Mercredi 20 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

LE MOT RIGOLO - Le peyotl

Par Lepetitjournal Mexico | Publié le 28/07/2011 à 00:00 | Mis à jour le 14/11/2012 à 13:33

Chaque second jeudi du mois, découvrez les origines d'un mot rigolo et son équivalent espagnol en partenariat avec le CCC IFAL. Cette semaine: le peyotl

Le peyotl, Lophophora williamsii, est une espèce de petit cactus sans épines de la famille des Cactaceae. Nous avons vu qu'il s'agissait également d'un des trois substantifs qui a gardé en français la terminaison nahuatl ?tl, comme pour marquer ses origines mexicaines. De fait, on le trouve à l'origine dans le sud des États-Unis, Texas et Nouveau-Mexique, et sur le plateau mexicain central.

Il contient de nombreux alcaloïdes, dont le plus notable est la mescaline, mais aussi de la lophophorine, de l'anhalamine, de l'anhalonidine et de  l'anhalonine aux vertus sédatives. Ses effets psychotropes permettent au chaman de converser avec les Dieux dans de nombreuses communautés natives, telles que les Huichols ou les Tarahumaras.

En vogue dans les sphères littéraires au XXème siècle, il a inspiré de nombreux auteurs qui ont écrit sous son influence, comme Antonin Artaud  qui cherchait depuis toujours à soigner ses céphalées, ou Aldous Huxley  qui se passionnait pour les mondes paranormaux. Nous nous limiterons pour notre à recommander ici ces lectures en seule guise de consommation.

 [1] D'un voyage au pays des Tarahumaras, Éditions de la revue Fontaine, Paris, 1945
[2] The Doors of Perception, 1954, Les portes de la perception, 1954, 10/18

Equipe du CCC-IFAL: Patrick Riba ? Arturo Vazquez Barron  (www.lepetitjournal.com/mexico) jeudi 28 juillet 2011

 

 

Plateforme internet du Centre Culturel et de Coopération - Institut Français d'Amérique Latine
Rio Nazas 43, Colonia Cuauhtémoc, México
Tel: 55 06 07 77-80
Informations sur les cours de langue
: cursos_ifal@francia.org.mx

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

TÉLÉTHON

Jonas : "La maladie m'emprisonne, mais je crois au traitement"

Jonas, jeune étudiant de 22 ans, a été diagnostiqué d’une calpaïnopathie à l’âge de 6 ans. Une maladie qui s’est installée progressivement et qui depuis l’adolescence grignote peu à peu ses muscles

Sur le même sujet