Lundi 12 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

RUGBY FRENCH FLAIR – Le gala de charité a permis de récolter près de 500 000 pesos

Par Lepetitjournal Mexico | Publié le 24/11/2015 à 06:09 | Mis à jour le 24/11/2015 à 15:39

L'association Rugby French Flair (RFF) est en tournée au Mexique du 17 au 25 novembre pour promouvoir les valeurs du rugby auprès des jeunes issus de milieux défavorisés. Outre l'action de terrain, menée notamment à Itztapalapa, Ixtapan de la Sal et Puerto Vallarta, l'association a organisé également un dîner de gala sur la terrasse du célèbre restaurant français Au pied de cochon à Polanco avec pour objectif de récolter un maximum de fonds pour poursuivre l'action entamée après le départ des membres de l'association.

 Florent Houssais et Jean-Baptiste Ozanne ont présenté les actions de l'association de RFF et ont tenu à rendre hommage aux attentats de Paris.  (Margot cariou)

Pari tenu ! Au total, entre les entrées et la vente aux enchères, près de 500 000 pesos (soit, environ 27 000 euros) ont en effet été récoltés. Cette somme est désormais entre les mains de la Fondation Gigante et sera prochainement redistribuée entre les différentes écoles et associations sportives locales sélectionnées. "L'intégralité de l'argent sera donc investi au Mexique et dans le seul intérêt des enfants" a précisé Jean-Baptiste Ozanne, le président de l'association Rugby French Flair. 

Déroulement de la soirée et argent récolté 

Quelques heures avant le lancement de la soirée de gala, une conférence de presse fut l'occasion pour les membres de RFF présents de rappeler la mission sociale de l'association. A vingt heure, près de 250 personnes ont ensuite envahi la terrasse du restaurant Au Pied de Cochon.

De gauche à droite : Philippe Guillard, Florent Houssais, Jean-Baptiste Ozanne, le directeur de l'Intercontinental, et Yann Delaigue (Margot Cariou)

Avant d'entamer les festivités, Florent Houssais et Jean-Baptiste Ozanne ont tenu à rendre hommage aux victimes des attentats de Paris et appelé l'ensemble des participants à entonner la Marseillaise. Plus tard dans la soirée, alors que les convives étaient attablés autour de leurs plats, le film du dernier voyage de l'association en Colombie a été projeté sur des écrans géants. Face aux sourires des enfants colombiens et des membres de l'association, l'émotion à submergé la terrasse du «Pied du Cochon». Finalement, pour clôturer la soirée en beauté, la vente aux enchères a été lancée. Les participants ont pu y acquérir des maillots dédicacés pas des internationaux, une casquette signée par Tiger Woods ou encore des paniers beauté offerts par l'Occitane. Au total, entre les entrées et cette vente aux enchères, la soirée a permis de lever près de 500 000 pesos. Une belle victoire pour RFF et les enfants qui vont prochainement en bénéficier ! 

Le rugby, un rempart à la violence et la délinquance 

Depuis maintenant six ans, l'association Rugby French Flair utilise le rugby et les valeurs qu'il porte pour détourner de la violence les jeunes de milieux défavorisés du monde entier. Un projet qui en a séduit plus d'un. Partie de l'idée un peu folle de quatre amis amateurs de rugby, aujourd'hui, l'association compte en effet 250 membres dont une cinquantaine de joueurs internationaux, convaincus que le rugby peut être un rempart à la délinquance. Depuis peu, l'association s'est même vue confier une mission de « diplomatie sportive » par les autorités française et colombienne. A l'occasion de la conférence de presse précédant le dîner de gala, Jean-Baptiste Ozanne a tenu à rappeler ce but, avant tout social, de l'association. Il a en effet affirmé que, si elle contribuait indirectement au développement international du rugby, ce n'était pas sa mission première. Une affirmation confirmée par Philippe Guillard, ancien joueur du XV de France, selon lequel, le rugby porte en lui la capacité de détourner les jeunes de la violence en leur permettant de se défouler « dans le respect des règles, de l'arbitre et de l'adversaire ». 

L'avenir prometteur du rugby au Mexique

La conférence de presse précédant le dîner de Gala fut également l'occasion d'évoquer l'avenir du rugby au Mexique. Un avenir prometteur selon Francisco Echeguren, Président de la Fédération Mexicaine de Rugby.

Francisco Echeguren, Président de la Fédération Mexicaine de Rugby (Margot Cariou)

En effet, si il a regretté que cette discipline demeure encore relativement méconnue au Mexique et souffre, à tort, d'une réputation de sport violent, il a cependant souligné l'incroyable évolution du nombre de licenciés depuis décembre 2011 : "Nous sommes passés de 1600 à 12.000 licenciés et cela devrait encore augmenter dans les prochaines années, se réjouit Francisco Echeguren, grâce à l'augmentation du budget alloué à la discipline par le gouvernement mexicain depuis l'annonce de son entrée aux Jeux Olympiques."
Comme le Taekwendo ou la Lucha Libre, le rugby est un sport de contact, une discipline dans laquelle les Mexicains ont l'habitude d'exceller. Le Président de la fédération se montre confiant sur l'évolution de son sport et espère que, d'ici une dizaine d'années, le Mexique pourrait bien figurer parmi les pays participants à la coupe du monde.

Le rugby est aussi porteur de valeurs qui ont tout pour séduire les jeunes du monde entier. Pour Yann Delaigue et Philippe Guillard, anciens joueurs du XV de France, parmi ces valeurs, "la convivialité occupe la première place". Sport collectif, le rugby se nourrit de la diversité, une diversité physique tout d'abord car "chacun a sa place sur le terrain aussi bien "el delgado" véloce que "el gordo" puissant" à souligné Philippe Guillard, mais, le rugby amateur représente aussi une diversité sociale, puisque sur le terrain, se mélange les enfants de diverses origines issus de milieux favorisés ou plus modestes. En conclusion, pour les internationaux français, "le rugby permet aux jeunes joueurs de développer des amitiés sincères avec leurs coéquipiers et d'apprendre le respect de l'autre". 

Margot Cariou (Lepetitjournal.com/mexico) Mardi 25 novembre 2015

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Mexico

EXPATRIATION

Insécurité : les pays qui inquiètent les expatriés

Décidés à prendre le large mais inquiets pour votre sécurité ? Fuyez le Brésil, évitez les Etats-Unis ! C’est ce que révèle la dernière édition d’Expat Insider...

Sur le même sujet