Jeudi 15 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

L’Université de Western Australia, Albany, recherche des volontaires

Par Lepetitjournal Perth | Publié le 28/10/2018 à 05:12 | Mis à jour le 02/11/2018 à 04:11
Dr Harriet Paterson with nurdles

Le campus de l’Université de Western Australia, Albany, recherche des volontaires pour collecter de minuscules billes de plastique, appelés «nurdles», qui se sont échoués sur la côte sud après un déversement massif sur la côte sud-africaine en octobre dernier.

 

Le Dr Harriet Paterson de l'UWA, Albany, responsable du projet, a déclaré que 2,25 milliards de nurdles avaient été déversés après la chute d'un conteneur d'un navire lors d'une tempête dans le port de Durban. Bien qu’un tiers d’entre elles aient été nettoyées, le reste flotte toujours dans les océans du monde.

Les nurdles sont de minuscules granules de la taille d'une lentille et sont la pierre angulaire de tous les produits en plastique.

"Certains ont échoué sur l'île tropicale de Sainte-Hélène dans l'océan Atlantique et beaucoup d'autres se dirigent vers nous", a déclaré le Dr Paterson.

"Pour que les pollueurs soient tenus pour responsables, nous devons savoir combien de nurdles de Durban se trouvent sur nos plages et où ils se sont accumulés. La meilleure façon de procéder consiste pour une équipe de citoyens à collecter des échantillons des plages qu’ils visitent au cours du mois de novembre."

Madame Paterson a déclaré que, si de nombreuses nurdles pouvaient être trouvées sur de nombreuses plages de la côte sud, les nurdles de Durban étaient physiquement différents de ceux que l’on trouve habituellement.

"Nous savons comment et quand ils ont été perdus, ainsi que les fabricants et les expéditeurs, ce qui nous donne une occasion unique d'explorer la responsabilité des déversements transfrontaliers", a-t-elle déclaré.

"Nous espérons recruter autant de personnes que possible pour nous aider à collecter des nurdles en novembre. Les citoyens rassembleront tous les fragments de plastique qu’ils trouveront dans un mètre carré de la rangée de rives de toutes les plages qu’ils visitent. Les échantillons seront stockés dans des enveloppes et déposées à divers endroits de la côte sud.

«La présence de plastique dans l’environnement est une préoccupation majeure, non seulement parce qu’elle réduit la valeur panoramique de nos plages, mais aussi pour les animaux. Le plastique peut provoquer la famine, l’enchevêtrement et les produits chimiques dans le plastique peuvent être nocifs. La valeur ajoutée de ce projet est d’éliminer le plastique de nos plages."

"Du point de vue de l’océanographie, ils nous donnent des informations sur les courants océaniques et la connectivité avec la côte sud-africaine, mais plus important encore, nous contribuerons à la discussion sur la manière dont le pollueur doit payer et sur qui il est.", continue l'Universitaire.

 

Pour participer, visitez le site internet www.cenrm.uwa.edu.au/research/social-cultural-environmental et complétez le formulaire de décharge avant de l'envoyer par courrier électronique à cenrm@uwa.edu.au.

Contacts :
Dr Harriet Paterson (Campus UWA Albany) 08 9842 0868/0401 588 846
David Stacey (responsable des relations avec les médias et les relations publiques de l'UWA) 08 6488 3229/0432 637 716
 

0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

PORTRAIT

Marion Lovell, l’abnégation au profit du Téléthon

Touchée par des drames personnels liés à une maladie génétique rare, Marion Lovell-Virte est coordinatrice du Téléthon des Français de l’étranger. Elle rêve de mobiliser en force et en nombre...