Vendredi 13 décembre 2019
Melbourne
Melbourne
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Orietta Wheatley, voix de la radio mauricienne à Melbourne

Par Rim Böhle | Publié le 28/08/2019 à 23:00 | Mis à jour le 29/08/2019 à 01:52
Orietta Wheatley maurice

Rencontre avec l'une des voix du programme mauricien sur la radio communautaire 3ZZZ. Orietta Wheatley partage avec nous les changements qu'elle a vu s'opérer au sein de la communauté avec l'avènement des réseaux sociaux et grâce aux initiatives dévelopées par une association locale.

 

Sur la radio communautaire 3ZZZ, Orietta Wheatley anime une émission du programme mauricien, un des 63 groupes ethniques représentés sur cette station. Avec plus de 400.000 auditeurs chaque semaine, la radio permet aux immigrants, anciens ou nouveaux, de retrouver un peu de leur pays d’origine sur les ondes.  La station repose sur le travail de ses plus de 400 bénévoles comme Mme Wheatley qui propose une émission généraliste le vendredi à 13h00. 

 

LPJ-Melbourne : A quelle occasion le programme mauricien a-t-il été sur la radio communautaire de Melbourne 3ZZZ?

La station a commencé a émettre en 1989. Le programme mauricien a été crée en meme temps. Moi j’ai démarré un peu plus tard, en 1995. Quand ils ont commencé, les émissions pilotes étaient enregistrées dans un bâtiment sur Flinders Lane. Puis, lorsqu’ils ont commencé à émettre, ils étaient dans un local au sous-sol du Trades Hall Council. Ils ont ensuite déménagé sur George Street à Fitzroy, là ou j’ai commencé. Depuis trois ans maintenant, nous sommes ici sur l’Albert Street à Brunswick.

 

Orietta Wheatley maurice

 

LPJ-Melbourne : Comment êtes vous devenue journaliste sur ce programme?

J’étais enseignante. La station encourage ses auditeurs à devenir membre d’un des 63 groupes ethniques représentés, afin de soutenir cette dernière. Chaque groupe a ses membres. A cette époque, je vivais a Ballarat. Je me sentais un peu isolée à Melbourne, coupée de ma communauté. On m’a parlé de ce programme. Je suis devenue membre immédiatement. J’écoutais régulièrement. Je participais aux jeux concours. J’allais de temps en temps à leur assemblée générale.  Avec mon époux de nationalité britannique, nous avons décidé de retourner à Maurice quelques semaines. Lorsque la station a eu vent de notre projet, ils m’ont demandé une interview pour connaitre mes impressions avant et après notre retour. De là, en parallèle de mon emploi d’enseignante, je suis devenue bénévole au sein de l’équipe. A cette époque notre programme n’était diffusé qu’une heure le samedi.  

 

LPJ-Melbourne : Quelles sont vos observations sur la communauté mauricienne à Melbourne, et plus largement en Australie?

La communauté a beaucoup changé. Au debut, elle était un peu timide. Nous ne nous faisions pas voir. On ne se faisait pas entendre. Nous voulions simplement nous intégrer. Quand nous sommes arrivés, souvent on me demandait “est ce que Maurice est français?” Alors que c’était encore une colonie anglaise. Mais les australiens ne comprenaient pas pourquoi nous parlions français.

Puis s’est constituée l’association CHARM, Cultural and Historical Association of Rodriguans and Mauritians. Ils ont commencé à organiser certaines évènements comme la “faya” mot créole pour désigner la fête. La communauté a commencé a se galvaniser en se faisant connaitre avec des expositions, la participation a des festivals sur Federation Square. Puis avec l’avènement des réseaux sociaux et la création de groupe sur facebook comme “les mauriciens à (ville d’Australie)”, les mauriciens ont participé massivement à divers événements pour se retrouver et consolider cette communauté.

 

LPJ-Melbourne : Avez-vous des recommandations pour déguster un bon repas typiquement mauricien, à Melbourne?

J’en ai plusieurs mais je recommanderai par exemple le Creole Kitchen Lobby. Le restaurant tient son nom à sa localisation, à l’entrée d’un hotel.  Quand je suis en centre-ville, je ne manque pas de m’arreter pour déjeuner à cette adresse. A Dandenong, il y a aussi beaucoup de restaurants mauriciens très bien. 

Rim Bohle

Rim Böhle

Responsable de l’édition Melbourne. Expérience de 10 ans comme analyste politique pour des agences gouvernementales. Passionnée de photographie, avide fureteuse de bons plans. Toujours prête pour débattre autour d’un bon café!
0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

Ecrits d'ecoliers : 'Une école bilingue ?'

Je suis une élève à l’école primaire de Camberwell. Camberwell Primary School. j’ai décidé d’explorer les avantages et les désavantages d’une éducation bilingue. Je partage mes réflexions avec vous.