Jeudi 12 décembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

FÊTE DES MORTS - La nuit des morts dans l’Etat de Michoacan

Par Lepetitjournal Mexico | Publié le 04/11/2009 à 01:00 | Mis à jour le 13/11/2012 à 14:06

Comme chaque année durant la nuit du 1er au 2 novembre, les cimetières mexicains reprennent vie. Chaque famille vient veiller ses défunts. Les enfants d'abord ou Angelitos, la nuit du 1er novembre puis, dès les premières minutes du jour suivant, c'est au tour des adultes disparus d'être veillés.
Dans l'Etat de Michoacan, cette célébration des morts a un caractère plus solennel qu'ailleurs. Pour ceux qui n'ont pas eu la chance de s'y rendre, lepetitjournal.com vous propose une séance de rattrapage. Reportage.

(Photo: Charlotte Tyrel)
Après 5 heures de trajet le bus s'arrête enfin: nous sommes à Morelia, capitale de l'Etat de Michoacan. Rapidement, le centre de cette ville coloniale se dévoile. On se croirait presque dans les rues de Barcelone. A ceci près que la cité est recouverte de fleurs oranges appelées Cempasuchil. A chaque coin de rue, une Catrina, ces squelettes de dames du monde caricaturant la mort. Nous sommes le 31 octobre. Sur la place du Zocalo, des centaines de touristes vont et viennent. Tous sont venus pour assister à la Noche de Muertos, particulièrement réputée dans cet Etat, sans doute pour son côté plus solennel qu'ailleurs.
La nuit tombe peu à peu. La cathédrale et ses coupoles de mosaïques bleutées s'illuminent. Les enfants envahissent les rues déguisés, tout en brandissant leurs citrouilles vidées: «Calaveras», disent-ils aux passants qui lâchent au choix une pièce ou une sucrerie. Un feu d'artifice est tiré. Les badauds se divisent. La plupart s'en retournent dans leurs hôtels afin de savourer une nuit réparatrice avant la veillée funèbre du lendemain.

La veillée dans le cimetière de Tzintzuntzan
Morelia se réveille doucement. Les organisateurs de tours de la nuit des morts se pressent auprès des touristes. Car cette nuit, les principales réjouissances n'auront pas lieu ici...
Au menu, un voyage de 10 à 12 heures. Les bus conduisent les visiteurs dans le cimetière de Tzintzuntzan, ancienne capitale des Tarascos et première «Ciudad de Mechuacan». Là, les puestos s'entassent le long de l'avenue principale du village. Les odeurs de pozole, de viande et de patates douces grillées se mélangent. Une procession remonte la rue en direction du cimetière. Des enfants portant des masques, des femmes en tenue traditionnelle, des mariachis, un prêtre, et surtout de grandes stèles de bois tressé, recouvertes de ces fleurs oranges et sur lesquelles sont accrochées des offrandes. A l'intérieur du cimetière, plusieurs centaines de bougies sont allumées. Des pétales de Cempasuchil enveloppent les mottes de terre symbolisant les tombes. Les familles sont réunies. Elles disposent entre les bougies entassées sur la tombe des fruits, le pain des morts, le plat préféré du défunt, des bouteilles de tequila. Ils vont passer la nuit ici, à boire, manger, parler et prier. Le thermomètre flirte avec les 5 degrés.

Une célébration très touristique
A Patzcuaro, la fête bat son plein. Sur la grande place, un marché s'est installé. La foule se bouscule pour circuler entre les stands de souvenirs. Sur l'île de Janitzio, même ambiance. Les traditions sont devenues moins visibles que les foules de touristes accostant régulièrement. Sur le lac séparant l'île dominée par l'imposante statue du père Morelos et Patzcuaro, des dizaines de bateaux se suivent en file indienne. Un défilé qui ne cessera de la nuit.
Au petit matin, les bougies finissent à peine de se consumer. Les familles, qui ont veillé toute la nuit, rentrent chez elles. Les touristes désertent la région. Du moins jusqu'à l'année prochaine?

Charlotte Tyrel (www.lepetitjournal.com/Mexico) mercredi 4 novembre 2009

Sur le même sujet: 
Venez fêter les morts à Mixquic: une expérience étrange et inoubliable à la fois! 
 
Qu'offrir aux morts pour leur fête? 

Sur le thème de la religion:
 
La célébration de San Judas Tadeo tous les 28 de chaque mois sur la place Hidalgo d
L'islam se renouvelle au Chiapas 
Quelques clés pour connaître les Légionnaires du Christ

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet