DARWIN - La ville qui ne meurt jamais

Par Lepetitjournal Perth | Publié le 30/06/2014 à 19:28 | Mis à jour le 01/07/2014 à 15:29

 

credit photo : wikipedia

Capitale du Territoire du Nord (Northern Territory) de l'Australie, Darwin n'a cessé au long de son histoire de défier les évènements tragiques qui l'ont touchée. Focus sur une petite cité qui en surprendra plus d'un.
Située à 2640 Km de Perth en bordure de la Mer Timor, Darwin est considérée comme l'une des villes les plus modernes d'Océanie. Si elle brille aujourd'hui par son développement économique tel n'en n'a pas toujours été le cas.


Au commencement, Darwin est le territoire (et est toujours) du groupe aborigène "Larrakia". Ce dernier établit des routes commerciales entre l'Asie du Sud-Est, l'Australie Occidentale et le sud de l'Australie (jusqu'à Port Augusta).
Il faudra attendre les années 1600 pour voir l'apparition des premiers explorateurs européens sur les côtes du Nord de l'Australie. Les Hollandais sont les pionniers, d'où les noms à consonance hollandaise que l'on trouve un peu partout dans la région comme la "terre d'Arnhem" ou "Groote Eylandt" (Grande Ile).


Le 19e siècle voit s'affronter les intérêts économiques des grandes puissances européennes. L'Angleterre met ainsi un point d'honneur à occuper le Nord de l'Australie en multipliant la construction de forts afin d'empêcher toute occupation Française ou Hollandaise. Les colons anglais vont cependant déchanter. L'isolement de la région ainsi que le climat hostile (cyclones) vont avoir raison de leur motivation. Les bâtiments sont alors abandonnés.
Néanmoins, durant cette période, un lieutenant de l'armée anglaise (John Lort Stroke) décide de baptiser la ville Darwin en l'honneur du naturaliste Charles Darwin. En effet, ce dernier a participé à deux expéditions en compagnie de l'officier anglais.
Un peu plus tard, en 1870, Darwin est la première ville australienne à se voir gratifier de l'installation du télégraphe continental. Cet épisode marque un tournant puisqu'il permet à l'Australie de communiquer avec le reste du monde et de sortir la petite ville du nord de son ostracisme.

Le doublé

La seconde guerre mondiale n'épargne pas la cité. Occupant un emplacement militaire stratégique, elle essuie les bombardements réguliers de la marine impériale japonaise. Le 19 février 1942 est l'attaque la plus sanglante. 188 avions japonais en deux vagues successives larguent leurs bombes. Cette offensive tue 243 personnes et détruit plus de la moitié de Darwin. Un bilan qui coute cher à une ville qui émerge tout juste sur le plan  national et international.

Darwin se caractérise par son climat tropical où les températures minimales ne descendent pratiquement jamais en dessous de 20C. La saison sèche (hiver austral) s'étale de mai à septembre avec des journées chaudes et ensoleillées. La saison humide, elle, s'étend d'octobre à avril avec des averses fréquentes entre novembre et février. Durant cette période, la ville est soumise aux cyclones tropicaux et aux pluies de mousson. Le tout accompagné d'un taux d'humidité supérieur à 70%. Le ciel est toujours encombré de nuages menaçants, avec des éclairs incessants. (Le  mois de janvier ne connait qu'environ six heures d'ensoleillement par jour.) D'ailleurs Darwin est connue pour être la ville au monde où l'on peut observer le plus d'éclairs.  
Les Australiens appellent ce moment de l'année "Crazy Time", "Période Folle". Il semblerait, selon les statistiques des autorités locales, que durant ce cycle le comportement des citadins de Darwin subisse quelques changements. Les taux de criminalité et les faits divers augmenteraient de façon singulière!

Les 24 et 25 décembre 1974, en cette période de saison humide, Darwin est la proie  du cyclone Tracy. Le plus violent jamais enregistré en Australie. 71 personnes trouvent la mort. 70% des édifices de la ville sont détruits dont 80% des maisons. Plus de 20 000 individus se retrouvent sans foyer sur une population qui compte alors 49 000 habitants. 30 000 sont évacués par un pont aérien, une majorité d'entre eux ne reviendra pas. Une nouvelle fois, le bilan est lourd avec des dégâts estimés à 837 millions $AUD.

Tel le Phoenix

Aujourd'hui, Darwin se distingue par son activité minière fleurissante relayée par un tourisme qui a le vent en poupe. Les traces du passé semblent avoir disparues.  
En Mer de Timor les gisements de pétrole et de gaz font du port de Darwin un centre économique majeur. Par ailleurs, les troubles politiques du Timor impliquent une présence militaire importante qui génèrerait 11 000 postes. Le tourisme lui emploie 8% de la population.

La cité est devenue l'une des destinations phares des Australiens et des touristes. Le centre-ville (Mitchell Street) fourmille de restaurants, bars et nightclubs. Un lieu idéal pour poursuivre la soirée après minuit!
La culture n'est pas en reste. Darwin compte plusieurs théâtres, trois complexes de cinéma incluant un cinéma plein-air. La région organise de nombreux festivals et évènements tout au long de l'année tels que: Seabreeze  festival, Speargrass festival, The Rodeo and Mud Crab ou encore The World Solar Challenge. Les amateurs d'art trouveront leur bonheur au Northern Territory Museum and Art Gallery.
Durant la journée, les activités ne manquent pas. Ballade et baignade à Casuarina Beach (une partie de la plage est réservée au naturisme ; d'octobre à mai la baignade est interdite en raison de la présence de méduses mortelles Stingers), marché à Mindil Beach, pêche, surf...

Darwin mérite qu'on s'y arrête, malgré son climat (cyclone) ou sa faune (crocodiles Salties) parfois dangereuse qui peuvent faire reculer. Cette ville ne cesse de s'accroître et semble avoir des réserves insoupçonnées.


Un petit bout de cité aux allures de grandes.

Pour plus d'infos: www.darwin.nt.gov.au/

 

Isabelle ROBERT (www.lepetitjournal.com/Perth) mardi 1er juillet 2014.

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Perth !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com