Mardi 17 septembre 2019
Singapour
Singapour
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Allez-vous demander une paille ?

Par Claire Chabrières | Publié le 09/09/2019 à 15:45 | Mis à jour le 10/09/2019 à 10:31
Photo : @ capture d’écran de la page d’accueil du site https://worldview.earthdata.nasa.gov/
écologie Singapour

Nous étions tous au courant des incendies en Indonésie. Au cours des derniers jours, nous avons également pris conscience de la taille incroyable des incendies d’Amazonie au Brésil et nous apprenons maintenant que la région subsaharienne est également en feu et qu’il semble que cela se produise année après année.

 

 

Les médias pointent du doigt les gouvernements qui laissent les entreprises « organiser » ces incendies, principalement pour créer un espace propice à la production d'huile de palme, de maïs ou de soja, pour nous nourrir et nourrir notre bétail ; ou créer un espace pour élever du bœuf, du poulet et d'autres animaux d'élevage, assez rapidement pour répondre à nos demandes.

 

J'ai fait quelques recherches pour comprendre d'où était importée notre viande à Singapour. Voici ce que j'ai trouvé. Un Singapourien moyen consomme 55 kg de viande par an, ainsi que 22 kg de fruits de mer et 323 œufs (AVA). Et la plupart de notre viande provient de… Devinez…

 

AVA
Source: AVA. TNP Fraphics: Anupa Ghosh & Simon Ang. TNP Photos: Jeremy Long

 

 

La majeure partie de notre viande provient du Brésil… Nous consommons chaque jour 280 tonnes de poulet et de porc (la viande la plus consommée à Singapour), en provenance du Brésil… Il convient de noter que ce n'est pas parce que cela provient des États-Unis ou d'Australie que la viande est plus durable… En résumé : si ça n'est pas cher, ça ne peut pas être durable. En effet, si la viande est bon marché, elle est nourrie avec du maïs / soja OGM (qui nécessite beaucoup d’engrais chimiques et de pesticides pour pousser), elle a probablement reçu pendant toute sa (courte) vie des antibiotiques et d’autres produits pour obtenir une croissance plus rapide. Dans le cas du bœuf, donnez-leur des grains et ils développeront plus rapidement de la graisse, mais ce régime les rendra très probablement malades et ils auront besoin de médicaments pour l’acidité extrême que ce régime provoque dans leur système digestif. Les vaches ne mangent pas de céréales, les vaches mangent de l'herbe.

 

Je viens d’évoquer les médicaments administrés au bétail : voici ce que l’Organisation Mondiale de la Santé a publié l’année dernière : la résistance aux antibiotiques est aujourd'hui l’une des principales menaces pour la santé humaine. Par exemple, la colistine, l’antibiotique « de dernier recours », est utilisée à l’échelle industrielle pour augmenter le poids de poulets en bonne santé et pourrait rendre impossible le traitement de nombreuses infections, sur les humains, qui peuvent être fatales. Le porc a tendance à contenir des niveaux d’antibiotiques plus élevés que la volaille ou l'aquaculture. Le professeur Harrison, Maître de conférences en santé publique à l'université de Manchester, président de Action sur la résistance aux antibiotiques, a déclaré : « Le décès de dizaines de milliers de personnes est préoccupant, et de nombreuses autres continueront à décéder jusqu’à ce que nous découvrions de nouveaux antibiotiques, afin d’améliorer le contrôle général des infections ».

 

On pourrait penser qu'avec ce genre de nouvelles, nous commencerions à être un peu plus raisonnables avec notre façon de consommer. Pas du tout : la demande de viande est à la hausse en Asie, comme jamais auparavant. On s'attend à ce que si rien ne change et que l'Asie continue de manger de la viande et des fruits de mer aux taux actuels, d'ici 2050, l'équivalent de 95 millions de voitures supplémentaires sera sur la route et une surface terrestre de la taille de l'Inde devra être utilisée. Ces chiffres sont si grands que je ne peux même pas les comprendre. Aurons-nous besoin d'une ferme de la taille de l'Inde d'ici 2050 ?

 

Ce n'est pas durable, cela ne peut pas continuer.

 

environnement
Source : La déforestation de l’Amazonie est un défi politique majeur pour le Brésil et un désastre environnemental pour le monde. Sam Beebe, CC BY

 

Que pouvons-nous faire ? Que puis-je faire ? Avec quoi vais-je nourrir mes enfants ? 

 

J'entends des gens dire que nous ne sommes pas assez forts pour faire la différence. Cela me fait penser à la campagne : "Ce n'est qu'une paille, a dit un milliard de personnes".

 

Depuis le lancement de la campagne « C’est juste une paille », les particuliers ont pris conscience de la situation, ils ont commencé à consommer moins de pailles et ont demandé à leurs bars / magasins / marques préférées / restaurants de ne plus les distribuer. Nous avons maintenant un mouvement mondial d'entreprises, de villes et même d'États interdisant le plastique à usage unique. C’est formidable et cela montre bien notre puissance, le pouvoir des consommateurs, lorsque nous nous unissons et que nous montrons que cela suffit, en utilisant notre argument le plus puissant : notre portefeuille.

