Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 2
  • 0

Three2Six : une lumière dans l’obscurité pour les enfants réfugiés de Johannesburg

Découvert lors de l’exposition photographique, leaving no child behind, hébergé par l’Alliance Française de Johannesburg en 2023, le projet Three2Six n’a de cesse de venir en aide aux enfants réfugiés des quartiers défavorisés de Johannesburg, leur offrant une opportunité de scolarisation qu’ils se voient refuser par les écoles locales sud-africaines. Curieux d’en apprendre davantage sur le projet, Le petitjournal.com a rencontré Charlotte Margerit Byrne, responsable du plaidoyer, de la communication et de l'engagement des parties prenantes chez Three2Six.

Mural for the Three2Six ProjectMural for the Three2Six Project
Écrit par Maeva Dewas
Publié le 14 novembre 2023, mis à jour le 10 décembre 2023

Historique du projet Three2Six

Fondateur des Frères Maristes en 1817, Saint Marcellin Champagnat avait à cœur d’éduquer les enfants les plus défavorisés de sa communauté. Arrivés en Afrique du Sud au moment de la découverte de l’or à Johannesburg, les frères maristes ont ouvert le Sacred Heart College, une école catholique mariste, en 1889.

En 2007, le Sacred Heart College de Johannesburg a pris connaissance des difficultés rencontrées par les enfants réfugiés, les plus défavorisés des quartiers bordant cette école, pour accéder à l'éducation. À la suite de ce constat, le projet éducatif Three2Six a été développé dans le but de fournir à ces enfants migrants et réfugiés une éducation de qualité tout en facilitant leur future intégration dans des écoles publiques.

Ces enfants aux conditions de vie précaires

A l’heure actuelle, l'Afrique du Sud est le pays africain qui compte le plus grand nombre de migrants et de réfugiés fuyant des conflits. Nombreuses sont les familles vivant dans la promiscuité, qui éprouvent des difficultés à subvenir à leurs besoins puisqu’ils ne peuvent, pour la plupart, qu’obtenir des petits boulots journaliers. Des milliers d'enfants réfugiés et migrants vivent donc à Johannesburg dans des conditions de grande pauvreté et d’exclusions. C’est notamment le cas dans les banlieues de Yeoville, Bertrams, Bezhuidenhout Valley, Hillbrow, Berea, Lorentzville, Observatory et Bellevue. Malgré des lois et une politique, progressistes, les étrangers restent souvent confrontés à l’hostilité des locaux et ne se sentent que rarement les bienvenus.

une rue et ses batiments délabrés

“Ils nous ont chassés et ont brûlé la maison pour qu’elle ne soit rénovée que par des sud-africains. Ils nous ont dit de prendre nos affaires et de partir. Nous sommes allés dans cet appartement bleu où il y avait des Zimbabwéens. Ce n’était vraiment pas bien. Il n’y avait pas d’eau ni électricité. Nous devions acheter de l'eau et il y avait des gens mauvais là-bas.” Raconte Céleste, 13 ans, une élève zimbabwéenne.

Facade d'un immeuble délabré

La triste réalité est que, en dépit d’un cadre législatif protégeant le droit à l’éducation de tout enfant, les écoles publiques locales rejettent souvent les enfants sans papiers. Même avec des documents officiels, les enfants réfugiés peuvent se voir refuser l’accès au système d’enseignement général.

Le projet Three2Six offre donc un environnement sécurisé et bienveillant d’apprentissage pour ces enfants qui ont interrompu leurs études ou n'ont jamais pu aller à l'école et qui, autrement, resteraient exclus du système scolaire.

“Si je n’étais pas scolarisée, je pourrais devenir l’un de ces enfants qui fume et boit. L’école me donne de l’espoir. Quand j’arrive à l’école, je me sens en sécurité et je suis contente de voir mes amis. Je crois que l’école m’a donné plus de confiance en moi. L’école m’a appris que même si la vie est difficile, il est possible de s’en sortir.”, confie Chloé, 11 ans, originaire de RDC.

Three2Six : une organisation à but non lucratif qui évolue

Du Sacred Heart College à la Dominican Convent School.

A l’origine, les enfants se rendaient dans les locaux du Scared Heart College de 15h00 à 18h00 (trois heures par jours), une fois la journée de cours des élèves « résidents » terminée, pour y apprendre la littérature, les mathématiques ainsi que des life skills de bases. Par la suite, le programme s’est vu hébergé par 2 écoles communautaires supplémentaires : Obsevatory Girl Primary School et Holy Family College. D’autres sujets se sont également rajoutés au curriculum de ce projet éducatif (sciences naturelles, sciences sociales, …). Cependant, le temps d'enseignement limité à trois heures par jour est resté un des défit principal auquel le projet a été confronté.

facade le l'école avec son bus scolaire

L’année 2023 marque un tournant décisif dans l’organisation du projet. En effet, le Conseil des écoles maristes ayant acquis une école supplémentaire à Belgravia, la Dominican Convent School, c’est à présent sur ce campus que sera basé le projet.  Les enfants bénéficieront donc d’une journée entière d’enseignement, intégrés aux classes déjà existantes de l'école, et d’un programme d’études complet; le tout dans un cadre renforcant la dimension de cohésion sociale du projet.

Une éducation gratuite pour un avenir meilleur

Chaque année, Three2Six accueille 225 enfants de 5 à 15 ans, en provenance de familles défavorisées, leur offrant un enseignement d’école primaire. Depuis sa création, c’est plus de 2500 enfants qui ont pu recevoir une éducation. Pour eux, l’école est gratuite. C’est le projet qui prend en charge les frais satellites de leur scolarisation. Ils se voient fournir des uniformes, des livres et fournitures scolaires, un repas quotidien, un transport scolaire sécurisé ainsi qu’un soutien psychosocial. En relation avec des écoles publiques locales, l’objectif ultime est de permettre à ces enfants d’intégrer par la suite le système scolaire sud-africain.

Des élèves de dos en classe

Le projet offre aussi aux anciens élèves ayant pu intégrer d’autres établissements, la possibilité de se retrouver une fois par mois au Sacred Heart College ; pour y faire, entre autres, du sport et y trouver un soutien scolaire.

Dans la mesure du possible, Three2Six se donne également pour mission d'employer des enseignants réfugiés, leur fournissant un emploi plus sécurisé, de les aider à faire reconnaître les qualifications de leur pays d'origine, de les familiariser avec le programme sud-africain et, le cas échéant, de les  accompagner dans la poursuite de leurs études afin obtenir des qualifications d'enseignement en Afrique du Sud, ce qui accroît leur employabilité.

Fonctionnement et pérennité du projet

C’est une équipe dévouée à l’ensemble du projet qui est aujourd’hui à la tête de Three2Six. Deux enseignants réfugiés et la présence ponctuelle de volontaires locaux ou internationaux complète le tableau.

Organisation à but non lucratif (NPO), la pérennité de Three2Six repose principalement sur la mise en place de partenariats financiers d’importances. Des fonds privés locaux et internationaux sont alloués au projet, sur la base d’un financement pluriannuel ou plus ponctuel. Ce sont principalement des fondations religieuses basées en Europe (Irlande, Royaume-Unis, Allemagne) qui soutiennent financièrement Three2Six. Mais en définitive, qu’il soit le fait d’une organisation ou d’un particulier, chaque don reçu est un levier de changement dans la vie de ces jeunes apprenants.

Pour en savoir plus sur le projet rendez-vous sur le site internet de Three2Six, leur page facebook ou instagram

Sujets du moment

Flash infos