LE GÉNIE DE LA LANGUE - Cachez ce sein que je ne saurais voir !

Par Lepetitjournal Hambourg | Publié le 09/09/2013 à 22:00 | Mis à jour le 18/10/2018 à 15:09
gniedelalangue

 

Les Muses ne sont plus ce qu'elles étaient. En fut-il une de la guerre ? C'est ce qu'on pourrait croire lorsqu'on découvre la dernière invention d'un terroriste. Il est vrai que Vénus, déesse de la beauté, était l'amante de Mars, dieu de la guerre, et l'épouse du dieu forgeron Vulcain. Une métaphore filée en quelque sorte.

Récemment, nous avons pu consacrer une chronique aux nouvelles introductions dans le dictionnaire Robert de mots improbables,1 dont le distingué « bombasse ».

Il faut croire que les terroristes prennent les mots à la lettre, puisque l'un d'entre eux, le chef artificier d'Al-Quaïda Ibrahim al-?Asiri, aurait infiltré du liquide explosif dans les prothèses mammaires des dames kamikazes. 2

Les femmes ont bon dos

On doit bien le terme de  « roberts » pour désigner les seins à un ingénieur du XIXème siècle, Eugène Robert, qui inventa le biberon. Ou alors à un épris de pureté, le fondateur de l'abbaye de Fontevrault, Robert d'Arbrissel, dont la légende voudrait qu'il dormît jadis entre deux nonnes pour s'exercer à l'abstinence.

Mais aujourd'hui, la mère, l'amante deviennent vecteur de souillure et de mort : ce sont les Femen ? celles qui « gazouillent » ou SMSisent entre téton et nombril -  dont on vient de découvrir, grâce à un documentaire de l'australienne Kitty Green présenté à la Mostra de Venise, que derrière les femmes il fallait chercher l'homme3 : un dénommé Victor Svyatski, qui les traite de ? « salopes » [sic].

Expressions à la mode

Ce sont aussi ces semeurs de désolation qui osent retourner l'un des plus beaux symboles de la vie, dans toutes les légendes, poésies ou religions, pour le transformer en arme dévastatrice.

Adieu tendres ballochards, doudounes, lochettes, nichons, nibards, balcons, avant-scènes, gamelles ou montgolfières de notre jeunesse. Ou même airbags plus récents qui nous servaient de protection.

Aujourd'hui, les expressions « elle a des seins comme des obus » ou « elle est gaulée comme un tank » prennent hélas tout leur sens.  
 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Hambourg !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition internationale