Lundi 24 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

BO KAAP - Une ambiance délétère

Par Lepetitjournal Le Cap | Publié le 04/07/2016 à 00:44 | Mis à jour le 07/07/2016 à 08:26

 

La vente d'un terrain à Bo Kaap a ravivé de vives tensions. Le quartier malais souhaite garder sa culture et son histoire face à la ville.

Bo-Kaap est certainement un des derniers quartiers du Cap où l'identité culturelle reste forte. Mais depuis quelques jours, ses habitants sont en colère et pointent du doigt la ville. Suite à la vente d'une parcelle de terrain par la mairie à un investisseur privé, la tension est montée. L'association The Bo-Kaap Civic Association's accuse la municipalité d'avoir vendu le terrain pour le profit et qu'elle a négligé le partenariat fait avec l'association qui était de construire des logements sociaux. Le président de « The Bo-Kaap Civic Association's » Osman Shaboodien raconte : « Nous nous sommes engagés à former un partenariat avec la Ville pour construire des maisons sociales. Mais de toute évidence qui ne fonctionne pas. La ville encourage la gentrification ».

Bo Kaap ne veut pas perdre son patrimoine

Aujourd'hui les habitants de Bo-Kaap ont peur de perdre leur patrimoine. Ils vivent dans la crainte de le voir devenir comme le De Waterkrant, le quartier voisin qui a connu ce même problème de gentrification. La décision de la ville de vendre une parcelle de terrain a été reçue comme une insulte pour les habitants de cette communauté dont le patrimoine est riche. Dans ces moments-là, les fantômes de l'apartheid resurgissent « Pendant l'apartheid nous avons perdu les trois quarts de Bo -Kaap aujourd'hui le peu qu'il nous reste doit être restauré d'un point de vue historique, traditionnel et culturel parce que c'est notre droit », explique Osman Shaboodien.
Pour tenter de résoudre ce problème, l'association a envoyé une lettre au maire de la ville, en lui demandant d'annuler la vente du terrain.

Loïc Blocquet (lepetitjournal.com/lecap) Lundi 4 juillet 2016

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre au Cap

Afrique du Sud: le fruit du baobab, au bonheur des dames

Longtemps, Annah Muvhali a vécu sous les baobabs en ne profitant guère que de leur ombre. Cette Sud-Africaine s'est aujourd'hui lancée avec succès dans la vente de leurs fruits, un "super-aliment"

Que faire au Cap ?

Johannesburg Appercu
TOURISME

L'Afrique du Sud, paradis pour les observateurs d'oiseaux !

Avec environ 830 espèces d'oiseaux observables dont 80 endémiques ou néo-endémiques (c'est-à-dire qui ne sont observables qu'en Afrique du Sud), l'Afrique du Sud est un paradis pour les "Birders".

Sur le même sujet