ECOLOGIE - Le Chili s'engage (enfin) à recycler davantage

Par Lepetitjournal Santiago | Publié le 24/06/2016 à 13:07 | Mis à jour le 06/01/2018 à 23:11

Le Chili s'est doté, en mai dernier, d'une nouvelle loi dite de stimulation au recyclage qui obligera les entreprises chiliennes à prendre en charge et à financer la revalorisation de leurs déchets. D'ici cinq ans, le pays espère recycler 30% de ses résidus.

C'est un véritable changement culturel que le gouvernement de Michelle Bachelet souhaite introduire au Chili. En adoptant la récente loi de stimulation au recyclage, le pays andin est le premier d'Amérique latine à contraindre légalement les producteurs et importateurs à collecter et revaloriser eux-mêmes les déchets générés par leurs produits. « Cette loi crée un mécanisme de gestion des résidus afin que les produits obsolètes des entreprises ou des foyers chiliens soient recyclés et réutilisés à d'autres fins, et non pas jetés aux ordures», a expliqué la présidente socialiste dans un communiqué.

Le défi est de taille pour ce pays qui produit 7 millions de tonnes de déchets domestiques chaque année et n'en recycle que 10%. Les 90% restants sont directement enterrés dans les décharges. Grâce à la nouvelle loi, le gouvernement espère atteindre un taux de recyclage de 30% d'ici cinq ans et créer une industrie du traitement des déchets.

La loi de recyclage : mode d'emploi

La nouvelle norme oblige spécifiquement les producteurs et importateurs d'huiles lubrifiantes, d'appareils électriques et électroniques, de batteries, de piles, de bouteilles et emballages et de pneumatiques à récupérer et recycler une certaine proportion de leurs produits désuets et de leurs déchets. Cette proportion sera fixée annuellement par le ministère de l'Environnement.

Les entreprises ne remplissant pas les objectifs s'exposeront à des amendes pouvant atteindre 5.400 millions de pesos. « Nous sommes actuellement en train de réfléchir à un objectif de récupération suffisamment élevé pour stimuler le recyclage mais pas trop exigeant pour éviter les manquements permanents », a précisé à CNN Chile Pablo Badenier, ministre de l'Environnement.

Les entreprises devront organiser des systèmes de récupération et de revalorisation des déchets conjointement avec des organismes publics, comme les mairies, mais en assumeront entièrement le coût. Des coûts qui pourraient se répercuter à la hausse sur les prix payés par les consommateurs. Dans ce cas, la loi établit que ces frais de recyclage doivent être clairement identifiables sur les factures des clients.

Avec cette loi, le gouvernement créera aussi un fond de recyclage de 2.000 millions de pesos qui servira à financer des projets d'éducation à l'environnement et des programmes de sensibilisation au traitement des déchets.

Avec pour objectif de « coordonner et systématiser les efforts de tous les acteurs de la société pour réduire la pollution », cette nouvelle loi pourrait donner forme à une culture écologique inédite au Chili. 

Alexandre Hamon (lepetitjournal.com/santiago) - Vendredi 24 juin 2016

logofbsantiago

Lepetitjournal Santiago

L'édition de Santiago de Lepetitjournal.com, le média des Français, des francophones et des francophiles à l'étranger
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Santiago !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale