TEST: 2257

UNE QUESTION PEUT EN CACHER UNE AUTRE – Rapports hommes-femmes en Allemagne

Par Lepetitjournal Hambourg | Publié le 14/10/2013 à 22:00 | Mis à jour le 18/10/2018 à 15:08
homme femme allemagne

À base d'anecdotes, de témoignages et de situations vécues, la nouvelle rubrique de lepetitjournal.com se veut un espace d'écoute et de réflexion. La relation à soi, à son enfant, à son partenaire de vie, à son collègue et à l'autre (parent, ami, ...) sont les lieux privilégiés de communication et bien souvent d'incommunication. Grâce à des outils, des règles et des concepts spécifiques (à la Méthode ESPERE®) je vous propose d'essayer d'y voir un peu plus clair et de découvrir le potentiel qui se cache dans chaque relation humaine. Aujourd'hui nous avons à faire à une question de Régis A. relative aux rapports hommes-femmes.

La relation de couple
?Les rapports entre hommes et femmes semblent différents en Allemagne. J'ai cru comprendre qu'après la guerre, l'image de l'homme allemand en a pris un coup, et que l'Allemand semblait avoir besoin d'être sous l'emprise de l'alcool pour draguer. De plus, il semblerait que certaines figures féministes aient contribué à écraser un peu l'image de l'homme dans ce pays.
Il paraît que lorsqu'un Allemand est attiré par une fille, il ne fait...rien. Car jouer le charmeur est apparemment "suicidaire".
En tant que Français, naturellement communicatif, comment signifier de l'intérêt pour une fille allemande ?
Les règles de séduction française semblent peu fonctionner. Conscient de cette différence j'observe, lance des perches...auxquelles je n'ai parfois aucun retour. Mais elle sait que je suis français et il n'est pas impossible qu'elle se pose aussi la question, dans le cas où mes impressions de complicité naissante sont partagées par la jeune femme.? Régis A.

?Cher Régis,
Ah !! Quelle question excitante que celle de la rencontre amoureuse. Puisqu'il y a pas mal de choses à dire à ce sujet...allons-y !
Il y a à mon sens deux dimensions à prendre en compte dans votre question. La première relève du niveau interpersonnel : c'est à dire ce qui se passe entre moi et l'autre. Oui, il y a des différences très profondes entre les cultures allemande et française, et bien sûr en ce qui concerne la place de la femme, de l'homme et de la famille. Le jeu de la séduction opère donc selon des modes différents, en particulier au niveau des références humoristiques et culturelles. Il me semble donc naturel qu'il vous faille réajuster vos ?techniques?. Ce qui reste universel en revanche, ce sont quelques balises et points d'ancrage auxquels il est possible de se référer avant de se lancer à l'eau. Quelle que soit notre culture nous avons tous les mêmes besoins relationnels, même s'ils peuvent se manifester différemment.

En ce qui concerne votre question, les deux premiers besoins jouent à mon avis un rôle prépondérant : celui de se dire et d'être entendu (je vous donne les autres par souci d'exhaustivité ? le besoin d'être reconnu, d'être valorisé et le besoin de rêver). J'ai très envie de vous proposer d'essayer la chose suivante lors de votre prochaine rencontre : dans un premier temps je vous invite à vous mettre en position d'écoute, celle que j'appelle l'écoute active, c'est elle qui permet à l'autre de se dire. Elle consiste à créer de l'espace en soi pour accueillir l'autre, ses propos, ses silences aussi, ses rires. Puis je vous invite à parler de vous à la première personne, à témoigner de ce qui vous habite, vous passionne, vous étonne, toujours à la première personne. Cette règle qui paraît évidente et facile à appliquer est en fait celle qui passe la première aux oubliettes dès qu'une conversation s'engage. Pourtant c'est elle qui nous permet de signifier à l'autre qu'il nous intéresse et que nous avons envie d'être en relation avec lui ou elle !

La deuxième dimension qui mérite toute notre attention est celle qui relève du niveau intrapersonnel : c'est à dire ce qui ce passe entre moi et moi ! Connaissez-vous les quatre grands enjeux de la rencontre amoureuse ?
Si oui, je me permets quand même de vous les rappeler.
Allons-y : les affinités (café ou thé, mer ou montagne... je simplifie mais je pense que vous voyez ce dont je parle), l'attirance physique (il n'est pas ici question que de mensurations mais plutôt de votre charme !), les choix inconscients (elle/il va me rappeler quelqu'un...là il y aurait de quoi écrire quelques centaines de pages !) et puis enfin la naissance d'un sentiment, qui par définition a besoin de temps pour naître (l'exception du coup de foudre est bien une exception comme son nom l'indique).

Ah oui et pour clore mon propos, il y a bien sûr le désir, celui de rencontrer quelqu'un, de partager un bout de chemin ou seulement quelques instants. Et en matière de désir il est bon de savoir s'il s'agit d'un désir vers l'autre, qui ne s'impose pas ou d'un désir sur l'autre, qui va donc s'imposer et entravera toute tentative de communication.
J'espère que ces quelques éléments et pistes de réflexion stimuleront des questions ou mieux encore des interrogations et qu'ils vous permettront d'aborder votre prochaine rencontre dans un esprit nouveau.?

Claire Richter, (lepetitjournal.com/francfort), mardi 15 octobre 2013

Si vous souhaitez vous aussi poser une question ou tout simplement témoigner d'une situation pour la rubrique ?Une question peut en cacher une autre? de lepetitjournal.com/francfort, contactez Claire Richter, Kommunikations- und Beziehungstrainerin, via son site, Communication to go
 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Hambourg !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale