Lundi 24 septembre 2018
Montreal
Montreal
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

WORLD PRESS PHOTO 2015 - Eveil des yeux endormis

Par Lepetitjournal Montreal | Publié le 26/08/2015 à 01:53 | Mis à jour le 26/08/2015 à 18:09

Le World Press Photo édition 2015 ouvre ses portes aujourd'hui au marché Bonsecours. Depuis 10 ans, l'organisation indépendante sans but lucratif créée en 1955 et basée à Amsterdam propose sa rétrospective photographique de l'année à Montréal. Chronique image-in-air.

 

 

Il est étrange et surprenant de constater la complexité du monde. Tant de différences, tant de prismes, tant de visages parcourent l'infiniment petit d'un quotidien qui nous paraît si grand. Lorsque j'ai pris la route pour le lancement de la 10ème édition du World Press, une foule compacte s'entassait sur la rue St-Denis. Une émission de télévision pour jeunes faisait son show en extérieur pour le plaisir de centaines d'enfants surexcités. Paradis de l'image fabriquée, du culte du faux. L'homme a su éduquer ses foules pour qu'elles oublient l'espace d'un instant le monde qui les entoure. Portable en l'air, propagande instagram, tous les éléments sont réunis. Les visages sont illuminés, les cerveaux virtuellement branchés et les esprits vagabondent dans des nimbes numériques. Et puis, je pénètre le hall du World Press Photo 2015. Choc.

 

 © Ronghui Chen. 2015, 2nd prize singles, Contemporary Issues

 

Le monde revient à moi, la réalité reprend sa place. Pas uniquement ses horreurs, ses abominations mais sa beauté et ses instants forts, ses combats et ses rêves. Le World Press Photo n'est pas juste une vitrine des meilleurs photographes de l'année, c'est aussi une véritable bouffée de réalité, une bombe de pureté et de vérité. Quand on parcourt cette merveilleuse rétrospective d'une année écoulée on ne peut s'empêcher de constater les moments de la vie que nous manquons à chaque instant, qu'ils soient sous nos yeux ou plus loin sur la Terre. Divisées en plusieurs catégories (nature, sport, vie quotidienne, conflits,...) et en trois expositions complémentaires, les images diffusent leurs émotions, leur puissance, et nous titillent respectivement le coeur et les tripes. C'est indéniable, simplement incontestable, nos yeux et nos corps reprennent vie.

 

Italian Coast Guard/Massimo Sestini

 

150 images et 42 photographes primés plus tard, on constate l'étendue des dégâts visuels. Les images sont éblouissantes, leur qualité tout aussi impressionnante. De l'esthétique au brut, ce n'est plus une petite clique formée de vénérables reporters occidentaux qui jonchent les murs du Marché Bonsecours, car quand le monde extérieur se ferme, que les yeux se baissent, les regards de photographes turques, iraniens, russes ou encore chinois se lèvent pour nous conter le monde. Ils n'étaient pas là il y a encore quelques années et c'est aujourd'hui leurs caméras qui portent la relève.

 

" Ouvrir les yeux au monde, le regarder pleinement, c'est de cela qu'il est question "

 

La photographie est en mouvement. Et même si nous sommes bel et bien entrés dans la génération de l'image, nous avons toujours besoin de vrais clichés. Ceux qui témoignent, ceux qui exultent le réel. Une fois encore le World Press Photo défie la Terre et ses limites et porte les messages qui comptent. Il y a ceux que nous voyons et il y a ceux, implicites qu'elle nous apprend encore. Cette année, le grand gagnant témoigne de l'homosexualité en Russie. Et pourtant, le sang coule dans les lointaines contrées ukrainiennes, sur les terres d'Afrique et dans tant de parcelles du monde. Mais c'est cette image, celle qu'on ne voit pas qui a attiré l'attention des jurys. Cette image qui n'inonde pas les réseaux, les canaux de nos rétines.

 

Mads Nissen's Homophobia in Russia

 

Ouvrir les yeux au monde, le regarder pleinement, c'est de cela qu'il est question. La photographie est un médium qui ne démarre pas sa vie sur un écran, mais bel et bien dans nos âmes.

 

 Sébastien Vergne (www.lepetitjournal.com/montreal) Mercredi 26 août 2015

 

Le Français Jérôme Sessini, récompensé pour ses photos réalisées à Kiev, en Ukraine, et l'Américain Will Steacy participeront à des conférences mercredi et jeudi au Centre Phi.

 

 

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet