Mardi 25 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

COOPÉRATION SCIENTIFIQUE – En visite au Mexique, Jean-Paul Moatti, PDG de l'IRD, a signé plusieurs accords

Par Lepetitjournal Mexico | Publié le 12/11/2015 à 18:49 | Mis à jour le 06/01/2018 à 18:04

Lundi 9 et mardi 10 novembre, Jean-Paul Moatti, Président-directeur général de l'Institut français de Recherche pour le Développement (IRD) était en visite au Mexique en vue de signer des accords de coopération scientifique avec les autorités scientifiques et politiques nationales pour mutualiser les recherches en matière de changement climatique et de développement durable.

Après la conférence internationale pour le financement du développement en juillet dernier en Ethiopie, le programme de développement onusien pour l' «après 2015» adopté à New York en septembre dernier et la très prochaine COP21 à Paris, cette visite de Jean-Paul Moatti s'inscrit dans le cadre plus général d'une année consacrée à la révision des relations «nord-sud» et de l'agenda mondial pour le développement.
Mercredi 11 novembre, à l'occasion d'une conférence de presse à la Casa de Francia, Le Petit Journal de Mexico est donc allé à la rencontre du directeur de l'IRD pour vous en dire un peu plus sur cet institut et ses missions, le but de cette visite au Mexique et son opinion sur l'imminente COP21.

Jean-Paul Moatti,President-directeur général de l'IRD, a aussi inauguré des nouveaux bureaux de la représentation officielle de l'IRD à l'UNAM (© Inserm / François Guénet)

L'IRD et sa mission : répondre aux défis posés par le développement

L'IRD est un organisme public de recherche français qui tente de trouver des solutions aux défis posés par le développement au niveau international pour atteindre les objectifs du millénaire fixés par l'ONU. Améliorer les conditions sanitaires, comprendre l'évolution des sociétés, préserver l'environnement et les ressources constituent les piliers de son action. Fervent défenseur de la coopération scientifique entre les pays, depuis son siège marseillais et ses deux centres métropolitains de Montpellier et Bondy, l'institut affiche une activité de recherche internationale. Il dispose en effet de nombreuses représentations en Afrique, en Asie, en Amérique latine et en Outre-Mer. Depuis ces représentations, en coopération avec les autorités politiques et scientifiques de ces différents pays, il soutient le développement de ces régions et tente d'apporter des réponses aux problématiques nationales comme les maladies tropicales et urbaines, le changement climatique, les ressources en eau, la sécurité alimentaire, la pauvreté, les inégalités sociales ou encore l'évolution du marché agricole. 

Favoriser la coopération scientifique entre la France et le Mexique 

Bien qu'il ait exprimé des regrets concernant la courte durée de sa visite au Mexique, Jean-Paul Moatti, Président-directeur général de l'IRD, a souligné son importance dans l'approfondissement de la coopération scientifique franco-mexicaine. La visite a en effet été l'occasion de lui donner deux traductions concrètes à travers, d'une part, l'inauguration des nouveaux bureaux de la représentation officielle de l'IRD à l'UNAM et, d'autre part, la signature d'accords de coopération entre l'Institut et les autorités scientifiques et politiques mexicaines.
Lundi 9 novembre, Jean-Paul Moatti et le ministre de l'agriculture mexicain ont en effet signé un mémorandum d'entente définissant des politiques publiques pour une gestion durable des écosystèmes marins, côtiers et terrestres dans le cadre d'une coopération multilatérale entre l'Amérique latine, les Caraïbes et les pays d'Afrique où l'IRD est présent.
Jean-Paul Moatti et Alessandro Rizzo, représentant de l'IRD au Mexique, lors de la conférence de presse tenue mercredi 11 novembre à la Casa de Francia (Margot Cariou)

Par ailleurs, mardi 10 novembre, Jean-Paul Moatti, la directrice exécutive de l'AMEXCID et le directeur général du CONACyT ont également signé une déclaration d'intention pour la création et le développement d'une plateforme de coopération triangulaire entre l'Amérique latine, l'Europe et l'Afrique dans la recherche sur les zones arides. Selon lui, ce type de coopération triangulaire est nécessaire car, en croisant les expériences et en augmentant les données empiriques à la disposition de chacun, les scientifiques peuvent préciser leurs modèles, avancer plus rapidement dans leurs recherches et, ainsi, ont plus de chance de pouvoir apporter des solutions aux enjeux mondiaux soulevés par le réchauffement climatique. 

L'enjeu de la COP21 : redéfinir les relations « nord/sud »

Interrogé sur l'intérêt de la COP21 qui aura lieu à Paris en décembre prochain, Jean-Paul Moatti a commencé par saluer la vision plus horizontale et globale des problèmes mondiaux dont témoigne la conférence, l'appel explicite fait à la science pour, non seulement pour identifier les problèmes, mais aussi y trouver des solutions, et, enfin, l'intégration récente des populations civiles à ce type de débats mondiaux. Il a également affirmé que l'enjeu principal de cette conférence « Paris-climat » serait de parvenir à concilier la lutte contre le changement climatique avec le développement et, notamment, de prendre en compte les inégalités de développement des pays dans la définition de leurs engagements internationaux. Conscient que, selon les pays, les responsabilités dans le réchauffement climatique et les possibilités d'y remédier varient considérablement, il souhaite en effet que soit abordé la question du financement et a ainsi conclut que l'enjeu principal de cette conférence était de redéfinir les relations « nord/sud ». Enfin, il s'est toutefois dit « optimiste » sur l'issue de la COP21 et le fait que les pays parviennent à un « bon » compromis car la quasi totalité des pays semblent disposés à revoir à la baisse leurs émissions de gaz à effet de serre, y compris les plus réticents de prime abord comme la Chine et l'Inde. 

Margot Cariou (Lepetitjournal.com/mexico) Jeudi 12 novembre 2015

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Mexico

Un monastère mexicain, dernier refuge de salamandres aquatiques

Le ronronnement des filtres à aquariums trouble la quiétude du monastère: plusieurs heures par jour, des religieuses mexicaines interrompent leurs prières pour prendre soin de leur élevage d'achoques

Sur le même sujet