Mardi 25 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

"Cape Town reste une ville très européanisée" Alexandre Izard

Par Vincent Villemer | Publié le 15/09/2017 à 11:20 | Mis à jour le 15/09/2017 à 11:20
entraide-cape town-association

Lepetitjournal.com a le plaisir de vous proposer aujourd’hui une interview d’Alexandre Izard, président de l’association « L’Entraide du Cap » qui a pour but de rassembler la communauté française de Cape Town depuis près de 50 ans. Aide et assistance des expatriés, organisation, diverses activités proposées, et relations entre Français et Sud-Africains, Alexandre n’a éludé aucune de nos questions.

 

- Lepetitjournal.com: Tout d'abord, présentez-nous "Entraide du Cap", en quoi consiste-t-il ?

- Alexandre: L’Entraide du Cap est une association de bienfaisance et de solidarité à but non lucratif créée en 1969. Notre mission principale est l’aide aux Français, en résidence permanente ou de passage dans le Western Cape, et se trouvant dans une situation de difficulté psychologique, administrative, financière ou sociale. L’équipe compte une dizaine de membres bénévoles très motivés. Nous comptons aussi une stagiaire dont la mission est d’assurer notre communication et de faire le lien entre les différents membres de l’association. Nous avons la chance de compter parmi nos membres une psychologue et un médecin conseils.

A ce rôle d’aide aux personnes en difficultés s’ajoutent l’assistance et le conseil à toute la population française. Nous tenons à ce titre une permanence tous les mardis de 12h à 14h à l’Alliance Française du Cap. Enfin, Nous nous donnons comme mission de dynamiser la communauté française en animant la vie sociale des jeunes Français du Cap. Nous organisons régulièrement des évènements afin que se rencontrent nouveaux et anciens arrivants au Cap. Grâce à nos pages Facebook, Entraide du Cap et Les Jeunes Français du Cap, ceux sont plus de 3 000 membres qui s’échangent bons plans, infos et conseils.

 

-Quelles sont les activités proposées ?

Au travers nos évènements nous cherchons avant tout à rassembler les générations et tisser des liens entre les membres de la communauté française du Cap. Nous organisons le 15 octobre prochain un loto intergénérationnel. Nous avons organisé une Welcome Party le 11 août dernier pour rassembler nouveaux et anciens arrivants.

 

-Y'a-t-il eu une vraie évolution depuis sa création ?

Tout commence en 1969 avec l’idée qu’il faut s’aider et se soutenir les uns et les autres en cas de difficulté. Depuis, l’Entraide a grandie et évoluée au fil de ces présidences et de ses membres. La présidence de Stéphane Kacédan marque un changement dans les pratiques de communication de l’association : le site internet et de nouveaux outils marketing sont créés et notre présence sur les réseaux sociaux s’est intensifiée. C’est aussi à cette période-là que commence réellement notre collaboration étroite avec le Consulat de France au Cap, l’institution Française avec laquelle nous avançons main dans la main. Grâce au dynamisme insufflé par Stéphane, que nous comptons toujours parmi nous, de nouveaux membres se sont ajoutés aux membres illustres créant ainsi un board soudé et motivé. J’ai eu l’immense chance de succéder à Stéphane, et j’espère que l’Entraide continuera sur cette bonne lancée.

 

-Comment se déroulent les "Welcome Party" ?

Un des évènements phares pour les Jeunes (et moins jeunes) que nous organisons sont les Welcome Party. Tous les 2/3 mois nous tentons de réunir les Français du Cap, nouveaux et anciens, dans un lieu convivial afin de faire connaissance. La formule est souvent la même : le premier verre est gracieusement offert par l’établissement et la soirée suit son cours ! Notre dernière Welcome Party a réuni plus de 40 participants et s’est déroulée au House of H et au Tjing Tjing : une réussite !

 

-Quel est votre rôle ?