 

environnement

 

Un aspect intéressant de l’histoire des pailles est qu’elles n'existent que depuis le milieu des années 1960, lorsque l’infrastructure nécessaire à leur fabrication en masse a été mise en place. Il leur a fallu 40 ans pour être absolument partout, puis environ 10 ans pour que nous commencions à nous en débarrasser. Il semble ici que le principal problème en demandant aux gens de cesser d’utiliser des pailles en plastique soit leur résistance à changer leur habitude, car ils s’y étaient habitués.

 

Je voudrais prendre quelques instants pour réfléchir à ce dernier point, car c’est en fait la raison exacte des incendies qui brûlent au Brésil, en Indonésie et dans la région de l’Afrique subsaharienne. Ces incendies se produisent parce que les humains se sont rapidement habitués au modèle de consommation « à la demande ».

 

Savez-vous que jusqu’à la génération de nos parents, tout le monde consommait ce qui était disponible sur le marché local. Cela signifie que l'on mangeait les produits de saison et adaptés aux besoins de notre corps (on achetait plus de légumes-racines par temps froid ; plus de laitue, de feuilles vertes et de fruits pendant les journées chaudes). La viande était disponible, mais en petite quantité. Une famille mangeait de la viande une à trois fois par semaine. Les parents savaient que beaucoup de légumes contiennent des protéines. Et bien sûr, aucun aliment transformé n'était disponible : tout était cuit frais.

 

shiok farm
Photo: Claire Chabrieres – ShiokFarm bag

 

Avec la mondialisation, les fruits et légumes, ainsi que le bétail, ont commencé à venir à nous. Soixante ans plus tard, nous ne sommes même pas surpris de trouver des haricots verts cultivés en Afrique du Sud dans notre supermarché local. Ce mode de consommation « à la demande » génère environ 40% de déchets alimentaires. Entre le moment où les aliments sont récoltés et le moment où ils arrivent dans votre réfrigérateur, environ 40% ont été mis à la poubelle. Pourquoi ? En général, les agriculteurs cultivent plus que ce qu'ils pourront vendre. Les grossistes vont constituer un stock supplémentaire. L'importateur ne vendra pas tout. Et votre détaillant a besoin de fruits et de légumes qui ont l’air frais et jettera à la poubelle tout ce qui n’est pas assez frais pour vous être vendu.

 

Quant aux aliments transformés, ils contiennent tellement de mélanges, ou de tout ce qui suit : sucres, additifs, colorants, agents de conservation, pesticides et dans certains cas, métaux lourds ; que de plus en plus d'études relient la qualité de ce que l’on mange à notre état de santé.

 

 

Alors voilà, que faut-il faire pour briser cette habitude prise il y a 60 ans de manger ce que je veux, quand je veux ; au lieu de ce qui est disponible à un moment donné (et cultivé de manière durable, que ce soient des végétaux ou du bétail) ? Une paille à la fois. Utiliserez-vous votre portefeuille pour défendre notre planète ? Ou allez-vous demander une paille en plastique ?

 

 

 

Nous vous recommandons

Claire Chabrières

Claire Chabrières

Claire, mère de trois enfants, a créé ShiokFarm en 2015 après avoir réalisé que la poire biologique qu'elle donnait à son ainé coûtait 6 $. ShiokFarm rassemble les familles qui s'engagent à acheter toute la récolte de fermiers partenaires certifiés Bio EU
4 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Mimi ven 13/09/2019 - 06:51

Bonjour et merci pour cet article. Pourriez vous nous dire quels dont les articles de saison en Adie? Cela nous permettrait d’avoir des repères locaux et d’acheter ce qui fait sens ici. Merci! Mimi

Répondre
Commentaire avatar

florence mar 10/09/2019 - 03:49

Bravo Claire pour cet article très riche en informations justes

Répondre
Commentaire avatar

RYF mar 10/09/2019 - 03:44

Votre article évacué totalement le défi démographique : 2,5 milliards d'habitants sur terre en 1950, 7,6 milliards actuellement, et projection vers 11 milliards d'ici une dizaine d'années. L'industrialisation de l'agriculture est la conséquence (et la réponse, qu'on le veuille ou non) de cette croissance de la population mondiale. On ne peut pas revenir aux années 50. Il faudra trouver d'autres solutions, mais arrêtons ce pessimisme empreint de nostalgie.

Répondre
Commentaire avatar

Roland mer 11/09/2019 - 09:16

La position de Claire est très simple : arrêtons de consommer à la demande est consommons au maximum l’offre de la nature à l’instant présent et au lieu où nous sommes. Et on pourrait ajouter  » sans rendre les gens malades avec des produits phytosanitaires non contrôlés «  Cela ne signifie pas revenir à une agriculture à la houe comme vous semblez le laisser penser.

Répondre

Communauté

Marien Guillé, conteur et poète

Voyageur-conteur infatigable, Marien Guillé a fait ses classes à Singapour qui lui a servi de port d’attache pour découvrir l’Asie et l’Océanie. Revenu en France, il a pris garde de poser ses valises,

Vivre à Singapour

SANTE - Augmentation des cas de dengue en 2019

​​​​​​​Le virus de la dengue fait son retour en force à Singapour. La National Environment Agency (NEA - Agence nationale pour l’environnement) a déjà constaté une forte augmentation du nombre de cas

Sur le même sujet