Mercredi 19 juin 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

CULTURE - Qui était (vraiment) Violeta Parra ?

Par Lepetitjournal Santiago | Publié le 05/02/2019 à 03:00 | Mis à jour le 05/02/2019 à 19:04
Capture d’écran 2019-02-05 à 14.57.29

Aujourd'hui, un hommage est rendu à une géante de la culture populaire et folklorique, Violeta Parra, à l'occasion du 52ème anniversaire de sa mort. Portrait d'une femme artiste, symbole de la culture nationale, également connue en Europe

 

Aujourd'hui, cela fait 52 ans que Violeta Parra s'est donnée la mort. C'est elle qui fut à l'origine de l'émergence de la « Nueva Canción Chilena » qui marque un tournant dans la culture des années 1960.

Née à San Carlos en 1917, son talent artistique lui a permis de se démarquer au milieu de ses huit frères, également artistes. Elle a passé son enfance dans la misère, ce qui ne l'a pas empêché de commencer à chanter avec son frère dès le plus jeune âge, inspirés par leur mère guitariste. C'est à Valparaiso que naît sa véritable vocation : la musique folklorique traditionnelle. Elle décide de parcourir les zones les plus populaires à la recherche des racines profondes de la musique traditionnelle. Elle a su se nourrir de ce travail de recueil musical pour enrichir un répertoire déjà personnel.

Une artiste aux multiples talents

 Dans les années 50, elle décide de voyager dans les pays de l'Europe Socialiste (Pologne, URSS) afin de se faire connaître. Après un bref retour à Santiago, elle restera à Paris pendant trois ans où elle enregistre ses chansons pour un album de « Musiques du Monde ». Elle s'est également impliquée dans la mise en avant des artistes latinos de la capitale, en faisant connaître la boîte de nuit L'Escale près de la Sorbonne, où ils s'y produisaient.

Violeta n'était pas que chanteuse et compositeur. Elle peignait, écrivait des poèmes et créait des tapisseries (« arpillas »), dont elle chantait la signification. Elle a réalisé une exposition au Louvres en 1965, tout en gardant une authenticité presque rude.

Retour au pays

Elle rentre en 1966 à Santiago, où elle écrit sa chanson phare « Gracias a la Vida ». Elle monte « la Peña de los Parras» de la rue Carmen, où elle chante avec ses enfants. Elle inaugure aussi un Centre Artistique, dans un chapiteau installé à la Reina. Cependant, ses projets ne rencontrent que peu de succès. Face à cet échec et à l'indifférence de son amour suisse Gilbert Fabre parti en Bolivie, elle sombre dans une dépression qui la mènera au suicide le 5 février 1967.

L'empire Parra aura marqué l'Europe comme le Chili. Ses oeuvres étaient révolutionnaires et représentaient la légitimation de la culture populaire dans l'identité du pays. En 2011, le réalisateur chilien Andres Wood lui consacre le film Violeta se fue a los cielos, tournés en France, en Argentine et au Chili. De nombreux centres culturels et artistiques ont également repris son nom pour que son oeuvre ne soit pas oubliée.

 

Claire GOSSART (lepetitjournal.com/santiago), jeudi  5 février 2015. Mise à jour 5 février 2019.

logofbsantiago

Lepetitjournal Santiago

L'édition de Santiago de Lepetitjournal.com, le média des Français, des francophones et des francophiles à l'étranger
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Alain mer 06/02/2019 - 16:28

Se fue realmente pal cielo... https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=violetaparra;old=0;orb=1;cov=0;log=0;cad=0#orb

Répondre

Actualités

DÉCOUVERTE

Découverte de la plus vieille empreinte humaine au Chili

Il s'agit de la plus vieille empreinte humaine du continent américain. Depuis 2011, les scientifiques cherchent à dater une trace de pas découverte au Chili, à plus de 800 km au sud de Santiago ...

Vivre à Santiago

TOP 10

10 phrases qui agacent les expatriés en vacances en France

Votre esprit est déjà aux vacances en France : la tournée des amis, les apéros qui s’éternisent, les barbecues au vert…Aucun nuage à l’horizon, si ce n’est LA réflexion qui dérange. Florilège.   

Expat Mag

Istanbul Appercu
LITTERATURE

Simla Ongan : traductrice, une vie à crédit

Lancée sur le chemin de la traduction par son ancien professeur de français, Simla Ongan a traduit de grands noms de la littérature française, comme Louis-Ferdinand Céline ou Michel Tournier. Mais la

Sur le même sujet