TEST: 2280

Cottesloe: une plage prisée qui ne date pas d’hier

Par Isabelle de Casamajor | Publié le 15/03/2022 à 21:00 | Mis à jour le 15/03/2022 à 21:00
Photo : Cottesloe en 1930
Cottesloe 1930

Au lendemain de la fameuse «Rottnest Swim», en plein «Sculpture by the sea» et à l’ombre des projets de rénovation de la plage de Cottesloe, je vous offre un petit retour en arrière.

 

Parmi les premiers, John Butler en fut un des premiers occupants connus,  il cultivait sur 250 acres de terrain de l’orge pour faire de la bière « Half way house ». Avec l’ouverture de la ligne de chemin de fer, Perth-Fremantle cet endroit devint plus accessible et la proximité de la mer en fit un endroit très prisé.

Le district de Cottesloe a été baptisé en 1886 et doit son nom au Baron Cottesloe, frère du capitaine  C.H. Fremantle. Elle devint rapidement la plage préféré de l’agglomération de Perth.

 

Le jetée de Cottesloe

Une jetée à Cottesloe

En 1899, le « Roads Board » entame des démarches pour la construction d’une jetée.

En octobre 1903, M. Shields, soumet les plans d'une jetée de 400 pieds de long (120m) pour un cout de 1400 livres (environ 220 000$ d’aujourd’hui) que le « Roads Board » décide de construire. Deux emplacements sont retenus : Beach Street et Forrest Street.

La jetée est achevée en août 1906.

En un jour, 16 000 personnes se sont rendues à Cottesloe en train !!! La pêche et la plongée étaient des activités populaires, tout comme les promenades au clair de lune. L'éclairage est installé pour les activités du soir.

La jetée, comme on l'appelle souvent, est devenue une attraction majeure pour les touristes et les résidents. Elle a entrainé l'établissement de nombreux stands, kiosques et salons de thé ainsi que des activités de loisirs ayant apporté à la ville une manne financière conséquente.

Des fanfares jouent tous les dimanches et les jours fériés à la rotonde. Les passagers du bateau à vapeur Zephyr débarquaient pour écouter la musique avant de se rendre sur l'île de Rottnest.

Des réparations ont été effectuées au fur et à mesure des ravages que les tempêtes d'hiver faisaient. Cependant, en 1914, un inspecteur a constaté que la jetée n'était pas sûre, elle avait été attaqué par un mollusque xylophage, et en 1923, plusieurs pylônes manquaient et la jetée a été raccourcie.

Des améliorations et des extensions ont été envisagées en 1925, mais les tempêtes de juillet ont, à nouveau, causé des dommages et des parties de la jetée ont été coupées.

En 1946, le Conseil se demandait s'il devait réparer ou démolir, une situation très difficile, car financièrement, il n'était capable de faire ni l'un ni l'autre !

Les tempêtes d'hiver de 1947 ont emporté d'autres pylônes. Des avis de danger et des barricades ont été érigés l'année suivante puis, en juillet 1949, le gouvernement décide de la démolition.

Le Conseil exprima ses regrets et espéra qu'une section pourrait rester comme une courte promenade. Les restes de l'infortunée jetée ont disparu en août 1952, détruits à explosif.

 

Une deuxième jetée de 180 pieds (55m) destiné aux nageurs, d’où il était permis de plonger, a été construite en 1921 mais a été emporté par une tempête 4 mois à peine après la fin des travaux.

 

Epi rocheux à Cottesloe

L’épi rocheux de Cottesloe a été construit en 1960

L'érosion était un problème à Cottesloe Beach depuis les années 1910. Dans les années 1950, l'exposition de la plage rocheuse aux tempêtes d'hiver et aux vents de nord-ouest a contribué à la baisse de popularité de la plage. Reconnaissant qu'il ne disposait ni de l'argent ni de l'expertise nécessaires pour résoudre le problème, le conseil municipal a demandé l'aide du gouvernement de l'État.

Après une étude détaillée menée par le Dr Richard Sylvester de l'Université d'Australie Occidentale, un projet d'épi à Mudurup Rocks a été réalisé et la construction a commencé en 1960.

Mudurup Rocks est l'un des derniers sites sacrés et de pêche indigènes connus qui subsiste encore aujourd'hui. Le site s'étendait à l'origine au nord et au sud de l'épi actuel. On dit qu'il comprenait une partie de rivage rocheux et des formations calcaires avant la construction de l'épi. La zone nord ayant été modifiée et perturbée sur de nombreuses années, l'étendue du site se limite désormais au sud de l'épi principal.

Le nom original du site, Mudurup (prononcé "Moordoorup" ou "Murdarup") signifie "lieu du merlan ». Il s'agit de l'endroit où se trouve le merlan à nageoires jaunes (ou albacore ou merlan de sable), l'espèce que l'on trouve le plus souvent dans cette zone. Cette espèce passe tout son cycle de vie dans les eaux littorales abritées du sud-ouest de l'Australie. Elle y fraie principalement de décembre à février. Le cycle de reproduction du merlan était un marqueur saisonnier fiable qui attirait les Nyungar sur la côte à cette époque pour profiter de cette source de nourriture abondante.

