Samedi 22 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

ADAPTATION – Comment les jeunes vivent-ils l’expatriation au Mexique?

Par Lepetitjournal Mexico | Publié le 19/05/2013 à 22:00 | Mis à jour le 14/05/2013 à 10:10

Du point de vue des parents, l'expatriation peut apparaître comme une expérience extraordinairement enrichissante pour les enfants. On  envie la facilité avec laquelle, jeunes, ils apprennent une, voire plusieurs langues étrangères. On pense, souvent à juste titre, qu'une ouverture à d'autres cultures et à d'autres mondes leurs ouvrira de nombreuses portes dans le futur. Mais, au quotidien, comment les enfants et les ados vivent-ils l'expatriation à México? Pourquoi un enfant ou un ado va-t-il "bien" vivre ou au contraire "mal" vivre cette expérience inédite et pleine de défis?

Photo: photo-libre.fr

Des enfants en quête d'autonomie
D'une façon générale, que l'expatriation soit bien vécue ou pas, aux yeux des enfants et des ados, la France apparaît comme un éden dont ils peuvent ressentir une certaine nostalgie.  Ce qui fait le plus défaut, c'est le manque d'autonomie, c'est-à-dire, par exemple, la possibilité de se promener seul, avec des frères et des s?urs ou des amis, à pied ou en bicyclette, dans le quartier ou dans la forêt: "on ne peut pas sortir se promener tout seul", "on ne peut pas sortir sans être surveillés", "il y a plus de libertés en France", disent-ils en ch?ur de onze à dix-huit ans. Les enfants et les ados aspirent à voler de leurs propres ailes. La liberté, l'autonomie, l'indépendance: voilà un sujet qui leur tient à c?ur.

Compenser le manque de libertés
La question qui se pose est donc de savoir comment compenser ce manque d'autonomie. Question à laquelle il est loin d'être facile de répondre puisque vivre à Mexico n'implique pas les mêmes risques qu'à Versailles, à Marseille ou à Bordeaux. S'il est inconcevable de laisser les enfants et les ados, seuls dans la jungle chilanga, il est pourtant nécessaire d'assouvir leur besoin de liberté, d'une façon ou d'une autre. Par exemple, en laissant à leur initiative l'organisation des déplacements aussi souvent que possible. Ils se mettent d'accord facilement avec des amis (ce qui n'exclut pas la présence d'adultes). Ou bien, en les amenant explorer les paradis naturels dont le Mexique recèle. Il y en a pour tous les goûts. Et, dans la bouche des enfants, liberté est souvent synonyme de nature. Dans ces espaces de libertés enfin, Internet a certainement un grand rôle à jouer. Il permet en premier lieu d'entretenir, "via skype, msn, emails", les liens avec les amis et la famille restés en France (ou dans le précédent pays d'accueil), et dont l'absence peut-être mal vécue. Autrement dit, il incombe aux adultes de créer des espaces d'autonomie et de libertés pour les enfants. Le forum est ouvert à la discussion.

S'amuser
Si le rythme de la ville peut apparaître pesant pour nous adultes, alors imaginez pour les enfants! D'autant qu'au LFM et notamment dans les sections collège et lycée, les professeurs sont exigeants. Les enfants et les ados méritent donc pleinement, et peut-être encore plus qu'en France, d'être récompensés pour leurs efforts. De ce point de vue, les goûts sont très variés. Ils vont de la pratique d'une activité sportive (le tennis est particulièrement prisé), musicale (guitare, piano, chant...), ou encore manuelle. La lecture en français est un plaisir partagé (nous reparlerons de l'importance de la langue maternelle dans la deuxième partie de l'article): ils aiment les mangas, les romans, les revues? Penser à garnir la maison de livres et à les abonner à leurs revues de prédilection.
La nourriture est également importante à leurs yeux. Les jeunes Français sont attachés à la cuisine française, ce qui n'est pas incompatible avec la découverte de nouvelles saveurs. Des produits alimentaires très simples leur manquent, comme le chocolat (un comble dans le pays du cacaotier), les glaces et le fromage. Ces plaisirs tout simples sont loin d'être inaccessibles à Mexico. Manger une glace peut-être l'occasion d'une promenade familiale dans la Condesa où il se trouve de bons glaciers traditionnels.

* Pour cet article, nous remercions l'ensemble des enfants, des ados, des parents, et de Xavier Haudiquet, psychologue reconnu par l'Ambassade de France au Mexique qui ont accepté de répondre à nos questions.

Marion Du Bron (www.lepetitjournal.com/mexico) lundi 20 mai 2013 (republication)

Retrouvez les autres articles de notre dossier: EXPATS ? Préparer et gérer l'expatriation des enfants et adolescents au Mexique et EXPATRIÉS - Mon ado grandit à Mexico

A lire:
-
EXPATRIATION ? Être un ado à l'étranger
- Les enfants : comment s'adaptent-ils ?
Expat' : un défi aussi pour les enfants 

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Mexico

Un monastère mexicain, dernier refuge de salamandres aquatiques

Le ronronnement des filtres à aquariums trouble la quiétude du monastère: plusieurs heures par jour, des religieuses mexicaines interrompent leurs prières pour prendre soin de leur élevage d'achoques

Sur le même sujet