Jeudi 19 septembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Législation sur les médias sociaux : l’Australie suit la Nelle-Zélande

Par Lepetitjournal Perth | Publié le 01/04/2019 à 05:05 | Mis à jour le 01/04/2019 à 10:53
Réseaux sociaux Australie

Deux semaines après le massacre de 50 personnes dans des mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande, l’Australie a décidé de faire adopter, cette semaine, une législation permettant de pénaliser lourdement les réseaux sociaux et les médias qui auront choisi de diffuser des images « extrémistes ».

Pour rappel, l’extrémiste à l’origine de ce carnage avait filmé en direct ses actions meurtrières via facebook. Ses vidéos avaient été partagées plus d’un million de fois par des particuliers mais aussi des médias.

Le Premier ministre australien Scott Morrison a déclaré dans un communiqué de presse que les médias sociaux (Facebook, Twitter et Google) devaient prendre leurs responsabilités et être en mesure de faire en sorte qu’ils ne soient pas utilisés par des « terroristes meurtriers ». Il souhaite que les pays membres du G20 suivent cette même démarche.

Pour l'Australie, les médias grand public qui diffusent ce type de documents peuvent perdre leur licence.Les réseaux sociaux doivent donc être traités de la même façon.

 

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

Melbourne Appercu

Gladys Liu la députée australienne critiquée pour ses liens avec Pékin

Depuis une semaine, la députée libérale Gladys Liu se retrouve sous le feu des critiques pour avoir caché d'anciennes collaborations avec des organisations de propagande pour le gouvernement chinois.

Vivre à Perth

Melbourne Appercu

Les différents types de café en Australie

Sous quelle forme buvez-vous votre café? Nouvel arrivant ou envie de bousculer vos habitudes du matin, nous vous proposons un petit guide des cafés disponibles en Australie.

Expat Mag

Dublin Appercu

Apple met en cause le « bon sens » de l’UE devant la justice

Apple a dénoncé mardi devant la justice européenne la décision de Bruxelles lui demandant de rembourser à l’Irlande 13 milliards d’euros d’avantages fiscaux, estimant qu’elle défiait « la réalité et l