 

Selon les bancs de sable, la vague au bout de l'épi était de loin la meilleure: une longue gauche. Au milieu des années 60, les planches de surf ont été interdites en été sur la plage principale en raison des conflits (et des blessures) avec les nageurs.

 

Promenade en bois à Cottesloe

Une promenade en bois à Cottesloe

Avec le retour du sable, le conseil municipal entreprit de nouvelles améliorations pour attirer les touristes sur la plage, toujours avec le soutien du gouvernement de l'État. En 1963, les travaux de construction d'une promenade reliant le pavillon à l'épi et d'une piscine pour enfants à l'entrée de l'épi ont commencé.

La promenade qui reliait le Pavillon à North Cottesloe et plus tard à Grant Street eut plus de succès.  Située parmi les dunes de sable et à l'écart de la route, elle longeait la fête foraine qui se trouvait juste au-dessus de Peter's Pool.

Le passage du cyclone Alby en 1978 a également suscité des inquiétudes quant à la sécurité de la promenade en béton menant à l'épi.

En 1979, le Conseil a commencé à démolir la promenade de bois et a commandé un rapport étudiant les meilleures options pour le pavillon. Celui recommandait la démolition, la restauration du pavillon n'est pas considérée comme économiquement viable. La démolition a commencé en juin 1982.

 

Indiana Tea House

L’Indiana Tea House

Construit en 1910, l'Indiana Tea House fut remplacé par le Centenary Pavillon en 1929.

Après la démolition du pavillon, un nouveau plan pour le site a été proposé par Brand, Deykin & Hay. Le bâtiment de deux étages comprenait un hangar à bateaux et des vestiaires au niveau de la plage. Un café-restaurant, au deuxième niveau, offrait ainsi la vue sur la mer.

Après de nombreuses discussions et consultations publiques, un bâtiment plus simple avec un toit en dôme a été inauguré en 1983. Il comprenait un kiosque, des vestiaires, ainsi qu'un hangar à bateaux situé en dessous pour le Cottesloe Surf Life Saving Club. L'actuel Indiana actuel fut construit par-dessus, la maçonnerie est toujours visible.

L'année 1996 a vu le visage de la plage se transformer avec l'ouverture du nouvel Indiana. Conçu pour faire écho à l'ancien pavillon de bain du Centenaire, le nouveau bâtiment a surgi à côté de l'endroit où se trouvait son ancêtre au début du siècle.

 

Pylone à Cottesloe

Le pylône iconique de Cottesloe

Ce pylône en béton a été construit en 1936 dans le cadre d'une tentative qui n’a pas abouti, d'ériger un filet anti-requins au large de la plage de Cottesloe. Le plan consistait à faire passer un filet de la plage, le long de la jetée jusqu'à un pylône construit sous l'extrémité de celle-ci. De là, des poteaux en bois le soutiendraient jusqu'à un deuxième pylône au nord de la jetée, puis retourneraient sur la plage.

Tout semblait bien se dérouler jusqu'à ce qu'une violente tempête, en mai 1936, déloge le pylône sous la jetée, ne laissant que le pylône nord, qui subsiste encore aujourd'hui.

Conçu à l'origine pour accueillir un plongeoir, il a été classé au patrimoine mondial en 2003.

Lors d'une importante tempête survenue les 21 et 22 mai 2009, le pylône fut renversé.  Ce n'était pas la première fois: lors de tempêtes en 1995, le pylône avait déjà basculé. Celui-ci est ensuite resté au fond de l'océan dans environ 3 mètres d'eau jusqu'à ce qu'un groupe (non identifié) retire la structure de 800 kilogrammes en utilisant uniquement du bois et de la corde.

En 2009 il a été restauré pour retrouver sa gloire d'antan. Toutefois, il ne supportera plus les grimpeurs et les plongeurs. La structure rénovée a été délibérément inclinée et recouverte d'une surface qui, lorsqu'elle est mouillée, ne permet pas l'escalade pieds nus. Il reste dans la mémoire de générations d'Australiens occidentaux comme une plate-forme de plongée et un point de référence sur cette plage populaire.

 

Les dunes de Cottesloe

Les dunes de Cottesloe

Des associations ont commencé à se préoccuper de l'environnement naturel. Cottesloe Coastcare, crée en 1995, travaille toujours à la protection et à la restauration des dunes le long de la côte. son but est d'assurer la protection contre l'érosion, la préservation de la biodiversité de la flore et un habitat pour la faune locale. 

En 1998, le Cottesloe Marine Protection Group a lancé une campagne pour protéger l'environnement marin au large de Cottesloe.

Les festivals « Seadragon » et une campagne d'éducation continuelle ont abouti à un succès en 2001 avec la déclaration en "Zone de protection de l'habitat du poisson de Cottesloe".

 

 

La prochaine décennie verra le paysage de Cottesloe Beach se transformer une fois de plus. Le souhait formulé par le conseiller Gibbon en 1907, selon lequel "toutes les sections de la communauté devraient être prises en charge sur la plage", reste aussi important aujourd'hui qu'à l'époque.

Isabelle de Casamajor

Isabelle de Casamajor

A Perth depuis plus de 15 ans, depuis toujours passionnée de voyages, de photographie, d'art et de culture, l'Australie est pour moi un merveilleux terrain d'exploration. J'aime faire partager les endroits que j'aime et mes coups de coeur.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Perth !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale