Dimanche 24 mars 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

J’AI TESTÉ POUR VOUS – Prendre un cours de nahuatl, la langue des Aztèques !

Par Lepetitjournal Mexico | Publié le 10/08/2015 à 03:29 | Mis à jour le 10/08/2015 à 14:52

Du Popocatepetl à Teotihuacan en passant par les croustillants chapulines, on ne s'en rend pas toujours compte mais, dans le centre du Mexique, le nahuatl se glisse dans toutes les conversations. Le Petit Journal de Mexico est allé prendre une leçon de cette langue aztèque encore parlée aujourd'hui par 1,5 million de Mexicains !

Maestro Luis Miguel et l'arbre zapotèque de l'origine de l'humanité. (Lucie Louâpre)

Saviez-vous que le livre En attendant Godot de Samuel Becket était traduit en nahuatl ? C'est l'anecdote amusante relevée par Jean-Claude Carrière dans la préface de son Dictionnaire amoureux du Mexique. Le Nahuatl est aujourd'hui parlé par plus d'un million et demi de Mexicains, surtout dans les États de Puebla, Veracruz, Hidalgo, Guerrero et dans certaines parties du DF, ce qui en fait la langue indigène la plus parlée au Mexique. Des pétitions circulent même pour qu'elle accède au rang de langue nationale ! 

Pour mon premier cours de nahuatl, direction la Casa de la Palabra (reliée à la Casa de la Cultura) de la délégation Miguel Hidalgo. Notre «maestro», Luis Miguel, est un passionné de la culture de son pays et tout particulièrement du nahuatl dont il va nous parler pendant près de deux heures. 

Codice zapotèque haut en couleurs. (Lucie Louâpre)

Cette langue méso-américaine s'est développée, dans sa forme classique, avec les Mexicas ? les célèbres Aztèques - en fondant la cité de Mexico-Tenochtitlan au XIVè siècle là où, selon la légende, ils virent un aigle perché sur un nopal (cactus) avec un serpent dans le bec. Vous aurez reconnu l'actuel emblème du pays !

Avant tout, il faut savoir une chose : « El nahuatl se dibuja, se habla y se escucha. Pero no se escribe ! », explique Luis Miguel. En effet, c'est une langue avant tout dessinée comme le montrent les «codices mexicas», manuscrits précieux où les dessins ont toute une signification historique. Le plus célèbre est la «Tira de la Perenigración» (aussi appelé Code Boturini) qui conte le voyage, précédemment évoqué, du peuple Mexica. Une copie est visible au Musée d'anthropologie de Mexico et l'original est conservé à la Bibliothèque nationale d'anthropologie et d'histoire de Mexico. 

Cette langue ne s'écrira qu'une fois la conquête des Espagnols passée. Et plusieurs lettres n'existent pour ainsi dire pas : j, b, v, r et s. Chose amusante : le français a emprunté plusieurs mots au nahuatl par l'intermédiaire du castillan d'Espagne : avocat (ahuacatl), cacao et cacahuète (cacahuatl), chocolat (chocolatl), tomate (tomatl) ou encore coyote (coyotl) ! 

Enfin, oubliez le prénom que vous portez. Votre prénom nahuatl se compose d'un chiffre compris entre 1 et 13 et d'un symbole parmi vingt possibles (ex : jaguar, chien, mouvement?) correspondant aux jours du mois dans le calendrier aztèque. C'est votre date de naissance qui le détermine.

La Tira de la Peregrinación au Musée d'anthropologie de Mexico (Lucie Louâpre)

Lors du cours, le professeur nous explique que les Aztèques se sont inspirés de plusieurs autres cultures mexicaines notamment les Teotihuacanos ou encore les Zapotèques dans la vallée de Oaxaca. Le fonctionnement sociétal de ces derniers ? dont les premières traces d'existence remontent à 1.500 av. JC ? se base sur le matriarcat. La question de la fertilité y tient une place importante comme le montre «el arbol Apoala», explication à l'origine de l'humanité en Méso-Amérique. 

A la différence de l'arbre divin d'Adam et Eve, celui-ci existe vraiment et est visible dans l'État de Oaxaca ! Luis Miguel nous dévoile alors un codice zapotèque chiné dans une brocante. Est-ce-un original, une copie réalisée par les Espagnols ? Rien n'est sûr? La légende dit même que sa couverture est faite de peau humaine ! A la différence de la «Tira de la Peregrinación», celui-ci ne raconte pas une histoire mais couche sur le papier des conversations à caractère historiques (ex : mariages?) avec de grandes lignes rouges verticales marquant la fin d'une discussion et le début d'une autre.

Lucie Louâpre (Lepetitjournal.com/mexico) Lundi 10 août 2015

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Mexico

Madrid Appercu
#MAVIEDEXPAT

Passer de l’AZERTY au QWERTY sans stress post traumatique

Le passage du clavier AZERTY au QWERTY, n’est pas toujours une expérience agréable, mais constitue en Espagne un passage (presque) obligatoire pour les expatriés français.

Sur le même sujet