Lundi 25 mars 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

ART - Ernst Barlach, le "dégénéré" de Hambourg

Par Lepetitjournal Hambourg | Publié le 20/07/2012 à 00:00 | Mis à jour le 13/11/2012 à 11:20

Au c?ur du Jenisch-Park, la maison Ernst Barlach propose de découvrir un artiste nord-allemand peu connu du public français. L'?uvre de ce sculpteur expressionniste, jugée "dégénérée"par les nazis, connaît un intérêt non démenti en Allemagne depuis les années 1950

Geistkämpfer, de Ernst Barlach, à l'Eglise de Gethsmane à Berlin (Photo. Magadan)

Non loin de Wedel, ville natale de l'artiste, la maison Ernst Barlach présente dans un écrin de verdure une collection d'?uvres rassemblées au cours des années 1930 par le riche industriel hambourgeois Hermann Reemtsma. A l'époque de sa rencontre avec son futur mécène, Barlach se trouvait déjà dans une situation précaire du fait de ses prises de position politiques. Reemtsma, enrichi par le commerce du tabac, commanda alors à l'artiste de finir la frise des "Lauschenden" -"Ceux qui écoutent", dont ce dernier avait abandonné la réalisation. Dans les murs de la maison Ernst Barlach, le visiteur pourra admirer ce groupe de neuf grandes statues, dont les attitudes simples évoquent l'attente, la foi ou la rêverie.

Un artiste "dégénéré"
Le musée présente au total 30 sculptures, pour la plupart des personnages. Les thèmes vont des mendiants et des paysans insouciants de la "période russe"aux ?uvres tardives plus symbolistes. Une vitrine est également consacrée à l'activité littéraire de Barlach, auteur entre autres des pièces Le Déluge et Le Cousin Pauvre.
Belliciste avant la Première guerre mondiale, Barlach était surtout connu pour les idées pacifistes qu'il avait adoptées par la suite. L'artiste a réalisé de nombreux monuments aux morts, dont celui du Rathausmarkt à Hambourg en 1931, détruit par décision du Sénat en 1938 comme "Art Dégénéré"-"Entartete Kunst", puis reconstruit.

Peu d'?uvres originales encore en circulation
Au total, près de 400 ?uvres de Barlach seront retirées des collections officielles. Beaucoup des sculptures en bronze ou en bois sont fondues ou brûlées. Parmi elles se trouve l'ange "planant"-"der Schwebende", accroché dans l'église de Güstrow, dans le Land de Schleswig-Holstein, où l'artiste vécu jusqu'à sa mort.
La petite ville attendra 1953 pour que l'ange, refondu d'après l'original, retrouve sa place dans les airs. A Kiel et Berlin, c'est une copie du "Combattant de l'Esprit"-"der Geisteskämpfer", détruit en 1937, qui veille sur les passants. Des moulages de ces ?uvres sont visibles à la maison Ernst Barlach à côté de sculptures originales.

Un enfant du pays
Témoin de l'intérêt pour l'artiste, la chaîne de télévision régionale NDR, en partenariat avec Arte, a produit cette année un documentaire sur Ernst Barlach. Barlach a également inspiré l'écrivain Alfred Andersch. Dans son livre Sansibar oder der letzte Grund, écrit en 1957, six personnages luttent pour sauver une statue d'Ernst Barlach de la destruction. Le livre, traduit en français sous le titre Zanzibar, est un classique des ?uvres lues à l'école à Hambourg et dans le Schleswig-Holstein.


Margot REIS. (www.lepetitjournal.com/hambourg.html) jeudi 17 janvier 2008

Y aller :
Maison Ernst Barlach
Baron-Voght-Str. 50 A
S1, S11 jusque Klein-Flottbek, puis 10 min. à pied ou bus 115  
TP 6 euros, TR 4 euros
Du mardi au dimanche de 11h à 18h. Dimanches de concert : 17h.
Visites guidées gratuites le dimanche

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Hambourg

Louer une voiture auprès de particuliers a Hambourg

À Hambourg, les propriétaires de véhicules qui n'utilisent pas leurs voitures peuvent les mettre disponible à la location via des plateformes en ligne de location de particulier à particulier. 

Sur le même sujet