Nous servons à la fois de lien entre les Français du Cap et de soutien pour ceux qui en ressentent le besoin. Grâce à nos permanences et nos membres dévoués, nos concitoyens trouvent une oreille qui les écoute et une épaule sur laquelle s’appuyer dans les moments difficiles. Grâce à nos événements et à nos pages Facebook, ils peuvent se rencontrer et partager leur expérience.

 

-Pourquoi avoir choisi l'Afrique du Sud ?

Il y a 5 ans j’ai eu l’occasion de faire un stage dans le domaine viticole d’un ami et, évidemment, je suis tombé amoureux de l’Afrique du Sud et de la région du Cap. Des opportunités professionnelles m’ont permis de revenir ici et de me consacrer à l’Entraide. Chaque jour, je remercie l’Afrique du Sud de m’avoir adopté, et j’espère lui rendre bien !

 

-Comment sont perçus les Français au Cap ?

Les Français ont plutôt bonne réputation au Cap grâce au rayonnement dont bénéficie la culture française à travers le monde. Beaucoup de restaurants au Cap sont d’inspiration française ou tenus par des Français. Nous sommes bien implantés au Cap avec le Consulat français, l’Alliance Française... Une communauté de 4 000 personnes qui se fait remarquer de plus en plus notamment dans le secteur économique ( Cap 40 ). Nous sommes aussi très tournés vers les Sud-Africains : nos entreprises investissent dans l’économie et un grand nombre de charités éclosent chaque jour.

 

-Qu'en est-il des sud-africains, réservent-il un bon accueil ? Quel est leur état d'esprit ?

Les sud-africains sont très accueillants et chaleureux. Cependant, pour les côtoyer, il est nécessaire de sortir de sa zone de confort et d’aller à leur rencontre. Nous sommes une association française mais nous encourageons grandement les mélanges au travers d’évènements tels que Dine With où des familles du township de Khayelitsha nous accueillent dans leur maison le temps d’un repas ou les visites au Sarah Fox Hospital où nous partageons un moment avec les enfants qui y sont soignés.

 

-Quelles sont les vraies différences à vos yeux entre le mode de vie au Cap et le mode de vie français/parisien ?

L’expatriation nous fait sortir de notre bulle de confort française. On se rend compte que même si le coût de la vie est généralement moins cher au Cap, les frais de vie eux sont plus élevés. Les frais de scolarités sont payants et il n’existe pas de système d’assurance maladie comme en France. Pour s’assurer il faut souscrire individuellement à des Medical Aid, chose que tous les français expatriés au Cap n’assimilent pas toujours comme on l’a vu avec notre étude démographique. Pour pallier à ça, on a réalisé un article explicatif sur la Caisse des Français de l’Etranger afin de sensibiliser le plus de monde possible à ses avantages (et inconvénients).

Les Captoniens sont tournés vers la nature et à ce titre sont peut-être un peu plus sportifs que nous !

Cape Town reste une ville très européanisée. Les modes de consommation et les habitudes de sorties ne diffèrent pas tellement des nôtres en France.

 

-Enfin, si vous deviez résumer l'Afrique du Sud en un mot, ce serait...?

Friendly !

 

vincent villemer

Vincent Villemer

Journaliste sportif radio/web. Passionné par le ballon rond, la culture urbaine et sa musique.
0 Commentaire (s)Réagir

Vivre au Cap

Afrique du Sud: le fruit du baobab, au bonheur des dames

Longtemps, Annah Muvhali a vécu sous les baobabs en ne profitant guère que de leur ombre. Cette Sud-Africaine s'est aujourd'hui lancée avec succès dans la vente de leurs fruits, un "super-aliment"

Que faire au Cap ?

Johannesburg Appercu
TOURISME

L'Afrique du Sud, paradis pour les observateurs d'oiseaux !

Avec environ 830 espèces d'oiseaux observables dont 80 endémiques ou néo-endémiques (c'est-à-dire qui ne sont observables qu'en Afrique du Sud), l'Afrique du Sud est un paradis pour les "Birders".