BICENTENAIRE - L'indépendance souffle ses 200 bougies!

Par Lepetitjournal Santiago | Publié le 17/09/2010 à 00:00 | Mis à jour le 14/11/2012 à 09:21

Aujourd'hui, et pour les quatre jours à venir, le pays est en fête. Le Chili célèbre, quasi-simultanément avec d'autres pays d'Amérique Latine (Brésil, Mexique et Argentine), son deux centième anniversaire d'indépendance. Mais finalement, que signifie vraiment cette date pour le pays ? Zoom sur le chemin parcouru de 1810 jusqu'à l'indépendance

"Et toi, qu'est ce que tu vas faire pour le 18 septembre ?" semble être la question la plus posée en ce moment. Tous les Chiliens sont sur le qui vive : le 18 septembre 2010 n'est pas une année comme les autres.  Aux drapeaux habituels, obligatoires au fronton des maisons, et à l'euphorie que suscite chaque année cet anniversaire, s'ajoute l'impatience des Chiliens qui vont fêter les 200 ans de leur chère nation. Le pays est en liesse, le patriotisme est plus que jamais exacerbé. Les supermarchés seront fermés pendant trois jours du jamais vu, qui sème la panique. Mais pourquoi tant d'euphorie? Que fête t-on réellement ce jour là ?

Le 18 septembre est sans aucun doute le premier pas du Chili vers l'indépendance. Jusqu'au 18 septembre 1810 le Chili était sous le joug de la monarchie espagnole mais peu à peu un sentiment nationaliste va émerger au c?ur du continent augmentant la volonté d'obtenir un gouvernement autonome. Les "criollos", métis d'Indiens et d'Espagnols, qui souffraient d'être écartés du pouvoir étaient les plus enthousiastes à un changement de régime. L'invasion de l'Espagne par les troupes impériales Françaises de Napoléon provoque l'abdication du Roi et cela laisse l'Espagne dans une période de flottement. Au Chili, la municipalité de Santiago se voit alors confiée à Mateo de Toro y Zambrano qui devient chef de la "Capitanía General de Chile". Ce dernier convoqua alors les notables à une assemblée ouverte aux citoyens les plus importants. But de cette assemblée ? Elire une junte de gouvernement, mise en place pour s'opposer au colonialisme espagnol. C'est ainsi que le 18 septembre 1810 la première Junte Nationale de Gouvernement vit le jour.

Pourquoi cette date est-elle si importante ?

A partir de là, le pays change peu à peu de visage. Bernardo O'Higgins est élu Président de la junte révolutionnaire lors du premier Congrès National en 1811. L'économie chilienne s'ouvre sur le monde alors qu'auparavant l'Espagne possédait le monopole de toutes les productions du pays. Des changements s'opèrent aussi au niveau des droits de l'Homme. Par exemple, l'esclavage est aboli.

En réalité, le 18 septembre ne marque pas précisément l'indépendance du Chili. Elle symbolise plutôt le premier acte du pays pour se libérer de l'administration coloniale. En effet, cette Junte de Gouvernement a guidé le Chili vers un évènement majeur de son Histoire : l'indépendance définitive de la domination espagnole. Huit années après ce 18 septembre 1810, en 1818, la bataille de Maipú qui opposa l'armée royaliste d'Espagne et les indépendantistes chiliens clôtura le long processus d'indépendance du Chili. Le 12 février 1818 Bernardo O'Higgins rencontre, à Talca, José de San Martín pour signer "L 'Acta de Juramento de la Independencia" qui vient promettre aux Chiliens l'acquisition de nouvelles libertés.

Céline Masfrand et Laure Gouton (www.lepetitjournal.com Santiago) vendredi 17 septembre 2010

Un grand concert sera donné le samedi 18 septembre à 20h au Stade National de Santiago afin de célébrer du Bicentenaire. Plus de 60 artistes seront présents ( Los Jaivas,  Américo?).

Entrée libre.

Pour plus d'informations : http://www.municipalidaddesantiago.cl/

logofbsantiago

Lepetitjournal Santiago

L'édition de Santiago de Lepetitjournal.com, le média des Français, des francophones et des francophiles à l'étranger
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Santiago !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale