Quand les cardiologues allemands montent au créneau

Par Valérie Keyser | Publié le 24/04/2019 à 15:49 | Mis à jour le 24/04/2019 à 16:13
Photo : (Photo © Pixabay)
Allemagne congrès cardiologues arrêt cardiaque infactus

La Société allemande de cardiologie (DGK) qui tient son Congrès annuel à Mannheim avec des cardiologues venant de 30 pays, tire la sonnette d’alarme et appelle à une mobilisation du gouvernement pour lutter contre les décès par arrêt cardiaque.


Les maladies cardiaques : quelques chiffres

Selon Hugo Katus, Président de la DGK, en 2017, plus de 1,7 million de personnes ont été hospitalisées en Allemagne en raison de troubles cardiaques. En 2016, plus de 207 000 patients sont décédés en Allemagne des suites d'une maladie cardio-vasculaire comme l'infarctus du myocarde ou encore l'accident vasculaire cérébral (AVC). Les maladies cardio-vasculaires en cause, souvent dues à un manque d’exercice, une alimentation trop riche en graisses, le tabagisme ou encore une consommation excessive d’alcool, sont entre autres l'angine de poitrine, l'arythmie cardiaque, les maladies des valves cardiaques et l'insuffisance cardiaque.

Selon Statista, le portail de statistiques, l’infarctus du myocarde et l’accident cérébral (AVC) frappent aussi en France qui compte 15 millions d'hypertendus, 10 millions de personnes atteintes d’un excès de cholestérol et 3 millions de diabétiques et où les maladies cardiaques sont la première cause de mortalité chez les femmes et les personnes de plus de 65 ans. Dans le monde, ils provoquent respectivement environ neuf et six millions de morts chaque année.


Revendications au Congrès annuel des cardiologues à Mannheim

La Société allemande de cardiologie, à l'occasion de son Congrès annuel à Mannheim qui se tient du 24 au 27 avril au Centre de Congrès du Rosengarten et rassemble environ 8500 participants venant de 30 pays, a présenté les maladies cardiaques comme étant la principale cause de décès en Allemagne également.

L'organisation lance un appel aux politiques : le gouvernement devrait, selon Hugo Katus, formuler une stratégie en matière de santé visant à prévenir les risques liés aux maladies cardio-vasculaires, favoriser la recherche et diminuer la bureaucratie, ce qui n'est actuellement pas le cas, regrette-t-il.  

 

Valérie Keyser

Valérie Keyser

Directrice de Lepetitjournal.com à Francfort et Heidelberg-Mannheim (2013-2019) et Rédactrice en chef des 6 éditions Allemagne (juin 2019-décembre 2020), Valérie est aussi Guide interprète conférencière et professeur de Tandem.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Heidelberg Mannheim !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale