Samedi 20 octobre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

CULTURE - L’Alliance au travail

Par Lepetitjournal Le Cap | Publié le 01/12/2013 à 23:00 | Mis à jour le 02/12/2013 à 06:44

Vendredi soir, l'Alliance Française a ouvert ses portes sur son "work in progress" pour inviter Français et Sud-Africains à partager leur vision de l'art. Les invités ont déambulé dans toutes les salles, passant d'une ambiance à l'autre, d'un thème à l'autre.

Des lettres d'amour suspendues dans les airs, au milieu d'elles, cachée derrière un drap transparent, une femme se prépare. Elle se coiffe, se regarde, puis attache un voile blanc sur ses cheveux blonds.

Autour d'elle, les visiteurs ne reconnaissent plus la bibliothèque de l'Alliance Française. L'ambiance a totalement changé et chacun lit les lettres dont certaines ont été écrites il y a plus de 100 ans. 

Si on se risque en haut de l'escalier, c'est un homme qu'on trouve dans une petite pièce sombre. Il semble jeter son désespoir sur les murs, l'aigle noir de Barbara rythme sa danse un peu folle au milieu des pétales de roses rouges.
Autre salle, autre ambiance? Nous sommes à la plage. Du sable, un cocotier, et un écran montrant un homme nageant sous l'eau. On se repose ici avant de poursuivre la visite vers le dernier étage.

Il a été investi par des artistes locaux. Et là encore, l'exposition se veut vivante. Un peintre réalise devant les visiteurs une toile en pointillés. Il lui faut 4 à 5 jours de travaille pour chaque oeuvre, il en a déjà écoulé plus de 1.000 depuis 2008. Une femme, elle, coud de petits éléphants. C'est l'artisanat des townships qui s'est invité dans les murs. Un autre réalise des voitures avec des canettes de cocas.

Il est temps de redescendre? Mais l'escalier est encombré. Notre jeune mariée de la salle aux lettres d'amour y a rencontré l'amoureux désespéré du premier étage. Après une étreinte, ils semblent hésiter et finalement se séparent, sous les yeux incrédules des visiteurs bloqués à quelques centimètres d'eux sur les marches.

Il est temps de rejoindre la salle principale où commencent les discours. Elisabeth Barbier, l'ambassadrice de France à Pretoria salue "l'entrée de l'Alliance Française du Cap dans une nouvelle dynamique". Quand à Christian Randrianampizafi, le nouveau directeur de l'Alliance du Cap, il commence par remercier Sarah Fuentes à qui il avait confié la direction artistique de cette soirée et toute l'équipe qui a travaillé plus de 2 mois à sa réalisation. Il ajoute que ce "work in progress" vise à rappeler à chacun que rien n'est figé. Il appelle les invités à travailler ensemble et il espère sceller ainsi le départ d'une nouvelle collaboration au sein de la communauté française, mais aussi avec les Sud-Africains.

Marie Dumoulin (www.lepetitjournal.com/lecap.html) lundi 2 décembre 2013

(Crédits photos: MD/LPJ)

 

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre au Cap

Johannesburg Appercu

LINGUISTIQUE - Petit top 20 des expressions sud-africaines

Vous l’avez peut être remarqué, les Sud-Africains emploient parfois des expressions particulières et parfois incompréhensibles. Voici une petite liste et un guide d’utilisation pour ne pas

Que faire au Cap ?

Johannesburg Appercu

Windhoek, une Los Angeles en Afrique Australe (2/2)

Il y a de nombreux points communs entre la capitale de la Namibie et la mégapole californienne. Toutes deux nichées au milieu de collines érodées à la végétation rase et peu verdoyante.

Sur le même sujet