Lundi 24 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

LA BELGA - La bière artisanale, pour une place au soleil

Par Lepetitjournal Mexico | Publié le 24/12/2015 à 06:30 | Mis à jour le 19/12/2015 à 17:44

Les Mexicains boivent en moyenne 62 litres de bière par personne à l'année. Ce qui fait du Mexique le sixième pays au monde où l'on consomme le plus cette boisson. Une proportion dans laquelle les bières artisanales se font, petit à petit, leur place. Le Petit Journal a rencontré Bastien Callens, distributeur de bières artisanales du monde.


Plus de 250 bières du monde trônent dans la boutique de Bastien Callens, La Belga. (Photo Erwan Schiex-Engama)

Depuis une petite dizaine d'années, la petite mais florissante « industrie » de fabrication de bières artisanales mexicaines marque le marché de son empreinte. Cela vaut également pour les artisanales du reste du monde. Ce gain de popularité n'est pas sans lien avec le travail de longue haleine que continuent d'effectuer les brasseurs locaux et les importateurs-distributeurs. Bastien Callens, un Français de 33 ans originaire de Bailleul dans le Nord-Pas-de-Calais, a lui aussi apporté sa pierre à l'édifice.

Depuis maintenant sept ans, il possède une boutique de vente de bières artisanales : La Belga, située dans la Roma Norte. L'homme a été l'un des premiers à se dédier à cette activité spécifique dans le District Fédéral. La Belga est un commerce de détail qui chiffre entre 500 et 600 tickets (acte de vente) par semaine. Mais le magasin est surtout un « showroom » dans lequel trônent plus de 250 bières du monde (Belgique, Russie, Allemagne, Angleterre, États-Unis, Mexique?). Des produits que Bastien s'approprie via ses réseaux d'importateurs et micro-brasseurs, puis qu'il distribue dans toute la République à environ 400 clients. Des bars et des restaurants désireux d'inclure des bières de qualité sur leurs cartes.

Entre deux boissons, l'une artisanale et l'autre industrielle, les différences ne manquent pas. Outre le goût, indéfiniment plus « caractériel » pour une bière artisanale, ce sont également les moyens et les modes de production qui changent. « Pour les bières industrielles, la quantité de production est illimitée tandis qu'elle fonctionne en lots pour l'artisanale. Cette dernière bénéficie de nombreux et variés ingrédients de production qui maturent dans le respect des processus naturels  », souligne Bastien Callens.
LA question... (Photo Erwan Schiex-Engama)

Des mots à l'action

Installé au Mexique depuis une dizaine d'années, ce négociant s'est très rapidement destiné à faire de la bière artisanale un « business ». Par affection pour la boisson et pour « montrer la diversité des bières du monde, dont l'Angleterre, l'Allemagne et la Belgique sont les principaux créateurs » précise le propriétaire de la Belga.

Formé à l'ISEG de Lille (une école de commerce), Bastien effectue en 2004 une année à  Monterrey (Nuevo León) dans le cadre d'un échange universitaire. Lorsque celle-ci prend fin, il entreprend la rédaction d'une thèse sur l'importation et la distribution de bières artisanales, « un élément manquant », au Mexique. A son retour en Europe, fort d'avoir étudié le sujet en profondeur, il passe des mots aux actes et décide de se lancer. Il commence à collaborer avec des petits brasseurs, puis retourne à Mexico afin de mettre en place sa structure.

Désormais, l'homme originaire des Flandres emploie douze personnes (trois en magasin et neuf en distribution) et sa boutique tourne de mieux en mieux. Pour lui, « la culture de la bière se fait de plus en plus présente dans le pays ». Même s'il avoue que « le principal problème reste le prix d'une artisanale par rapport à une industrielle ». Il faut par exemple compter entre 20 et 40 pesos pour un bière artisanale mexicaine et de 35 à 55 pesos pour une belge. La bière, un produit de proximité matérialisé par le monopole des industriels dans les petits magasins présents à chaque coin de rue.

A l'avenir, Bastien Callens souhaite continuer sa progression et notamment faire d'avantage d'événements autour de ses produits, tout en devenant « plus solide » afin de pouvoir attaquer le secteur de la grande distribution, toujours tranquillement mais sûrement.

Pratique :
La Belga
Orizaba 161 loc 4 (Querétaro casí esquina Orizaba)
Col. Roma Norte, C.P. 06700
Del. Cuauhtémoc, México D.F.
Tel : (55) 35.47.95.58
Mail : contacto@labelga.com.mx
Ouvert du lundi au jeudi de midi à 22h, vendredi et samedi de midi à 23h.
Plus d'infos sur le site internet et Facebook.

Erwan Schiex-Engama (Lepetitjournal.com/mexico) Jeudi 24 décembre 2015 (republication)

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Mexico

Un monastère mexicain, dernier refuge de salamandres aquatiques

Le ronronnement des filtres à aquariums trouble la quiétude du monastère: plusieurs heures par jour, des religieuses mexicaines interrompent leurs prières pour prendre soin de leur élevage d'achoques

Sur le même sujet