le 28/01/2013 à 00:00 | Mis à jour le 28/01/2013 à 05:39

Lepetitjournal.com a passé une journée auprès du consul de France au Chili et de son équipe,  afin de découvrir certains aspects de leurs fonctions souvent méconnus du grand public. Il y a en effet beaucoup de tâches qui incombent au Consulat, dont vous ne soupçonniez même pas l'existence?

L'équipe consulaire de Carl Poirier vous reçoit tous les jours sauf le mercredi de 9h à 12h et de préférence sur rendez-vous

Carl Poirier, consul de France au Chili, a remplacé Frederick Schmutz le 1er septembre 2012, conformément aux rotations imposées aux agents du Ministère des Affaires Etrangères. Ancien vice-consul de France à Houston, au Texas, il a donc repris les rênes de l'équipe consulaire d'une ville qu'il connaît bien, puisqu'il y a vécu à 14 ans, alors que son père était attaché culturel pendant 4 ans. A peine le temps de prendre ses fonctions, qu'il s'est vu rattrapé par ses responsabilités de Consul: la mort du prêtre Pierre Dubois en septembre 2012, grande figure de la communauté française et farouche opposant à la dictature de Pinochet, puis la disparition d'un randonneur Français dans le sud du Chili en novembre 2012, et il y a quelques jours la mort du pilote français sur le Dakar suivi de près par l'hospitalisation de l'ancien ministre Claude Allègre (jeudi 17 janvier). En tant que chef de la Section Consulaire de l'Ambassade de France au Chili et donc premier contact français avec les autorités locales, c'est à lui que revient la prise en charge de ces événements tragiques. Avec son équipe, essentiellement féminine, ils forment souvent un relais indispensable avec les familles en France. Jacqueline Jiusan, l'assistante du Consul, peut ainsi être amenée à prendre contact avec l'assurance d'un Français hospitalisé, comme elle l'a fait efficacement, le jour de notre visite.
Suzanne Martinel, au service de l'Etat civil du Consulat, peut quant à elle aussi bien s'occuper d'enregistrer les naissances des nouveau-nés français et les mariages, que d'aller reconnaître des corps de Français décédés ou prendre en charge l'envoi de cendres funéraires en France ? comme mardi dernier, jour de notre visite.
Solange Diaz, chargée des affaires sociales (enfants en détresse, personnes handicapées, personnes du 3ème âge et aide aux bourses de scolarité), ce même jour, a facilité le rapatriement d'urgence d'une personne âgée très démunie à Santiago, en imprimant les billets d'avion électroniques envoyés par la famille. D'ailleurs, il est très rare que l'Etat prenne en charge le rapatriement "Cela arrive environ une fois par an quand la personne est sans famille et dans un état de santé préoccupant", nous a confié Solange Diaz. Monique Duc est adjointe du chef de chancellerie et responsable d'instruire les dossiers de bourses du CROUS, pour les jeunes qui vont étudier en France. C'est elle également qui répond aux mails, parfois insolites, que reçoit le Consulat "Un couple m'a quand même déjà demandé si une secousse sismique était prévue au Chili au moment de leur séjour", sourit-elle avant de mentionner une demande plus routinière "Aujourd'hui, j'ai dû répondre à quelqu'un qui voulait savoir quelles étaient les mesures à prendre pour le retour en France d'un animal".

Au service des visas, dont l'accès se fait par une entrée différente de celle des autres services du Consulat, Eugénie Feart travaille seule dans un bureau aux portes et vitres blindées. En refusant des visas, elle s'expose en effet aux réactions imprévisibles de personnes déçues telles que des accès de colère ou des crises de larmes "Pour 98% des cas, il n'y a aucun problème mais pour le reste ce n'est pas facile à gérer car on touche à la partie humaine". Marie Lobato et Solange Didier travaillent toutes les deux au service immatriculation et passeport : "l'accueil est beaucoup plus chaleureux depuis deux ou trois ans, je vois comment les gens sont traités? on est un peu chez nous ici !" déclare Ghislaine, 62 ans, installée à Santiago depuis 1979 et venue remplacer sa carte d'identité perdue. Enfin, à l'accueil et au standard, Eunice Figueroa doit répondre en français à ses interlocuteurs, une instruction du Ministère des Affaires Etrangères qui s'étend également à l'ensemble de l'équipe consulaire. Question de cohérence vis à vis d'interlocuteurs, venus faire valoir leur droit à la nationalité française. A ceux qui ne parlent pas français, plus nombreux qu'on ne le croit, l'équipe ne rechigne cependant pas à parler espagnol.

Système de rendez-vous obligatoires
C'est la nouveauté du Consulat : bientôt on ne pourra y être reçu que sur rendez-vous. Pour l'instant, seuls les demandeurs de visas prennent un rendez-vous automatisé sur le site internet de l'Ambassade de France. Pour les autres, ce n'est pas encore une obligation mais il est conseillé de demander un rendez-vous par mail (consultat.santiago@gmail.com), ou directement sur le site en cliquant sur le service souhaité, pour passer en priorité. Dans un souci de fluidité et de gain de temps pour les usagers, Carl Poirier compte également mettre l'accent sur l'utilisation de l'application monconsulat.fr (réservé aux Français enregistrés auprès du Consulat, 11046 en 2011 dont 71,2 % de franco-chiliens) : "Il s'agit de faciliter les choses à nos compatriotes en leur évitant d'avoir à se déplacer ou en leur épargnant du temps grâce à des informations en amont" admet le consul sans tarir d'éloge sur son équipe.

Maïwenn Bordron (www.lepetitjournal.com Santiago) lundi 28 septembre 2013

Avenida Condell 65, Providencia
 métro Salvador
Téléphone : [56] (2) 24 70 80 00



logofbsantiago

Lepetitjournal Santiago

L'édition de Santiago de Lepetitjournal.com, le média des Français, des francophones et des francophiles à l'étranger
0 Commentaire (s) Réagir

Vivre à Santiago

Les jours fériés au Chili en 2022

Alors que la France compte une petite dizaine de jours fériés par an, le Chili en possède environ une vingtaine. Ce chiffre varie toutefois d’une année à l’autre. Qu'en est-il en 2022 ?

Sur le même sujet