Jeudi 15 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

DÍA DE MUERTOS – 4 destinations pour vivre pleinement la fête des morts

Par Lepetitjournal Mexico | Publié le 28/10/2015 à 15:16 | Mis à jour le 29/10/2015 à 16:32

Tradition ancestrale classée au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 2003, El Día de Muertos est un événement incontournable au Mexique. Or, si par beaucoup d'aspects, cette fête se restreint au cercle familial et privé, chaque année, les communes mexicaines organisent également des manifestations ouvertes à tous. La tradition est célébrée dans presque toutes les régions du Mexique et certains lieux sont réputés pour fêter El Día de Muertos de manière particulièrement spectaculaire. En voici quelques-uns...

Tradition vieille de 3000 ans déjà pratiquée par les Mexicas, les Mayas et les Totonèques, la fête des morts est une coutume de longue date au Mexique ! Elle trouve ses origines dans le rapport particulier qu'entretiennent les Mexicains avec la mort. En effet, dans la culture mexicaine, la mort est perçue comme un passage vers la vie et El Día de los Muertos est une fête joyeuse et conviviale.
Les traditionnelles calaveras mexicaines (www.planet-mexico.com/fete-morts-mexique)

Selon la croyance, les 1er et 2 novembre, les morts reviennent sur terre visiter leurs familles. A l'occasion, les familles couvrent donc les tombes de leurs défunts de toutes sortes d'objets et de confiseries qu'ils aimaient de leur vivant pour les combler lors de leur retour sur terre. A la nuit tombée, si certains restent sur les tombes de leurs proches pour partager avec eux ces véritables festins, la plupart des familles mexicaines organisent des repas durant lesquels on ne peut échapper au fameux « pan de muerto », pain sucré aromatisé à la lavande, et aux calaveras, confiseries colorées en forme de têtes de morts.

Dans les environs du lac de Patzcuaro, festivités et tourisme de masse
Au Mexique, l'Etat de Michoacán est réputé pour être le plus respectueux de la tradition du « Dia de los Muertos ». Fidèles à leur réputation, pour l'occasion, de nombreux villages organisent des manifestations spectaculaires et sans commune mesure. A Jaracuaro, par exemple, le Temple de San Pedro et la Chapelle de la Nativité enfilent leurs plus belles parures tandis que, à leurs pieds, les offrandes faites aux morts se multiplient et les verres de punch s'enchainent autour de « La Danza de los Viejitos », danse pré-hispanique en l'honneur du Dieu Huehuetéotl, singulière à l'Etat de Michoacán. Un peu plus loin, à Arocutin, un grand arc de fleurs surplombe le Temple de Notre Dame de la Nativité tandis que le cimetière croule sous les fleurs de cempasúchil et les bougies dans une douce odeur d'encens. Enfin, dans le pueblo mágico de Patzcuaro, des bateaux chargés de touristes quittent le rivage pour l'île de Janitzio où le « Dia de los Muertos » est toujours très festif.

« Danza de los Viejitos », danse pré-hispanique en l'honneur du Dieu Huehuetéotl, singulière à l'Etat de Michoacán. 

A Huaquechula, singularité et convivialité
Dans l'Etat de Puebla, Huaquechula est réputée pour ses autels blancs, une singularité régionale née de la fusion entre la tradition pré-hispanique de la région et le Jeudi Saint. Les plus remarquables sont ceux de « fin d'année », dédiés aux personnes décédées récemment. En forme pyramidale, ils se composent de 3 ou 4 niveaux soutenus par des colonnes de style baroques, censés représenter le monde terrestre, le ciel et la voie céleste. On y trouve généralement des photos des défunts auxquels ils rendent hommage, des miroirs, des confiseries en sucre ou encore du « pan de muerto ». En plus de ces autels propres à la région, un rituel singulier et unique a lieu au village. Le 1er novembre, à deux heures de l'après-midi, les cloches du temple annoncent en effet l'arrivée des morts. Des chemins de fleurs de cempasúchil les guident alors jusqu'aux maisons de leurs proches dont les portes sont ouvertes à l'occasion. A la nuit tombée, les visiteurs curieux sont souvent invités à venir admirer les autels des maisons et, pour les gourmands, à déguster du chocolat et du pain avec ses hôtes.

Dans la Huasteca Potosina, tradition et mysticisme
La fameuse « Danza de la Malinche » des Teenek.

Dans la partie orientale de San Luis Potosi, la fête des morts est appelée « Xantolo » et présente une grande importance pour les habitants en ce qu'elle serait la réunion sacrée des vivants avec leurs ancêtres et, donc, le vrai sens de la vie. Le 1er Novembre, jour de tous les saints, une veillée est organisée et les habitants du coin sont heureux d'exalter photos de proches disparus et autels érigés en leur honneur. Parallèlement, les Teenek, communauté indigène de la région, effectuent la célèbre « Danza de la Malinche », danse traditionnelle dédiée à la mort. Le 2 novembre, journée des défunts, les communautés Teenek et Nahuas couvrent les tombes de fleurs et d'offrandes. Une tradition qui est répétée le dernier jour du mois de Novembre, avant le départ des défunts. Dans cette région, on pense en effet que les âmes restent parmi les vivants durant tout le mois de novembre et, juste avant leur départ, on couvre donc à nouveau les tombes de fruits et de fleurs.

Dans le District Fédéral, couleurs et animations
Loin d'échapper à la tradition, à l'occasion du « Dia de los Muertos », la capitale mexicaine devient multicolore, depuis les jardins de Paseo de la Reforma, décorés de fleurs de cempasúchil, jusqu'aux musées couverts d'offrandes en tout genre.

Cimetière de San Andrés à Mixquic.

Au sud de la ville, à la Ciudad Universitaria, une « mega ofrenda », consacrée, cette année, à Frida Kahlo, est organisée tandis qu'à Xochimilco, le Musée Dolores Olmedo présente de magnifiques autels rendant hommage à l'artisanat mexicain. Cependant, un des meilleurs endroits pour fêter le «Dia de los Muertos » dans le District Fédéral est le pueblo magico de Mixquic et son cimetière de San Andrés dont les tombes, les 1 et 2 novembre, sont couvertes de fleurs, de calaveras en sucre et d'autres spécialités cuisinées par les familles en l'honneur de leurs défunts. Pour animer le week-end, des concerts et concours de calaveras sont organisés et un cortège funèbre est même mis en scène. Un bon exemple de l'humour mexicain face à la mort. Enfin, pour les familles avec enfants, le parc écologique Xochitla, au nord de México, propose également des concerts, des pièces de théâtre et des concours de costumes pour l'occasion.

Margot Cariou (Lepetitjournal.com/mexico) Mercredi 28 octobre 2015

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Mexico

EXPATRIATION

VOTRE AVIS - Partagez votre vision et expérience du «choc» culturel !

Quelles comportements et habitudes de votre pays d’accueil vous ont surpris (que ce soit agréablement ou négativement) ? Avez-vous dû modifier les vôtres pour vous insérer professionnellement ?

Sur le même sujet