Dimanche 18 août 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

LEXIQUE - Le langage dans les "cantinas" (première partie)

Par Lepetitjournal Mexico | Publié le 21/02/2013 à 00:00 | Mis à jour le 18/02/2013 à 21:37

Les cantinas font partie intégrante de la vie des Mexicains. Dans ce lieu, les classes sociales n'existent plus pendant quelques heures. Tout le monde trinque et s'amuse. Ce sont des endroits où l'on boit, mange, brise la glace et où l'on se lâche émotionnellement avec les vieux amis du vice. C'est un lieu sacré, un temple dans lequel on est toujours accompagné

Cantina "El Nivel". Photo Gcorpart (talk)

La dernière et on s'en va?
Les cantinas sont arrivées au Mexique après l'invasion des Etats-Unis en 1847 quand les soldats de l'Amérique du Nord cherchaient un endroit où l'on mélangeait les liqueurs. Leur plus grand essor a eu lieu sous Porfirio Díaz (1876-1911) quand seules les classes proéminentes et les hommes pouvaient y accéder. Depuis maintenant des décennies, elles font partie de la quotidienneté des habitants de la capitale mexicaine. Cependant, beaucoup ont disparu à cause de l'augmentation de la criminalité depuis 1990. Carlos Monsiváis les décrit comme "des sanctuaires incertains où sont prodiguées des situations pathétiques, comiques, tragiques, mélodramatiques où se réunit tout type de personne et où l'on rencontre de nouveaux paroissiens."

Autour des cantinas s'est créé un grand nombre de proverbes, chansons, poèmes, albures et d'autres malices verbales
Si vous remarquez bien, les noms des établissements sont très créatifs: la mitrailleuse, la ville des miroirs (où l'on se reflète avec les personnes ivres), le bureau, les mules de toujours, l'âne etc.

Des phrases que vous pourrez peut-être entendre en vous y rendant:
A los quince, con quien quise,
a los veinte, con quien diga la gente,
pero a los treinta,
con el primero que se presenta
.
(Armando Jiménez, picardía mexicana)

Des refrains comme:
Arriba, abajo, al centro
y ¡pa' dentro!
En haut, en bas, au centre et à l'intérieur ! (pour trinquer)

¡Al Hidalgo! (pour encourager notre ami à vider son verre d'un seul trait)

Des conseils de vie:
Para todo mal: mezcal
y para todo bien, también.
Pour tout ce qui va mal: mezcal
Et pour tout ce qui va bien: aussi.

Pour les bohèmes et les poètes:
Beber vino es como sembrar poesía en el corazón.
Boire du vin c'est comme semer de la poésie dans le c?ur.

El vino exalta la fantasía, hace lúcida la memoria aumenta la alegría, alivia los dolores y destruye la melancolía.
Le vin exalte la fantaisie, rend lucide la mémoire, augmente la joie, soulage les douleurs et détruit la mélancolie.

Et nous terminerons en citant la chanson du très célèbre José Alfredo Jiménez: qui n'arrive pas à la cantina sans exiger sa tequila et une chanson?

Équipe CLA: Alejandra Mateos et Malika Bel-Hadj (www.lepetitjournal.com/mexico) jeudi 21 février 2013

CLA: Centro de Lenguas y Arte
Cours de français, italien, anglais, espagnol, allemand et portugais (particuliers ?entreprises ? écoles)
Tel: 044-55-14-74-93-34
Email: direccion@cla-arte.com

RETROUVEZ NOTRE SECTION PEDAGOGIE

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet