Lundi 23 novembre 2020
Ho Chi Minh Ville
Ho Chi Minh Ville

CALENDRIER LUNAIRE – A propos du calendrier sino-vietnamien

Par Lepetitjournal Ho Chi Minh Ville | Publié le 08/02/2016 à 22:59 | Mis à jour le 06/01/2018 à 19:38

L'année de la chèvre de bois ? « ?t Mùi » est terminée et celle du singe de feu - « Bính Thân » ? s'annonce belle. Mais au juste, comment détermine-t-on le nom de ces années ? 

Le calendrier sino-vietnamien est un calendrier luni-solaire divisé en cycles de 60 ans, que l'on appelle « âge ». Chaque année porte le nom d'un animal et d'un élément avec lequel il est compatible. En effet, chaque animal et chaque principe comportent un principe femelle ou mâle ? âm/d??ng.

Ces principes sont la traduction vietnamienne du yin et du yang chinois. Dans les tableaux ci-dessous, le principe femelle est noté (f) et le principe mâle (m).


Pour connaître les noms des années vietnamiennes, il y a des règles à observer :
? Chaque élément ne peut s'accorder qu'avec un animal du même principe que lui.
? Les cycles des éléments et des animaux se déroulent toujours selon un ordre donné. Lorsque le cycle des éléments est terminé, on revient au début, mais on continue à suivre l'ordre des animaux.
? Lorsqu'en suivant ces règles, les soixante possibilités ont toutes été utilisées, c'est qu'un « âge » est terminé. Tout repart donc du début.

Si la première année d'un « âge » est l'année du rat de bois (Giáp Tí), la deuxième année d'un « âge » sera donc celle du buffle de bois (?t S?u), la troisième celle du tigre de feu (Bính D?n), etc.

Sachant que nous entrons dans l'année du singe de feu, qui est la 33ème année de notre « âge » ayant commencé en 1983, saurez-vous deviner le nom de l'année prochaine ? Et le nom de votre année de naissance ?

 

Service de presse du Consulat général de France (lepetitjournal.com/Hochiminhville) 9 Février 2016

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Singapour Appercu

La tête dans les étoiles avec Claudie Haigneré

A Singapour, dans le cadre du festival vOilah! 2020, une conférence en ligne a été organisée pour recueillir le témoignage de femmes scientifiques. Lepetitjournal.com a rencontré l’une d'elles.

Sur le même sujet